Nwal-Endéné Miyem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nwal-Endéné Miyem Portail du basket-ball
20130607 - France-Canada - 069.jpg
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 15 mai 1988 (26 ans)
Reims
Taille 1,88 m (6 2)
Surnom Endy
Situation en club
Club actuel Drapeau : France Tango Bourges Basket
Numéro 7
Poste Ailière / intérieure
Carrière universitaire ou amateur
1994-1999
1999-2001
2001-2004
2004-2006
Reims
Saint-Jacques Sport Reims
Centre Fédéral de Toulouse
Centre fédéral
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
CJM Bourges Basket
Bourges
Bourges
Bourges
Bourges
Bourges
Bourges
Bourges
07,2
10,2
10,3
10,3
09,2
11,4
12,2
12,1[1]
Sélection en équipe nationale **
2008- Drapeau : France France (121 sél.) 929[2]

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Nwal-Endéné Miyem, le plus souvent nommée Endy Miyem née le 15 mai 1988 à Reims, est une joueuse de basket-ball française. Membre de l'équipe de France, elle remporte le titre européen 2009 et une médaille de bronze lors de l'édition suivante de cette compétition.

Biographie[modifier | modifier le code]

Équipes de France[modifier | modifier le code]

Elle fait ses débuts en compétition internationale sous le maillot bleu en 2003 en disputant le championnat d'Europe cadettes, compétition où les Françaises terminent à la cinquième place. Pour ses débuts, elle inscrit 2,5 points de moyenne et capte 2,8 rebonds en 9 minutes 66[3]. L'année suivante, son temps de jeu est passé à 27 minutes, inscrivant 11,1 points, captant 7,2 rebonds et délivrant 0,4 passe. La France termine à la septième place de la compétition[4].

En 2005, elle rejoint l'équipe de France qui dispute le Championnat d'Europe des 18 ans et moins. Avec une équipe qui contient également Sandrine Gruda, Jennifer Digbeu, Anne-Sophie Pagnier ou Anael Lardy, elle présente des statistiques de 7,4 points, 5,5 rebonds et 0,5 passe[5]. La France termine à la troisième place, battue en demi-finale par la Serbie et Monténégro sur le score de 85 à 74. La saison suivante, elle est devenue la joueuse majeure de cette sélection, terminant meilleure marqueuse, 17,3 points, et rebondeuse, 10 rebonds, des Bleues. la France, éliminée en quart de finale - disputé sous forme de groupe dont la France termine à la cinquième place - termine la compétition à la sixième place[6].

Elle dispute sa première compétition mondiale avec le championnat du monde des 21 ans et moins disputé à Moscou. Les Françaises, dont les trois meilleures marqueuses sont les intérieures Sandrine Gruda avec 19,6 points, E Miyem avec 11,1 et Isabelle Yacoubou-Dehoui avec 10,3, terminent à la troisième place derrière les États-Unis et l'Australie, ne subissant qu'une seule défaite en demi-finale face aux Australiennes sur le score de 88 à 81. Endéné Miyem ajoute également 6 rebonds[7]. Une semaine plus tard, Elle dispute le championnat d'Europe des 20 ans et moins où elle présente des statistiques de 14,6 points, meilleure marqueuse française, 8,2 rebonds et 0,5 passe[8]. Miyem remporte sa seconde médaille de bronze de l'été, battue en demi-finale par les Serbes par 76 à 64.

Elle débute sous le maillot bleu de la équipe de France A le 10 juillet 2008 à l’Alpe d’Huez contre la Turquie, rencontre où elle inscrit 7 points lors d'une victoire 67 à 37. Lors de cette saison, elle participe activement - elle termine à deux reprises meilleure marqueuse des Bleues - à la qualification pour le championnat d'Europe 2009. Pour sa première année sous le maillot bleu, Elle dispute 19 rencontres dont 9 avec 10 points ou plus. Lors des qualifications, elle dispute 20 minutes 75 qu'elle utilise pour inscrire 8,5 points, quatrième marqueuse française, et capter 3,3 rebonds[9].

La saison suivante, elle figure parmi les joueuses qui disputent le championnat d'Europe. Avec un secteur composé de Sandrine Gruda, Isabelle Yacoubou-Dahoui, Emmeline NDongue et Élodie Godin, elle parvient tout de même à obtenir un temps de jeu de 11 minutes 44. Elle inscrit 4,2 points et capte 2,3 rebonds. Elle réalise ses deux meilleures performances face aux Biélorusses, d'abord 8 points et 6 rebonds lors du premier tour puis 11 points en seulement 15 minutes en demi-finale[10]. Lors de la finale face aux Russes, elle ne dispute que trois minutes. Les Françaises, s'appuyant principalement sur Sandrine Gruda et Céline Dumerc, toutes deux nommées dans le cinq majeur du tournoi, remporte son second titre européen.

