Mantinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mantinée
(grc) Mαντινεια
Trois Muses de la Base de Mantinée
Trois Muses de la Base de Mantinée
Localisation
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Péloponnèse
Nome Arcadie
Coordonnées 37° 37′ 05″ N 22° 23′ 33″ E / 37.618111, 22.3924237° 37′ 05″ Nord 22° 23′ 33″ Est / 37.618111, 22.39242  

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Mantinée
Mantinée

Mantinée (en grec ancien Μαντίνεια / Mantíneia), Ptolis (Πτόλις) à l'époque de Pausanias, actuellement Paleópolis, est une petite cité-État grecque antique, située au sud-est de l'Arcadie. Elle est le résultat de l'unification de cinq villages (synécisme) vers le -VIe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon la légende, son nom vient de Mantíneos, un fils de Lycaón.

Site archéologique[modifier | modifier le code]

Le territoire de Mantinée était limité à l'ouest par le massif du Ménale et à l'est par celui de l'Artémision qui le séparait de l'Argolide ; au nord, une ligne de collines le séparait de celui d'Orchomène, et au sud, une rivière était la frontière avec sa rivale Tégée. En gros, ce territoire correspond aujourd'hui à celui de Tripoli. Elle était entourée à l'époque de Pausanias des villages de Maïra (Μαῖρα), Petrosaca (Πετροσάκα), Xenis (Ξενίς), Foïzôn (Φοίζων), Prinos (Πρῖνος), Climax (Κλίμαξ), Nestanè (Νεστάνη), et Melaguia (Μελαγγεῖα).

On a une bonne vue sur la plaine agricole et l'ensemble de la cité depuis la colline voisine de la Panayia Goutsouli, où la Base de Mantinée fut découverte en 1887.

Les vestiges archéologiques les plus significatifs sont ceux du théâtre, de la première époque hellénistique (IVe ‑ IIIe siècles av. J.-C.), ceux de l'agora voisine, avec ses deux portiques (stoai), dont le plus méridional, qui se développe en deux ailes, devait abriter le bouleutérion, puis une exèdre du temps d'Auguste due à une bienfaitrice nommée Épigonè (inscription IG 5.2.344, au musée de Tripoli), ainsi qu'un temple attribué à Artémis Mésopolitis. Les remparts de la ville s'étendaient sur 4 km, comportant 120 tours, dont 108 ont été effectivement relevées sur le terrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mantinée était souvent en guerre contre sa voisine et rivale Tégée. Les deux cités se disputaient l'hégémonie locale en Arcadie, comme le raconte Thucydide qui décrit leurs combats. Elle fut une alliée de Sparte et, durant les guerres médiques, 500 Mantinéotes combattirent aux Thermopyles aux côtés de Léonidas, mais parfois elle changea d'alliance et combattit Sparte. Contrairement à celle de Sparte, sa constitution était démocratique : Polybe la donne en exemple. Les Thébains y vainquirent la coalition athénienne-spartiate au IVe siècle, mais Epaminondas s'y fit tuer. N'ayant pas d'enfants, il aurait dit : « je laisse deux filles immortelles, Leuctres et Mantinée » et, en expirant : « J'ai assez vécu, puisque je meurs sans avoir été vaincu ». Au siècle suivant, Mantinée est détruite par la ligue achéenne, mais renaît de ses ruines sous le nom d'Antigonée (Ἀντιγόνεια, du nom du roi de Macédoine, chef de la ligue). C'est sous ce nom qu'elle devient, au IIe siècle, une alliée romaine. Ce fut la seule cité grecque à prendre le parti d'Octave avant la bataille d'Actium, et bien lui en prit.

Au cours de cette période, trois grandes batailles eurent lieu à Mantinée : celle du IVe siècle, celle du IIIe siècle et celle du IIe siècle avant notre ère.

Elle resta romaine tandis que l'Empire évoluait en un état oriental, grec et chrétien, au sein duquel Antigonée fit partie du thème du Péloponnèse (θέμα Πελοποννήσου) jusqu'en 1206, lorsqu'à la suite de la quatrième croisade, l'Arcadie échut à la principauté franque fondée par Guillaume de Champlitte, avant de revenir aux Grecs en 1349, quand Manuel Cantacuzène, fils de l'empereur byzantin Jean VI Cantacuzène, fonde le Despotat de Morée. Mais en 1460, les Turcs s'emparent du Péloponnèse et la ville, désormais appelée Paleópolis (l'« ancienne cité »), n'est plus qu'un pâturage entre des hameaux de bergers recyclant ses ruines, et dont l'histoire est celle du Péloponnèse.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]