Nom arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Animation montrant le tuğra du sultan ottoman Mahmud II en turc : Mahmoud Han ben Abdelhamid Mouzaffir Dayma — محمود حان بن عبد الحميد مظفر دايما, ces mots signifient littéralement « Mahmud - Khan - fils de - Abdülhamid Ier - victorieux - à jamais. »

Le nom arabe est composé de plusieurs parties, dont l'ordre n'est pas systématiquement conservé, et dont certaines peuvent être omises.

Noms arabes classiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des prénoms arabes.

Les noms arabes classiques se décomposent en cinq parties, écrites traditionnellement dans l’ordre :

  1. le surnom ou kunya (كنية ) : abu, père de, suivi du (pré)nom arabe du fils aîné, ou pseudonyme souvent omis dans les états civils officiels, correspond au nom d’usage
  2. le nom ou ism (إسم) : indispensable, correspond au prénom actuel
  3. le nom honorifique ou laqab (لقب) : correspond au surnom, devenu souvent dans l’époque moderne un nom de famille français, pas toujours présent mais généralement recommandé pour qualifier le (pré)nom
  4. la filiation patrilinéaire ou nasab (نسب) : ben, fils de, suivi du (pré)nom arabe du père ; la filiation peut être répétée aux aïeux mais se limite souvent au seul père
  5. l'origine ou nisba (نسبة) : gentilé, souvent omis, souvent aussi la source des noms de famille

Kunya (كنية )[modifier | modifier le code]

Le « surnom » (père de) : c'est l'expression Abou qqn. où qqn. est le nom du fils aîné, mais cela peut être un surnom ou pseudonyme dû à la personnalité. Pour une femme cela prend la forme Umm qqn.

  • Abû Ahmed (أبو أحمد) Père d’Ahmed.
  • Abû `Ammâr (أبو عَمَّار) Père du maçon. Pseudonyme de Yasser Arafat ; son premier métier était architecte (père des maçons).
  • Abu Taymour : (ابو تيمور). Surnom de Walid Joumblatt.
  • Umm Kulthûm (أُمّ كُلثُوم) Celle aux bonnes joues.

Ism (إسم)[modifier | modifier le code]

Le « nom » : c'est le nom "proprement dit" qui est devenu le prénom dans les états civils de type napoléonien.

  • simples : Ahmed ; Ibrâhîm ; Mohammed ; Yusef ; `Alî ; `Omar.
  • composés : `Abd allah (Abdallah) ; `Abd al-Krim (Abdelkrim).

Laqab (لقب)[modifier | modifier le code]

Le « nom honorifique » : en général c'est un adjectif ou une expression plutôt flatteuse. Attribué durant la vie d’une personne pour ses actions, il vient compléter le nom proprement dit.

  • Al-Mansûr (المنصور) Le vainqueur
  • Al-Kâtib (الكاتب) L'écrivain

Nasab (نسب)[modifier | modifier le code]

La « filiation » (fils de) : sous la forme « fils de xxxx, fils de yyyy, etc. » Dans ces filiations on utilise la forme ben (بن [bin]) au lieu du mot ibn (اِبن [ibn], fils ou descendant [de]). Cette filiation peut remonter jusqu'à Adam d'après les traditionalistes.

  • ben Abî Ibrâhîm Ishâq ben Yûsuf ben `Abd al-Mû'min (بن أبي إبراهيم اسحاق بن يوسف بن عبد المؤمن) Fils d’Abû Ibrâhîm Ishâq, (petit-)fils de Yûsuf, (arrière petit-)fils d’`Abd al-Mû'min

Au féminin, on utilise bint (arabe : بنت, fille [de]) à la place de ben :

À noter qu'on cite toujours le père et non la mère, pour les fils comme pour les filles.

Nisba (نسبة)[modifier | modifier le code]

L'« origine » : en général le nom de la tribu, de la ville ou de la province d’origine, sous forme de gentilé ().

Autres formes[modifier | modifier le code]

Les usages courants diffèrent sensiblement de la forme classique ci-dessus. Dans beaucoup de pays, sous l'influence de l'administration coloniale, le nom officiel a adopté un nom de famille à l'occidentale (choisi par les intéressés), même si la forme traditionnelle reste utilisée.

D'autres formes sont aussi utilisées :

  • Le prénom d'un ancêtre, largement connu et utilisé comme une sorte de nom de famille, utilisant le nom Al (arabe : آل transcrit ’āal, voulant dire famille [de]), qui reste détaché du mot qui le suit et se transcrit sans tiret: à ne pas confondre avec l'article défini al- (arabe : ال, transcrit ’al- ou l-) qui s'attache avec le nom qui le suit et dont la prononciation est plus brève et très variée selon le contexte — par exemple :
    • Al Saoud (arabe : آل سعود) comme dans Khaled ben Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud (arabe : خالد بن فيصل بن عبد العزيز آل سعود), Khaled, fils de Fayçal fils de Abdelaziz, de la famille de Saoud, un moyen commode d'éviter d'avoir à décliner la filiation complète jusqu'à son arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père Saoud, ce qui donnerait « Khaled ben Fayçal ben Abdelaziz ben Abderrahman ben Fayçal ben Turki ben Abdallah ben Mohammed ben Saoud »
  • une variante du précédent, mais utilisée seul, ibn suivi d'un prénom comme dans ibn Saoud (arabe : ابن سعود ou ’ibnou Sa°oûd, « descendant de Saoud »), qui désigne semble-t-il le plus connu des descendants en vie du patriarche, le « Ibn Saoud » célèbre en Occident depuis la Première Guerre mondiale est Abdelaziz ben Abderrahman Al Saoud, fondateur de l'Arabie Saoudite moderne, mais le terme s'appliquait au XVIIIe siècle à son ancêtre Mohammed ben Saoud, à l'origine du nom de l'Arabie saoudite[1] et fondateur des wahhabites avec son allié Mohammed ben Abdelwahhab, lui-même dit « ibn Abdelwahhab »...
  • Pour la filiation (Nasab), une variante formée avec l'article défini al- (arabe : ال) à la place de ben (arabe : بن), avec un sens voisin :
    • Khaled al-Fayçalarabe : خالد الفيصل le Khaled de Fayçal — équivalent de Khaled ben Fayçalarabe : خالد بن فيصل Khaled, fils de Fayçal — comme dans Khaled al-Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. et paradoxalement pas son père Saoud, qui est un illustre inconnu
  2. le fait que le père soit célèbre, ici Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud qui fut roi d'Arabie saoudite, explique peut-être l'usage de cette variante

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]