Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie
Portrait de Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie par Robert Nanteuil, 1678
Portrait de Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie par Robert Nanteuil, 1678

Titre Duchesse de Genève
(1659 – 1724)
Autre titre Duchesse d'Aumale
(1659-1686)
Biographie
Nom de naissance Marie-Jeanne-Baptiste
Naissance
Paris
Décès
Turin
Père Charles-Amédée de Savoie
Mère Élisabeth de Bourbon
Conjoint Charles-Emmanuel II
Enfants Victor-Amédée

Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie dite Mademoiselle de Nemours est une aristocrate française née à Paris le et morte à Turin le . Elle fut régente du duché de Savoie.

Issue d'une branche française de la Maison de Savoie, elle est la fille de Charles-Amédée de Savoie, duc de Genève, de Nemours et d'Aumale, mort en duel en 1652, et d'Élisabeth de Bourbon. À ce titre, elle porta les titres de duchesse de Genève de 1659 à 1724 et d'Aumale de 1659 à 1686.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrière-petite-fille du roi Henri IV de France par César de Vendôme, fils légitimé du roi et de Gabrielle d'Estrées, elle est apparentée à la famille royale (et à Louis XIV) mais aussi à la Maison de Lorraine et aux Valois en tant que descendante de Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, frère de la reine Louise. Sa grand-mère est Françoise de Lorraine, Dame de Mercœur.

Ses frères moururent au berceau laissant les Savoie-Nemours sans descendance mâle. Sa sœur, Marie-Françoise de Savoie, de deux ans sa cadette, deviendra reine du Portugal.

La monogram de la duchesse de Savoie

Le duchesse-douairière de Savoie, Christine de France, souhaitant conserver les bonnes relations de son pays d'adoption avec son pays d'origine, avait envisagé le mariage de son fils avec Marie-Jeanne-Baptiste mais cette dernière avait été récusée par le cardinal de Mazarin au profit de Françoise-Madeleine d'Orléans, cousine germaine du roi. L'intriguant ministre craignait que Mademoiselle de Nemours, dotée d'un caractère affirmé, ne soit pas assez malléable. Ayant ensuite imposé au duc Charles IV de Lorraine, le Traité de Montmartre qui l’assujettissait à la France, le ministre rendit son âme à Dieu.

Pendant ce temps, Marie-Jeanne-Baptiste fut fiancée en 1662 à Charles de Lorraine (1643-1690), neveu et héritier du duc Charles IV, mais les fiançailles furent rompues en 1665 quand le séduisant jeune homme dut s'exiler après la dénonciation par son oncle, du traité de Montmartre qui assujettissait la Lorraine à la France.

Au-delà des Alpes, la douce Françoise-Madeleine ne resta pas longtemps le lien nécessaire entre la France et la Savoie mourut à l'âge de 15 ans quelques mois après son arrivée à Turin sans avoir donné de descendance à la Maison de Savoie. Le remariage du souverain savoyard s'imposait et de nouveau le nom de Mademoiselle de Nemours fut avancé sans personne pour s'y opposer..

Le 10 mai 1665, Marie-Jeanne-Baptiste épousa à Turin son cousin Charles-Emmanuel II (1634-1675), duc de Savoie et prince de Piémont, fils de Victor-Amédée Ier de Savoie et de Christine de France, veuf de Françoise-Madeleine d'Orléans. La Maison de Savoie est alors très liée avec celle de France.

Ils eurent un fils unique, Victor-Amédée né en 1666 pendant la minorité duquel elle exerça la régence, veillant à conserver de bonnes relations avec son puissant voisin devenu son cousin le roi Louis XIV de France Elle fut soutenue dans sa tâche par l'archevêque François-Amédée Milliet de Challes et d’Arvillars[1].

Veuve dès 1675, ambitieuse et autoritaire, elle chercha à marier son fils unique à sa niéce Isabelle Louise Josepha, princesse héritière de Portugal. Le prince de Piémont aurait du quitter Turin pour Lisbonne ce qui aurait permis à la duchesse-douairière de conserver la régence de Savoie.

Cependant, ce mariage ne se fit pas. Le jeune duc fomenta un coup de force et démit sa mère de la régence. Pour éviter des représailles et conserver de bonnes relations avec son puissant voisin français, il épousa une nièce de Louis XIV, Anne-Marie d'Orléans en 1684.

En 1686, elle vend le duché d'Aumale à Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine, bâtard légitimé du roi Louis XIV et de Madame de Montespan.

En 1696 une de ses petite-filles Marie-Adélaïde épouse le duc de Bourgogne, s'apprêtant à devenir reine de France. La vieille duchesse entretiendra avec sa petite-fille une correspondance pleine de tendresse mais Le couple mourra prématurément en 1712. Une autre de ses petites filles, Marie-Louise, épousera en 1701 un autre petit-fils de Louis XIV de France, le roi Philippe V d'Espagne. La jeune reine mourra en 1714.

Marie-Jeanne-Baptiste meurt à 80 ans en 1724. Son fils, duc de Savoie, par le traité d'Utrecht est devenu roi de Sicile. Il échange celui-ci avec l'empereur et reçoit la Sardaigne. Ses arrière-petit-fils règnent sur la France et l'Espagne : il s'agit de Louis XV de France et Louis Ier d'Espagne.

La cour de Savoie, par respect, l'avait nommée comme sa belle-mère Madame Royale.

Descendance[modifier | modifier le code]

  1. Victor-Amédée (1666-1732), duc de Savoie et prince de Piémont (qui deviendra roi de Sicile puis roi de Sardaigne) épousera en 1684 Anne-Marie d'Orléans (1669-1728), nièce de Louis XIV de France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Bergeri, Histoire de Moûtiers. Capitale de la Tarentaise, La Fontaine de Siloé. Collection « Les Savoisiennes » (ISBN 2-84206-341-4, 9782842063412), p. 204.
Précédé par Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie Suivi par
Henri II
Armoiries Savoie-Nemours.svg
duchesse de Genève
1659-1724
Victor-Amédée II
duchesse d'Aumale
1659-1686
Louis-Auguste de Bourbon