Oh! Darling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oh! Darling est une chanson des Beatles, écrite par Paul McCartney, mais créditée Lennon/McCartney, comme pour toutes les chansons du groupe composées par John Lennon et Paul McCartney, en collaboration ou non. Elle apparaît sur Abbey Road, le dernier album enregistré par les Beatles, paru le 26 septembre 1969 en Grande-Bretagne et le 1er octobre aux États-Unis.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Les premières prises de la chanson furent réalisées le 20 avril 1969, mais elle fut complétée avec de nombreux overdubs durant l'enregistrement proprement dit d'Abbey Road en juillet et août 1969[1].

Lorsque le groupe commença Oh! Darling, Paul McCartney venait au studio très tôt tous les jours pendant une semaine pour la chanter, car il trouvait que sa voix sonnait trop sèche. Il voulait que sa voix soit « à vif » et donne l'impression qu'il chantait sur scène depuis une semaine. Il a donc recommencé des dizaines de fois avant d'obtenir un résultat satisfaisant, notamment sur le pont de la chanson (« When you told me you didn't need me anymore... »), où il hurle littéralement[2],[3].

Dans sa fameuse interview avec le magazine Playboy en 1980, John Lennon explique qu'il n'a jamais apprécié la performance vocale de Paul et pensait que lui aurait fait mieux : « Oh! Darling était une bonne chanson de Paul mais il ne la chantait pas si bien. J'ai toujours su que j'aurais pu faire mieux — c'était plus mon style que le sien. Il l'a écrite, alors il l'a chantée »[2].

Le 27 janvier 1969, la future femme de John Lennon, Yoko Ono, était dans la procédure de divorce avec son premier mari, l'acteur Anthony Cox. Durant les sessions du projet Get Back, John se lança à la fin de Oh! Darling en répétition, déclarant « Libres enfin ! Yoko vient d'en finir avec son divorce ! », le groupe continua alors à jouer, se lançant dans une improvisation sur le thème chanté par Lennon : I'm Free at Last. La chanson en construction ainsi que l'improvisation finale sont disponibles sur l'album Anthology 3[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

Équipe de production[modifier | modifier le code]

Analyse artistique[modifier | modifier le code]

Oh! Darling est une chanson sans prétention, écrite par Paul McCartney à la manière des ballades rock de la fin des années 1950.

Oh! Darling parle d'un homme qui supplie son aimée de rester en affirmant : « Crois-moi, je ne te ferai jamais de mal, si tu me laisses, je n'y arriverai pas seul » et en hurlant : « Quand tu m'as dit que tu n'avais plus besoin de moi, je me suis écroulé, j'ai pleuré, je suis presque mort »[2]. Son nom, lors de son enregistrement, était Oh! Darling (I'll Never Do You No Harm), phrase qui est reprise dans les paroles[1].

Reprises[modifier | modifier le code]

Parmi les artistes ayant repris cette chanson, on peut citer :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mark Lewisohn, The Complete Beatles Recording Sessions: The Official Story of the Abbey Road Years, Londres, Hamlyn,‎ 1988 (ISBN 0-600-55784-7)
  2. a, b et c Steve Turner, L'Intégrale Beatles: les secrets de toutes leurs chansons [« A Hard Day's Write »], Hors Collection,‎ 1999, 285 p. (ISBN 2-258-06585-2)
  3. George Harrison, John Lennon, Paul McCartney, Ringo Starr, The Beatles Anthology, Seuil,‎ 2000 (ISBN 2-02-041880-0)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) The Beatles, The Beatles Anthology, Paris, Seuil,‎ 2000, 367 p. (ISBN 2-02-041880-0)
  • (fr) Geoff Emerick (trad. Philippe Paringaux, préf. Elvis Costello), En studio avec les Beatles : les mémoires de leur ingénieur du son, Le Mot et le Reste,‎ 2009, 486 p. (ISBN 978-2-915378-99-3)
  • (fr) Tim Hill (trad. Denis-Armand Canal, préf. Jean-Claude Perrier), The Beatles : Quatre garçons dans le vent, Paris, Place des Victoires,‎ 2008 (1re éd. 2007), 448 p. (ISBN 978-2-84459-199-9)
  • (en) Mark Lewisohn (préf. Ken Townsend), The Beatles : Recording Sessions, New York, Harmony Books,‎ 1988, 204 p. (ISBN 0-517-57066-1)
  • (fr) Philip Norman (trad. Philippe Paringaux), John Lennon : une vie, Paris, Robert Laffont,‎ 2010 (1re éd. 2008), 862 p. (ISBN 978-2-221-11516-9)
  • (fr) François Plassat, Paul McCartney : l'empreinte d'un géant, Paris, JBz & Cie,‎ 2010, 544 p. (ISBN 978-2-75560-651-5)
  • (fr) Steve Turner (trad. Jacques Collin), L'intégrale Beatles : les secrets de toutes leurs chansons, Hors Collection,‎ 2006 (1re éd. 1994, 1999), 288 p. (ISBN 2-258-06585-2)