Oscar Micheaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oscar Micheaux

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographié vers 1913

Nom de naissance Oscar Devereaux Micheaux
Naissance
Metropolis
Illinois, Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 67 ans)
Charlotte
Caroline du Nord, États-Unis
Profession Réalisateur, producteur,
scénariste, acteur et écrivain
Poster publicitaire pour le film Lying Lips (1939)

Oscar Micheaux[1] est un réalisateur, producteur, scénariste, acteur et écrivain américain, de son nom complet Oscar Devereaux Micheaux, né à Metropolis (Illinois) le , décédé d'un arrêt cardiaque à Charlotte (Caroline du Nord) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Auteur de sept romans (entre 1913 et 1947), ainsi que de nouvelles, Oscar Micheaux est surtout reconnu comme un pionnier du cinéma américain. En 1919, il crée sa propre compagnie de production, au sein de laquelle il réalise le premier film afro-américain la même année, The Homesteader (en) (réputé perdu à ce jour), adaptation par lui de son troisième roman, au titre éponyme, publié en 1917. Son deuxième film en 1920, Within Our Gates (classé en 1992 au National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès pour son importance historique), est une critique plus ou moins voilée — de même que son premier film pré-cité — de Naissance d'une nation (The Birth of a Nation, réalisé par D.W. Griffith en 1915).

En 1924, il réalise Body and Soul (en) (sorti l'année suivante), avec Paul Robeson dans sa première prestation au cinéma et, en 1931, le premier film parlant afro-américain, The Exile (en) (adapté de son premier roman de 1913, The Conquest : The Story of a Negro Pioneer by the Pioneer). En tout, il réalisera quarante-deux films — la plupart, produits et adaptés par lui, d'après l'un ou l'autre de ses romans et nouvelles —, le dernier en 1948. Il sera également acteur dans deux de ses films, en 1934 et 1935.

Notons encore qu'il était membre du mouvement "Renaissance de Harlem", destiné à promouvoir, dans les années 1920 et 1930, la culture afro-américaine.

Filmographie complète[modifier | modifier le code]

(comme réalisateur, producteur et scénariste, sauf mention contraire)

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

Romans d'Oscar Micheaux

(l'année indiquée est celle de première publication)

  • 1913 : The Conquest : The Story of a Negro Pioneer by the Pioneer, Woodruff Press, Lincoln, Nebraska, 311 p.
  • 1915 : The Forget Note : A Romance of the Darkness Races, Western Book Supply Company, Lincoln, Nebraska, 521 p.
  • 1917 : The Homesteader, Western Book Supply Company, Sioux City, Iowa, 533 p.
  • 1941 : The Wind from Nowhere, Book Supply Co., New York, 385 p.
  • 1944 : The Case of Mrs. Wingate, Book Supply Co., New York, 518 p.
  • 1946 : The Story of Dorothy Stanfield, Book Supply Co., New York, 416 p.
  • 1947 : The Masquerade, Book Supply Co., New York, 401 p.

Postérité et distinctions[modifier | modifier le code]

L'apport d'Oscar Micheaux au cinéma a surtout été valorisé bien après son décès car, de son vivant, la ségrégation raciale sévissant pleinement aux États-Unis, ses films étaient voués à une diffusion plus ou moins confidentielle[3]. En 1986, la Directors Guild of America lui a décerné (à titre posthume donc) un prix spécial, le "Golden Jubilee Special Award", pour l'ensemble de sa carrière, puis a créé une récompense remise chaque année, le "Oscar Micheaux Award".

En outre, depuis 1987, une étoile lui est dédiée sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom est parfois orthographié "Michaux".
  2. Alice B. Russell (en) (1892-1984) était l'épouse d'Oscar Micheaux et joue dans onze de ses films.
  3. Un documentaire américain de 1994, consacré à Micheaux, a pour titre original Midnight Ramble (en), appellation de la politique de ségrégation pratiquée dans bon nombre de salles de cinéma américaines jusque dans les années 1950, consistant à proposer les films classés afro-américains, à un public de même origine, lors d'une séance de minuit.