Monemvasia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monemvasia
(el) Μονεμβασία
Image illustrative de l'article Monemvasia
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Péloponnèse
District régional Laconie
Démographie
Population 4 660 hab. (2001[1])
Géographie
Coordonnées 36° 41′ 15″ N 23° 03′ 20″ E / 36.687586, 23.055625 ()36° 41′ 15″ Nord 23° 03′ 20″ Est / 36.687586, 23.055625 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Monemvasia

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Monemvasia

Monemvasia ou Malvoisie (en grec Μονεμβασία) est une ville fortifiée de Grèce située au sud du Péloponnèse, sur la côte est du district régional de Laconie.

La cité a donné son nom à un cépage, puis à un vin célèbre au Moyen Âge, le malvoisie, qui était exporté jusqu'en Angleterre. Selon une légende populaire, George Plantagenêt, duc de Clarence, condamné à mort en 1478 pour avoir comploté contre son frère le roi Édouard IV d'Angleterre, aurait choisi de mourir noyé dans un tonneau de ce vin.

Un cépage porte aussi le nom de Malvoisie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dème de Monemvasia suite à la réforme Kallikratis (2010)

Sa situation au pied d'un rocher fortifié formant une presqu'île lui a parfois valu le surnom de Gibraltar de l'Est.

Rocher de Monemvasia vu depuis la côte nord

La localité est composée de deux quartiers :

  • le Kastro, la ville historique située sur la presqu'île, occupe une partie d'un rocher de 1,8 km de long et 300 m de haut, relié par une digue au continent. Elle est divisée elle-même en une Ville Haute actuellement abandonnée, située en haut du rocher, et la Ville Basse en contrebas ;
  • le quartier moderne de Géfyra se trouve en face, sur le continent. Il abrite le port et la majeure partie des infrastructures touristiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monemvasia au XVIIe siècle

Son nom vient de deux termes grecs, moni (Μόνη) et emvasia (Eμβασία), signifiant "unique chenal" ou "unique embarcadère".

Cité de l'Empire romain d'Orient, Monemvasia fut fondée au VIe siècle par des habitants de Laconie qui fuyaient l'invasion de la Grèce par des peuples slaves venus d'Europe du Nord. Au VIIIe siècle, un hôpital y est construit : c'est un centre de lutte contre la propagation de la peste, qui promeut les principes de l'hygiène hippocratique. Au XIIe siècle, la petite ville est un actif centre commercial et maritime de l'Empire byzantin, et un important centre d'exportation du vin de Malvoisie.

Lors de l'invasion de l'Empire byzantin par les croisés, en 1204, Monemvasia est assiégée vainement par les Vénitiens. Elle reste grecque tandis que la majeure partie du Péloponnèse est prise par les "Latins".

Toutefois en 1245, le prince franc de l'Achaïe, Guillaume II de Villehardouin entreprend le siège de la ville par terre et par mer, avec l'aide de 4 bateaux vénitiens et de chevaliers francs ; après 3 années de blocus, il réduit la place par la famine. Les survivants sont dispersés dans la campagne. En 1262, pour payer sa rançon au basileus byzantin Michel VIII Paléologue, le prince latin d'Achaïe doit rendre la place ; le gouverneur impérial et commandant militaire grec Michel Cantacuzène y regroupe à nouveau les habitants et utilise dès lors Monemvasia comme point d'appui pour la reconquête du Péloponnèse sur les barons francs, et pour la constitution du despotat grec de Morée ; elle sert aussi de port-abri pour la flotte génoise alliée aux Grecs (tandis que les vénitiens sont les alliés des barons francs) et pour les corsaires crétois qui attaquent les navires de la principauté franque. En rétorsion, les Almogavres de l'amiral catalan Roger de Lluria pillent la cité en 1292.

En 1333, les pirates turcs d'Umur pacha pillent à leur tour la ville : c'est la première fois que les Turcs se présentent dans la région. Paul Mamonas, archonte de la ville, s'oppose (1384), à la remise de la place par le despote de Morée Théodore Ier Paléologue aux Vénitiens, puis doit, dix ans plus tard (1394) payer tribut au sultan ottoman, Bajazet.

En 1464, Monemvasia se place sous protectorat vénitien ; les doges en font un de leurs comptoirs. Puis les Turcs la conquièrent en 1540. Elle est alors quasiment vidée de ses habitants, qu'une garnison ottomane remplace. Plusieurs tentatives de Venise pour récupérer Monemvasia se soldent par des échecs, et c'est seulement au terme d'un siège de quatorze mois qu'elle est reprise, en 1690, en même temps que tout le Péloponnèse, au cours de la guerre de Morée. Les Turcs reprennent la ville en 1715 lors de leur reconquête du Péloponnèse. Assiégée par les Grecs pendant plusieurs mois au début de la Guerre d'indépendance grecque, elle capitule début août 1821, et une population grecque s'y installe à nouveau.

Depuis 1920, le château n'est plus habité. Pendant la Première Guerre mondiale, elle subit des canonnades de navires allemands, austro-hongrois et turcs. Port stratégique bien que modeste, pendant la Deuxième Guerre mondiale elle est occupée par les Italiens de juin 1941 à octobre 1943, par les Allemands d'octobre 1943 à octobre 1944, puis par les Britanniques d'octobre 1944 à octobre 1949. Après avoir été assez isolée dans les années 1950, Monemvasia a vu récemment un accroissement de son activité touristique : nombre de bâtiments médiévaux ont été restaurés, dont certains reconvertis en hôtels. La majeure partie de ses rues n'étant pas adaptée à la circulation automobile, la ville a gardé son cachet original et sa tranquillité.

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Sophie, dans la ville haute.

Elle fut établie au milieu du XIIe siècle par l'empereur Andronic Ier Comnène qui la dédia à la Panagia Hodegetria. À l'époque vénitienne, elle fut convertie en un couvent catholique. Après l'indépendance de la Grèce, elle fut dédiée à la sagesse de Dieu, d'où son appellation actuelle. Le temps et les guerres lui causèrent de sérieux dommages et elle fut restaurée au milieu du XXe siècle par Eustathios Stikas.

Personnalités liées à Monemvasia[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Sévèros (1541-1616), Théologien orthodoxe et métropolite de Philadelphie est natif de Monemvasia.
  • Yannis Ritsos (1/05/09 - 11/11/90), Poète engagé, militant communiste plusieurs fois emprisonné, il a produit une des oeuvres poétiques les plus marquantes du XXe siècle, qui lui a valu une reconnaissance internationale. Ses poèmes ont souvent été mis en musique par les plus grands musiciens grecs, Théodorakis et Leondis entre autres. La maison où il a passé l'essentiel de sa jeunesse est juste au-dessus de la porte d'entrée de la vieille ville de Monemvassia. Un buste du poète a été installé sur la terrasse.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) (en) « Résultats du recensement de la population en 2001 », 793 Ko [PDF]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]