Habituée des sélections, elle est appelée par le sélectionneur national lors de la préparation au Mondial 2010. Avec l'absence de Isabelle Yacoubou-Dahoui, Sandrine Gruda - qui termine sa saison WNBA et rejoint le groupe des Françaises en cours de préparation - elle s'affirme alors avec Émilie Gomis comme l'une des principales armes offensives des Françaises. Elle est logiquement retenue dans la sélection des douze joueuses retenues pour disputer le mondial[11]. Ce groupe doit faire face à l'absence de Sandrine Gruda, blessée aux tendons rotuliens, et Émilie Gomis. Endy Miyem s'impose comme une valeur sûre de la sélection, étant trois fois meilleure marqueuse lors des quatre premiers matches[12].

Son pourcentage de réussite au tir chute lors des deux rencontres suivantes : défaite 62 à 52 face aux Australiennes, avec 8 points (4 sur 11 aux tirs) et 6 rebonds, puis victoire 49 à 47 face aux Canadiennes - 9 points à 2 sur 8 aux tirs et 4 rebonds. Opposées aux Espagnoles en quart de finale, les joueuses intérieures françaises limitent l'apport offensif de la nouvelle naturalisée espagnole Sancho Lyttle, qui termine la compétition au dixième rang du classement des marqueuses et des rebondeuses. Miyem termine la rencontre avec 11 points, à 5 sur 8, et 5 rebonds. Les Françaises mènent encore de six points à 35 secondes du terme, 64 à 58. À 8 secondes de la fin, Miyem ne réussit qu'un lancer sur les deux tentés pour donner deux points d'avance aux Françaises mais Amaya Valdemoro inscrit deux points dans la dernière seconde pour obtenir le droit de disputer une prolongation. Lors de celle-ci, les Françaises ont deux points d'avance à 1 minute 30 mais ensuite n'inscrivent plus aucun point et s'inclinent 74 à 71[13].

Blessée à une cheville lors de cette rencontre, Miyem, ne dispute pas les deux dernières rencontres des Françaises qui terminent à la sixième place de la compétition[14]. Elle termine meilleure marqueuse française du mondial avec 11,9 points de moyenne et meilleure rebondeuse de son équipe, 5,1 rebonds. Au niveau des passes décisives, sa moyenne est de 0,9 par rencontre[12].

Avec le retour de Sandrine Gruda dans l'effectif de l'équipe de France, Endéné Miyem retrouve un rôle de joueuse venant du banc. Son temps de jeu est également en baisse, 17 minutes 4 contre près de 25 minutes lors du mondial 2010. Elle réalise ses deux meilleures performances contre l'Espagne, 16 points, 5 rebonds et 1 passe puis lors du matche suivant contre le Monténégro, 21 points et 5 rebonds[15]. Lors des rencontres décisives, elle ne dispute que 10 minutes, sans point marqué, lors de la victoire de la France face à la Lituanie, puis après avoir inscrit 4 points et capté 5 rebonds lors de la demi-finale perdue face à la Turquie, elle ne dispute que 5 minutes[15] lors du match pour la troisième place où la France l'emporte 63 à 56 face à la République tchèque pour remporter la médaille de bronze. Sur l'ensemble de la compétition, ses statistiques sont de 7,9 points, 3,9 rebonds, 0,9 passe et 0,2 contre[15].

Sélectionnée dans l'équipe olympique, elle est décalée au poste 3. Elle se révèle dans ce rôle lors du dernier quart temps du quart de finale face à la République tchèque. Avec 14 points, son apport est décisif pour seconder Céline Dumerc (23 points) et les intérieures pour permettre à la France de se qualifier pour les demi-finales[16],[17].

Fin 2012, considérant la faible exposition du sport féminin dans les médias et son insuffisante reconnaissance dans la société malgré ses résultats sportifs, elle s'engage - tout comme Emmeline Ndongue et Céline Dumerc avec le club de Bourges pour organiser les premiers états généraux du sport féminin en équipe[18].

Blessée au mollet lors de la rencontre de préparation face aux Américaines à Paris, elle ne dispute que deux rencontres lors du championnat du monde avant de connaître une rechute[19].

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Face à Laëtitia Kamba.

Son potentiel repéré par Pierre Vincent, elle rejoint Bourges à sa sortie de l'INSEP en 2006. Grande travailleuse, elle est selon Pierre Fosset : « une grande timide, allez ! Elle non plus n'aime pas se mettre en avant. C'est quelqu'un qui ne fait jamais de bruit. Elle observe, elle écoute, elle assimile, elle apprend. Elle a aussi de grandes qualités de cœur. Au club, elle s'est ainsi beaucoup investie dans des projets en direction des enfants, ça lui plaisait à l'évidence beaucoup[20]… ». Elle remporte plusieurs titres en championnat de France.

