Phillip Tobias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phillip Vallentine Tobias

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Phillip Vallentine Tobias

Naissance 14 octobre 1925
Durban (Afrique du Sud)
Décès 7 juin 2012 (à 86 ans)
Johannesburg (Afrique du Sud)
Nationalité Drapeau d'Afrique du Sud Sud-Africain
Champs Anthropologie
Institutions Université du Witwatersrand
Renommé pour Travaux sur les sites d'hominidés fossiles
Distinctions Prix Balzan (1987)[1]

Phillip Vallentine Tobias (14 octobre 19257 juin 2012) était un paléoanthropologue sud-africain et professeur émérite à l'université du Witwatersrand à Johannesburg. Il est connu pour ses travaux sur les sites ayant livré des fossiles d'hominidés en Afrique australe et orientale. En particulier, il identifia et décrivit avec Louis Leakey et John Napier une nouvelle espèce au sein du genre humain : Homo habilis. Il fut également un activiste anti-apartheid.

Biographie[modifier | modifier le code]

Phillip Vallentine Tobias est né le 14 octobre 1925 à Durban, ville de la province du Natal en Afrique du Sud. En 1945, il débute sa carrière en tant que préparateur en histologie et enseignement en physiologie à l'université du Witwatersrand. Il effectue son baccalauréat universitaire ès sciences en histologie et physiologie en 1946-1947. Il est diplômé en médecine, Bachelor of Medicine, Bachelor of Surgery, en 1950. Il est chargé de cours en anatomie en 1951. En 1953, il reçoit son doctorat pour une thèse intitulée Chromosomes, Sex-Cells, and Evolution in the Gerbil.

En 1955, il entame son post-doctorat à l'université de Cambridge. En 1959, il devient professeur et chef du département d'anatomie et de biologie de l'université du Witwatersrand, succédant au professeur Raymond Dart. En 1967, il reçoit le titre de Docteur en sciences (ScD) en paléoanthropologie pour ses travaux sur l'évolution des hominidés.

Travaux de recherches[modifier | modifier le code]

Phillip Tobias tenant le crâne de l'« enfant de Taung », spécimen permettant de décrire l'espèce Australopithecus africanus par Raymond Dart en 1925[2].

Ses recherches ont concerné principalement les domaines de la paléoanthropologie et de la biologie humaine de diverses populations de l'Afrique. Il a étudié les San du Kalahari[3], le peuple Tonga de Zambie et du Zimbabwe, et de nombreuses tribus d'Afrique du Sud. Tobias est surtout connu pour ses recherches sur les fossiles d'hominidés et sur l'évolution humaine, après avoir étudié et décrit des fossiles d'hominidés d'Indonésie, d'Israël, du Kenya, de Namibie, d'Afrique du Sud, de Tanzanie, du Zimbabwe et de Zambie.

Ses travaux les plus connus sont ceux sur les hominidés d'Afrique de l'Est, en particulier ceux des gorges d'Olduvai. En collaboration avec Louis Leakey et John Napier, il a identifié et décrit l'espèce nommée Homo habilis. Il a publié deux volumes sur les restes fossiles d'hominines des gorges d'Olduvai[4],[5].

Il est étroitement lié aux fouilles du site de Sterkfontein, programme de recherche qu'il a initié en 1966[6]. Les grottes de Sterkfontein, déjà bien connues par son prédécesseur à l'université du Witwatersrand, Raymond Dart, ont été utilisées comme vecteur pour transmettre les notions d'anthropologie aux étudiants en anatomie de l'université et ont connu des fouilles parmi les plus intenses pour un même site. Sterkfontein a livré le plus grand nombre d'individus d'Australopithecus africanus, ainsi que le premier individu connu d'Homo habilis en Afrique australe. Le site est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1999[7].

Activisme[modifier | modifier le code]

Phillip Tobias fut un opposant à l'apartheid et combattit le racisme dès ses premières années d'étudiant puis tout au long de sa carrière[3],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Coppens, « Le prix Balzan à P.V. Tobias (biographie) », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, 14e série, vol. 4, no 4,‎ 1987, p. 305-306 (lire en ligne).
  2. (en) R. A. Dart, « Australopithecus africanus : the Man-Ape of South Africa », Nature, vol. 115, no 2884,‎ 1925, p. 195-199 (lire en ligne [PDF]).
  3. a et b Morris 2012.
  4. (en) Phillip V. Tobias, Olduvai Gorge, volume 2: The cranium and maxillary dentition of Australopithecus (Zinjanthropus) boisei, Cambridge University Press,‎ 1967 (DOI 10.1017/CBO9780511897795).
  5. (en) Phillip V. Tobias, Olduvai Gorge, volume 4: The skulls, endocasts and teeth of Homo habilis, Cambridge University Press,‎ 1991.
  6. a et b Wood 2012.
  7. « Sites des hominidés fossiles de Sterkfontein, Swartkrans, Kromdraai et les environs » (consulté le 8 octobre 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Phillip V. Tobias » (voir la liste des auteurs).