Planète 51

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Planète 51

Titre original Planet 51
Réalisation Jorge Blanco
Scénario Joe Stillman
Acteurs principaux
Sociétés de production Ilion Animation Studios
Pays d’origine Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Film d'animation, science-fiction
Sortie 2009
Durée 97 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Planète 51 (Planet 51) est un film d'animation anglo-espagnol réalisé par Jorge Blanco, sorti en France en 2010.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tout est normal sur la planète 51. Le ciel est bleu, les habitants sont vert pomme et les Cadillacs volent. Lorsque Chuck, un astronaute venant de la planète Terre, aussi futé qu'une huître, y déboule avec sa fusée, les habitants s'enfuient en hurlant.

L'armée aux trousses, Chuck se carapate. Lem, un gamin aussi vert que brave, se retrouve malgré lui à tenter de sauver cet être étrange des griffes du général Grawl, alors qu'il rêve seulement de réussir à inviter la fille de ses rêves, Neera.

Finalement, les habitants de la planète comprennent que Chuck n'a pas de mauvaise intention. Chuck arrive à repartir vers sa planète.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Sources : AlloDoublage[2] et sur le site d’AlterEgo (la société de doublage[3])

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Goya 2010 du meilleur film d'animation

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le titre du film fait référence à la zone 51 et dans le film, sur la planète extraterrestre, c'est la base 9 qui a ce rôle.
  • Le nom du héros, Lem, est le nom du module qui a servi dans les missions Apollo à poser l'Homme sur la Lune (voire Module lunaire).
  • Bien que les habitants roulent en voiture volante (au ras du sol), il est clair qu'ils sont en plein dans les années 1950.
  • Le thème du film Alien est repris plusieurs fois, que ce soit le xénomorphe en animal de compagnie, qui soit dit en passant s'appelle Ripley, la phrase « Dans l'espace, personne ne vous entend crier » prononcée par le Capitaine Charles 'Chuck' Baker, ou encore ce même animal de compagnie, passager clandestin dans la capsule du capitaine Chuck Baker lorsque celui-ci quitte la planète à la fin du film. Également dans la scène où chaque militaire est chargé de tirer sur un de ses collègues en cas de « prise de cerveau », l'un d'eux se nomme Caporal Hisk, référence au caporal Hicks du deuxième Aliens, celui de James Cameron.
  • Dans la scène précitée (les militaires), l'un d'eux porte écrit sur son casque « Corn to hill », référence au « Born to kill » du film Full Metal Jacket de Stanley Kubrick.
  • Le film fait également référence au film E.T lorsque le capitaine Chuck Baker percute un facteur extraterrestre sur son vélo et qu'ils décollent.
  • Le petit robot Rover fait penser à WALL-E, bien que ce soit un robot il a une très forte personnalité tout comme WALL-E. Et au début lorsqu'elle trouve une petite bête cela peut faire penser au duo de WALL-E avec la petite blatte, mais Rover se verra impitoyable avec celle-ci.
  • Il y a plusieurs références à Star Wars :
    • Lorsque Chuck s'adresse à Lem pour la première fois il lui demande : « Petit, t'es bien un gamin ? T'es pas un vieux lézard de plus de mille ans ou un truc à la Yoda ? »
    • Lorsque Chuck passe à la télé à son insu il dit : « Bientôt nous écraserons l'alliance rebelle et dominerons toute la galaxie […] Vous êtes une espionne rebelle et vous avez trahi l'Empire, emmenez-la ! ».
    • Lorsque Lem et Cie viendront délivrer Chuck par une bouche de ventilation, il dira : « Hééé, ça, ça fait trop Luke Skywalker ! » (version québécoise) ou « C'était du pur Skywalker ! » (version française)
    • Lorsque Lem et Neera s’embrassent, Chuck leur demande s'ils ne sont pas frère et sœur.
  • Il y a une référence à Terminator, Chuck dit à la télé le célèbre « Hasta la vista, baby ! Tu es terminé ».
  • Référence également au film Le Jour où la Terre s'arrêta de Robert Wise. Le restaurant où Chuck se réfugie et essaie de faire du charme aux dames prenant le thé s'appelle le « Nikto », issu de la phrase que prononce l'extra-terrestre en arrivant sur Terre « Klaatu barada nikto. »
  • Le nom du capitaine Chuck Baker est une référence au trompettiste de jazz Chet Baker.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Site du distributeur français, consulté le 28 août 2009.
  2. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 3 octobre 2012
  3. « Deuxième fiche de doublage VF du film » sur Alterego75.fr, consulté le 15 juin 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]