Elle décroche la troisième de l'Euroligue 2012-2013, marquant 4 points et 10 rebonds lors de la rencontre décisive malgré un nez cassé[21]. En avril 2013, elle emporte un nouveau titre de championne de France avec Bourges[22]. En avril 2013, elle prolonge de deux ans son engagement à Bourges : « Ce n’est pas facile de partir. Je suis arrivée ici à dix-huit ans, et j’avais signé pour trois ans, mais je me disais que je ne ferais jamais mes trois ans. Et ça fait sept ans que je suis là. J’ai eu des propositions de l’étranger mais rien, économiquement et sportivement, qui me donne envie de partir. Tout combiné, rien ne valait Bourges. C’est mon club de cœur, ma maison[23]. »

En 2013-2014, elle accroche avec Bourges la quatrième place de l'Euroligue[24], jouant 18 matches pour 11,8 points, 6,4 rebonds et 1,1 passes décisives de moyenne[25]. Bourges remporte en 2014 sa huitième coupe de France face à Villeneuve-d'Ascq par 57 points à 48 avec une Endy Miyem efficace : 20 points à 9/11, 5 rebonds[26].

Blessée en équipe de France, elle doit renoncer aux premiers mois de compétition avec Bourges à l'automne 2014[19].

Club[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Sénior[modifier | modifier le code]

Jeune[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Endene Miyem », Ligue féminine de basket (consulté le 17 avril 2014)
  2. Mondial 2014 inclus. « Endene Miyem », FFBB (consulté le 15 octobre 2014)
  3. (en) « 2003 European Championship for Cadettes - 11 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  4. (en) « 2004 European Championship for Women U16: DIVISION A - 11 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  5. (en) « 2005 U18 European Championship Women : DIVISION A - 11 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  6. (en) « 2006 U18 European Championship Women: DIVISION A - 11 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  7. (en) « 2007 FIBA U21 World Championship for Women - 11 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  8. (en) « 2007 U20 European Championship Women : DIVISION A - 11 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  9. (en) « 2009 EuroBasket Women: DIVISION A - 7 - Endéné Miyem », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  10. (en) « 2009 EuroBasket Women - 5 - Endéné Miyem », sur archive.fiba.com (consulté le 28 septembre 2010)
  11. « Les 12 Bleues pour le Mondial », Fédération française de basket-ball,‎ 11 septembre 2010 (consulté le 12 septembre 2010)
  12. a et b « Czech Republic, FIBA world championship 2010 - Endene Miyem », FIBA,‎ 28 septembre 2010 (consulté le 28 septembre 2010)
  13. (en) « Czech Republic, FIBA world championship 2010 - France 71-74 Espagne », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 8 novembre 2010)
  14. « Basket féminin: les Bleues exorcisent leurs démons en dominant les Coréennes », sur www.leparisien.fr,‎ 2 octobre 2010 (consulté le 8 novembre 2010)
  15. a, b et c (en) « EuroBasket Women - Final Round 2011 (France) - Endene Miyem (France) », sur eurobasketwomen2011.com (consulté le 16 juillet 2011)
  16. « JO (F) : La France en demi-finale ! », Catch & Shoot,‎ 8 août 2012 (consulté le 8 août 2012)
  17. « London women, Quarter-Finals », FIBA,‎ 8 août 2012 (consulté le 8 août 2012)
  18. « Halte au mépris du sport féminin en équipe ! », Daily Motion,‎ 30 novembre 2012 (consulté le 8 décembre 2012)
  19. a et b « Bourges basket : Miyem out "six semaines à quatre mois" », leberry.fr,‎ 12 octobre 2014 (consulté le 14 octobre 2014)
  20. « Les trois dames bleues de Pierre Fosset », Le Berry Républicain,‎ 27 juillet 2012 (consulté le 8 décembre 2012)
  21. a et b « Euroligue (F) : Bourges décroche la troisième place ! », Catch & Shoot,‎ 24 mars 2013 (consulté le 24 mars 2013)
  22. a et b « LFB : Bourges conserve son titre de champion », Catch & Shoot,‎ 27 avril 2013 (consulté le 27 avril 2013)
  23. « Endy Miyem : « Rien ne valait Bourges » », Catch & Shoot,‎ 29 avril 2013 (consulté le 29 avril 2013)
  24. « Third Place Game Highlights », FIBA,‎ 13 avril 2014 (consulté le 19 avril 2014)
  25. « ACCUMULATED STATISTICS », FIBA (consulté le 19 avril 2014)
  26. « Face à Villeneuve d’Ascq, Bourges décroche sa huitième Coupe de France », Catch & Shoot,‎ 10 mai 2014 (consulté le 10 mai 2014)
  27. « Des Bleues en bronze », FFBB,‎ 3 juillet 2011 (consulté le 4 juillet 2011)
  28. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]