Keiretsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Keiretsu (系列?), ou zaki est un terme japonais désignant un ensemble d'entreprises, de domaines variés, entretenant entre elles des participations croisées. Avant les années 1950, on parlait de zaibatsu mais ces dernières furent démantelées lors de la période d'occupation du Japon, puisque leurs forts liens avec le militarisme japonais impérial, au sein d'un complexe militaro-industriel, avaient été démontrés.

Les keiretsu sont des conglomérats, formés d'une multitude d'entreprises diverses, généralement liées entre elles par des liens financiers tissés à partir d'une banque. Cette banque dispose d'un contrôle important sur les entreprises du keiretsu, agissant comme une entité de surveillance et un prêteur de court-terme. Ces groupes disposent de sociétés de commerce, les sōgō shōsha, qui prospectent les marchés mondiaux. Les keiretsu s'appuient sur des réseaux de PME très dynamiques, sous-traitantes et parfois familiales.

Les keiretsu comme Mitsubishi, Mitsui, Fuji Bank (en), Sanwa, Sumitomo, dynamiques et puissantes, forment le fer de lance de l'économie japonaise. Trois de ces keiretsu produisent 30 % du PNB au Japon.

Les keiretsu actuelles sont apparues pendant le miracle économique japonais, période de forte croissance économique. Les forts liens qui lient les entreprises se sont distendus à partir des années 1990, lorsque les principales banques japonaises ont été confrontées aux problèmes de créance douteuse. Les fusions-acquisitions, jusqu'alors très rares, ont commencé à prendre de l'ampleur.

Elles pratiquent traditionnellement le recrutement groupé de nouveaux diplômés.

En Corée du Sud, des conglomérats assez similaires portent le nom de chaebol, et seraient apparus lors de l'occupation de la Corée par le Japon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]