Paula Fox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paula Fox est une romancière américaine née le 22 avril 1923.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'un Américain et d'une Cubaine, tous deux scénaristes. Sa mère l'abandonne, et elle grandit auprès d'un pasteur. Elle se marie très jeune et a une fille, mais elle la fait adopter. Plus tard, elle fait des études à l'université Columbia et épouse un critique littéraire, Martin Greenberg. Sa fille est la mère de la chanteuse Courtney Love.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pour adultes[modifier | modifier le code]

  • Pauvre Georges ! (Poor George, 1967), Paris, Fayard, 1989.
  • Personnages désespérés (Desperate Characters, 1970), Paris, Fayard, 1988.
  • Côte Ouest (The Western Coast, 1972), Paris, J. Losfeld, 2007.
  • Les Enfants de la veuve (The Widow's Children, 1976), Paris, R. Laffont, 1979.
  • La légende d'une servante (A Servant's Tale, 1984), Paris, J. Losfeld, 2005.
  • Le Dieu des cauchemars (The God of Nightmares, 1990), Paris, J. Losfeld, 2004.

Pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • La Chambre de Maurice (Maurice's Room, 1966), Paris, l'Ecole des loisirs, 1990.
  • Le Portrait d'Ivan (Portrait of Ivan, 1969), Paris, Hachette , 1990.
  • Le Poisson boiteux (Blowfish Live in the Sea, 1970), Paris, Hachette, 1980.
  • Le Voyage du négrier (The Slave Dancer, 1973), Paris, Hachette, 1979.
  • L'Alligator, le Raton laveur, Paris, Editions G.P., 1981
  • L'Œil du chat (One-Eyed Cat, 1984), Paris, l'École des loisirs, 1991.
  • L'Homme du clair de lune (The Moonlight Man, 1986), Paris, Hachette jeunesse, 1990.
  • L'Île aux singes (Monkey Island, 1991), Paris, l'Ecole des loisirs, 1992.
  • Le Cerf-volant brisé (The Eagle Kite, 1995), Paris, l'Ecole des loisirs, 1997.

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Parure d'emprunt (Borrowed Finery, 2001), Paris, J. Losfeld, 2008.
  • L'hiver le plus froid (The Coldest Winter: A Stringer in Liberated Europe, 2005), Paris, J. Losfeld, 2012.