Mindanao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mindanao
Géographie
Pays Drapeau des Philippines Philippines
Archipel Philippines
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 8° N 125° E / 8, 1258° N 125° E / 8, 125  
Superficie 97 530 km2
Point culminant Mont Apo (2 954 m)
Géologie Île continentale
Administration
Régions Péninsule de Zamboanga, Mindanao du Nord, Davao, SOCCSKSARGEN, Caraga, ARMM
Démographie
Population 21 582 540 hab. (2007)
Densité 221,29 hab./km2
Plus grande ville Davao
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+8

Géolocalisation sur la carte : Philippines (relief)

(Voir situation sur carte : Philippines (relief))
Mindanao
Mindanao
Îles des Philippines

Mindanao est une île de l'archipel des Philippines. Elle est la deuxième île la plus importante de l'archipel par sa superficie et sa population.

L’île abrite une forte minorité musulmane en rébellion contre le gouvernement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mindanao se situe au sud de l'archipel des Philippines. Au nord, elle est bordée par la mer de Bohol, au sud par la mer des Célèbes, à l'ouest par la mer de Sulu et à l'est par l’océan Pacifique.

Topographie[modifier | modifier le code]

Mindanao, à l’image du reste des Philippines est marquée par la présence de 3 chaînes sédimentaires parallèles d’orientation nord-sud. À l’est, une cordillère Pacifique est constituée notamment par les monts Diuata. Une cordillère centrale, plus massive, constitue la ligne de partage des eaux de l’île. À l’ouest de cette cordillère s’étend le bassin hydrographique du Rio Grande de Mindanao (le second plus grand bassin des Philippines). À l’ouest, la dorsale de Zamboanga est la moins vigoureuse (elle n’excède que rarement les 800 mètres d’altitude)[1].

À ces 3 chaînes d’orientation nord-sud, s’ajoutent des hauts reliefs volcaniques à la répartition plus confuse. C’est à cet ensemble qu’appartient le Mont Apo, point culminant du pays avec 2 954 mètres d’altitude[1].

Sur l’ensemble de l’île, les plaines côtières sont généralement étroites[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

La tectonique de Mindanao est très complexe et marquée par des évolutions récentes. Les trois chaînes citées précédemment datent du Tertiaire, elles sont essentiellement constituées de roches sédimentaires (grès, marnes, calcaires ou conglomérats). Mais dans l’intervalle entre ces chaînes, s’étendent des plaines : celle formée par le bassin de l’Agusan et le Libuganon correspond à un long fossé de subsidence datant du pliocène et du Quaternaire. La plaine correspondant au bassin du Rio Grande de Mindanao date elle aussi du Quaternaire[1].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Normales climatiques[modifier | modifier le code]

De manière générale, on peut considérer que la cordillère centrale constitue la ligne de démarcation entre deux ensembles climatiques bien distincts. À l’est, le climat est marqué par un climat hyper-humide (voir le tableau climatique de Tandag) alors que l’ouest connaît un climat moins humide et plus ensoleillé (voir le tableau climatique de Zamboanga).

Les tableaux climatiques suivants nous permettent d’apprécier la diversité des climats de l'île. Le fort compartimentage du relief est à l’origine de ces climats variés et complexes[1].

Tandag, altitude : 7 mètres
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 25,6 25,6 26,1 27 27,7 27,5 27,6 27,6 27,5 27,3 26,6 26,1 26,9
Précipitations (mm) 769 647 487 346 252 178 174 146 163 212 462 654 4 490
Source : « Climat Tandag »
Zamboanga, altitude : 6 mètres
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 26,4 26,7 27,1 27,5 27,5 27,2 26,9 27 27 27 27 26,8 27
Précipitations (mm) 51 53 48 57 103 147 145 140 156 181 110 82 1 273
Source : « Climat Zamboanga »
Davao, altitude : 6 mètres
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 26,2 26,4 27,1 27,7 27,6 27,1 26,9 27 27,1 27,2 27,2 26,8 27
Précipitations (mm) 116 109 89 157 224 190 181 177 192 170 153 120 1 878
Source : « Climat Davao »


Typhons[modifier | modifier le code]

Sur Mindanao les typhons sont beaucoup moins fréquents que dans le reste de l’archipel, mais ils n'en demeurent pas moins un élément marquant du climat de l’île, notamment dans les provinces du nord-est. En 2013, Bopha, un typhon d’une puissance jamais enregistré précédemment a frappé l’île. Il a succédé à un puissant typhon datant de 2011 (voir tempête Washi). La récente montée en puissance de ce phénomène est souvent imputée au dérèglement climatique[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les quelques connaissances que l’on possède proviennent des travaux archéologiques menés dans les cavernes de Cotabato, qui ont permis de découvrir entre autres des urnes en céramique et en pierre calcaire datant du VIe siècle. De longues pirogues datant probablement du IVe siècle ont été retrouvées dans les environs de Butuan, ce qui atteste que des activités hauturières dans cette région pourraient s'être développées avant les autres régions d'Asie[3][4].

Période pré-coloniale[modifier | modifier le code]

Colonisation espagnole[modifier | modifier le code]

Il est presque certain que Magellan jeta l'encre dans l'embouchure du fleuve Agusan en l'an 1521. Marquant ainsi le début d'une colonisation sur l'ensemble de l'archipel qui durera jusqu'en 1998, date à laquelle les États-Unis prennent le contrôle de Mindanao et des Philippines en général[5].

