Pierre IV Rareș

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rareș.
Pierre IV
Titre
Prince de Moldavie
1527 – 1538
1541 – 1546
Biographie
Dynastie Rareși
Nom de naissance Petru IV
Date de naissance 1487
Date de décès 3 septembre 1546
Père Ștefan III cel Mare
Mère Maria de Hărlău
Conjoint Maria-Elena Brankovic
Enfant(s) Ilie II Rareș
Ștefan VI Rareș
Iancu Sașul
Ana
Maria
Chiajna
Ruxandra

Pierre IV Rareș connu comme Petru Rareș, (1487- 3 septembre 1546) fut voïvode de Moldavie de 1527 à 1538 et de 1541 à 1546. La monarchie étant élective dans les principautés roumaines (comme en Hongrie et Pologne voisines), le prince (voïvode, hospodar ou domnitor selon les époques et les sources) était élu par et parmi les boyards et, pour être nommé, régner et se maintenir, s'appuyait fréquemment sur les puissances voisines, hongroise, polonaise ou ottomane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petru Rareș

Origine[modifier | modifier le code]

Pierre est un fils illégitime de Étienne III le Grand (Ștefan cel Mare) et de Maria de Hărlău, il nait en 1487.

Premier règne[modifier | modifier le code]

Devenu prince le 20 janvier 1527, il cherche à rétablir de bonnes relations avec la Pologne[1]. Il lance des expéditions dans le pays des Sicules, et tente de s'emparer de Brașov en 1529. Il s'empare de la Pocutie en 1530, que Bogdan III l'Aveugle avait rendue à la Pologne en 1510. Pierre Rareș doit rendre ce territoire après la bataille d'Obertyn.

Il prend parti dans la querelle entre Istvan Maylad, le voïvode de Transylvanie, et Ludovico Gritti, envoyé du sultan turc en Hongrie pour régler le conflit pour la possession du trône de Hongrie entre Ferdinand de Habsbourg et Jean Ier Szapolyai. Ludovico Gritti tente alors une prise de pouvoir en Transylvanie, et provoque un soulèvement général du royaume de Hongrie orientale. Petru Rareș soutient Istvan Maylad qui s'est assuré de l'appui de Ferdinand de Habsbourg, à la tête d'une armée de Sicules et de Saxons contre Ludovico Gritti, qui est tué.

En 1538 le sultan doit mener lui-même une campagne en Moldavie contre Pierre Rareș auquel l'Empire ottoman ne pouvait pardonner son alliance avec les Habsbourg.

Pierre Rareș est finalement vaincu par une coalition de Polonais, de Turcs et de Tatars de Crimée. Abandonné par les boyards, il est chassé du trône le 18 septembre 1538 et doit se réfugier à Ciceu, dans sa forteresse transylvaine. La capitale moldave, Jassy, est incendiée.

Second règne[modifier | modifier le code]

À Ciceu, Pierre Rareș est un invité bien encombrant et ses anciens alliés lui font comprendre que sa présence compromet leurs tentatives de paix avec le Sultan. Rareș se rend donc à Constantinople où il fait sa soumission à la « Sublime Porte » (le contenu de ses coffres y a sans doute été utile). Il est rétabli sur le trône moldave en février 1541 après la mort d'Alexandru III Cornea, avec l'accord des turcs, et un quadruplement du haraç (tribut) qui passe de 3 000 à 12 000 ducats. De plus, dès 1542 le prince de Moldavie doit envoyer son fils Alexandru en otage. Après la mort du jeune prince à Istanbul, ce dernier est remplacé par le futur Ilias II.

Pierre Rareș meurt le 3 septembre 1546. Il est inhumé, comme son épouse la princesse Elena et leur fils cadet Ștefan, dans l'église du Monastère de Probota.

Protecteur des arts[modifier | modifier le code]

Le règne de Pierre Rareș fut une époque d'épanouissement de l'art religieux moldave en Bucovine, représenté notamment par les fresques murales de Toma de Suceava. Le prince Pierre Rareș est le fondateur en 1532 du monastère de Moldovița et à l'origine de la restauration de celui de Probota. Il est également l'initiateur de la fondation du monastère d'Humor par le logothète Toader Bubuiog et son épouse Anastasia en 1530-1535.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Le prince Pierre IV Rareș laissa une nombreuse descendance légitime et illégitime :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Grigore Ureche Chronique de Moldavie. Depuis le milieu du XIVe siècle jusqu'à l'an 1594 Traduite et annoté par Emile Picot Ernest Leroux éditeur Paris 1878. Réédition Kessinger Legacy Reprints (ISBN 9781167728846) p. 279-317 & 337-357.
  • Alexandru Dimitrie Xenopol Histoire des Roumains de la Dacie trajane : Depuis les origines jusqu'à l'union des principautés Tome I des origines à 1633. Éditeur Ernest Leroux Paris (1896)
  • (ro) Constantin C. Giurescu & Dinu C. Giurescu, Istoria Românilor Volume II (1352-1606), Editura Ştiinţifică şi Enciclopedică, Bucureşti, 1976, p. 271-284.
  • Jean Nouzille La Moldavie, Histoire tragique d'une région européenne, Ed. Bieler, (ISBN 2-9520012-1-9).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Entre 1387 et 1455 la Principauté de Moldavie avait été vassale et alliée de la Pologne mais cela ne signifie pas, comme l'affirment par erreur certains auteurs (voir [1] et [2]) qu'elle soit devenue une province polonaise ou un fief du roi de Pologne. Ces erreurs sont dues d'une part à la confusion sémantique chez certains historiens modernes, entre voïvodie (province, en polonais) et voïvode (prince régnant, en roumain), ou encore entre suzeraineté et souveraineté, et d'autre part à la rétroprojection nationaliste de l'histoire. L'expression « rétroprojection nationaliste », du Pr. Jean Ravenstein de l'Université de Marseille, désigne la tendance historiographique moderne à projeter dans le passé les nationalismes modernes, comme s'ils étaient apparus dès le Moyen Âge ou l'Antiquité.