La colonisation espagnole, bien qu'ayant duré plusieurs siècles, ne s'est jamais vraiment étendu sur toute l'île. Les espagnols ne réussirent à s'implanter durablement qu'en quelques étroits secteurs côtiers comme la province de Misamis oriental au nord ainsi que quelques autres places fortes (Zamboanga, Dapitan, la région de Butuan et les bordures du golfe de Davao)[1].

Domination des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1903, l’administration américaine, procède à un recensement. L’île ne compte alors qu’un demi-million d’habitants. L’île est alors essentiellement peuplée de communautés montagnardes primitives, et d’une forte population musulmane à l’ouest. À ses populations originaires s’ajoutent un petit peuplement chrétien dans la province du Misamis oriental et quelques communautés japonaises, développant la culture de l’abaca pour les cordages de la flotte impériale.

L’île n’est complètement pacifiée par les Américains qu’à partir des années 1913-1915. L’administration des États-Unis procède alors à la construction de routes, et à l’assainissement de l’île. Ces importants travaux vont permettre la colonisation de l’île par les populations chrétiennes venues du reste de l’archipel. Ainsi, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’île compte 1,8 million d’habitants, contrastant ainsi fortement avec le sous peuplement du début du XXe siècle[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 19 décembre 1941, les Japonais débarquent sur l’île. Débute ainsi une ère très difficile pour les habitants de Mindanao. L’armée japonaise se rend coupable de nombreux forfaits sur les populations, des expériences médicales abominables sont alors pratiquées. Mindanao est intégrée à la Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale[6].

Depuis l’indépendance[modifier | modifier le code]

La grande partie du peuplement insulaire date de l’après Seconde Guerre mondiale lorsque l’assainissement de l’île réalisé par les services de santé de l’armée américaine permet à la masse grossissante des sans-terres d’affluer vers la « terre promise » depuis Luçon surtout. En effet, le gouvernement soucieux de régler le problème agraire qui touche alors les campagnes de Luçon encourage les migrations de peuplement à destination de Mindanao. De 1948 à 1960, environ 1,2 million de colons, en grande majorité d’origine Cebuano, gagnent ainsi Mindanao.

Mais en 1972, le violent soulèvement des musulmans, rejetant le processus de colonisation dont ils sont victimes, vient mettre fin au mouvement migratoire vers les provinces centrales et occidentales marquées par l’insécurité. Depuis lors, ces provinces à fort peuplement musulman obtiennent l’autonomie interne en 1977. Le problème n’est cependant pas réglé, et la sécurité n’est pas retrouvée, car la rébellion musulmane reste toujours très vigoureuse aujourd’hui[1].

Administration[modifier | modifier le code]

L'île est divisée en six régions :

Ces régions ne possèdent pas d'organes gouvernant, à l'exception de l'ARMM. Elles sont subdivisées en 27 provinces, cependant, 5 d'entre elles correspondent à des iles. Mindanao à proprement parler est donc divisée en 21 provinces.

Violences politiques[modifier | modifier le code]

L'ile est marquée par de nombreuses violences. En 2014, elle est d'ailleurs classée comme territoire déconseillé par les services diplomatiques français[7].

Indépendantisme musulman[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, la minorité musulmane est en lutte contre l'armée. Elle est représenté par plusieurs mouvements dont les revendications sont différentes. D'une part, le Front Moro de Libération nationale (MNLF), apparaît comme le plus modéré, il est actuellement à la table des négociations. Il milite pour un État autonome sur une partie de Mindanao et sur l’archipel de Sulu dans le sud des Philippines depuis 1969. D'autre part, le Front Moro islamique de libération, qui résulte de la concession avec le MNLF en 1984 revendique une indépendance des régions musulmanes. Il apparaît comme plus radical est peut être qualifié de mouvement islamiste. Enfin, Abou Sayyaf, également issu d'une scission avec le MNLF en 1991 est également un mouvement islamiste radical proche d'al-Qaida[8][9].

Guérilla révolutionnaire[modifier | modifier le code]

La pauvreté massive, et les injustices économiques qui sont prégnantes sur Mindanao ont été un terreau très fertiles à un mouvement révolutionnaire armé : la New People's Army. Cette guérilla, ossillant entre des tendances marxiste-léninistes et maoïstes, est largement présente dans les zones reculées de l'ile, là ou l'armée régulière peine encore à s'imposer. Ces zones correspondent aussi aux zones de peuplement des ethnies originelles de l'ile, qui sont victimes d'un manque reconnaissance de leurs domaines ancestraux (avec un pillage des ressources et une destruction de leurs environnement)[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Population de Mindanao (en millions)[1]
1903 1948 1960 1988 2010
Population 0.5 2.9 5.0 13.0 20.3

Culture[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Raymond Blanadet, L'Asie du sud-est, Presse universitaire de Nancy,‎ 1992, 344 p. (ISBN 2-86480-379-8), p. 178-191
  2. (en) « Super Typhoon Bopha hits Phillipines; Death Toll likely > 300 » (consulté le 15/11/2014)
  3. « URNE FUNÉRAIRE » (consulté le 22/11/2014)
  4. (en) « Balanghai Shrine », sur http://www.nationalmuseum.gov.ph/ (consulté le 06/12/2014)
  5. (en) « History of Butuan » (consulté le 16/11/2014)
  6. (en) « Japanese doctor admits POW abuse » (consulté le 16/11/2014)
  7. « Philippines : Conseil aux voyageurs » (consulté le 21/11/2014)
  8. « Mindanao (Philippines) : pauvreté, injustice ou conflit réel ? » (consulté le 21/11/2014)
  9. (en) « Mapping Militant Organization » (consulté le 21/11/2014)
  10. (en) « New People's Army » (consulté le 28/11/2014)