Mandres-en-Barrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mandres (homonymie).
Mandres-en-Barrois
Vue sur le village en arrivant de Gondrecourt-le-Château
Vue sur le village en arrivant de Gondrecourt-le-Château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Canton Montiers-sur-Saulx
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Saulx
Maire
Mandat
Xavier Levet
2014-2020
Code postal 55290
Code commune 55315
Démographie
Population
municipale
129 hab. (2011)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 33″ N 5° 23′ 27″ E / 48.4925, 5.3908333333348° 29′ 33″ Nord 5° 23′ 27″ Est / 48.4925, 5.39083333333  
Altitude 367 m (min. : 318 m) (max. : 400 m)
Superficie 17,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Mandres-en-Barrois

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Mandres-en-Barrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mandres-en-Barrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mandres-en-Barrois

Mandres-en-Barrois est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mandres-en-Barrois s'appelait, en 1033, Mandrae, de l'ancien français "mandre" qui signifie bergerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit Voie romaine, on distingue encore quelques vestiges de l'antique voie romaine de Naix-aux-Forges à Langres. Partagé entre Barrois et Lorraine, le village fut vendu, au XIVe siècle, par Ancel de Joinville au couvent Saint-Jean de Laon. Avant la Révolution, il dépendait du diocèse de Toul tout en appartenant au bailliage de Bourmont, en Champagne. À partir de 1790, il s'érigea en chef-lieu de canton et le resta jusqu'en 1800. En 1850, il comptait 483 habitants contre 150 aujourd'hui.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 1881 décembre 1884 Louis Labat    
décembre 1884 décembre 1888 Claude Labat    
mai 1888 mai 1888 Pierre Alexis    
mai 1888 mai 1893 Louis Labat    
mai 1893 mai 1925 François Simon-Remion    
mai 1925 1933 Emile Pierre    
1933 1935 Paul Labat    
1935 1937 René Gervaisot    
1937 1947 André Labat    
1947 mars 1970 André Remion    
mars 1971 mars 1977 André Darcémont    
mars 1977 mars 2001 Jean (Alcide) Labat    
mars 2001 mars 2008 Robert Labat    
mars 2008 en cours Xavier Levet    

Sources : Recherches menées jusqu'en 1793 par Jean (Alcide) Labat.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 2006 a été voté au parlement français une loi sur les déchets nucléaires promulguant l'enfouissement comme solution de référence. Selon les opposants de Bure-stop, l'ANDRA prépare les travaux pour la construction d'un site d'enfouissement sur une zone de 200 km2 autour de Bure (Meuse), dont la commune de Mandres-en-Barrois fait partie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 129 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340 376 403 404 457 458 451 461 483
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
430 424 417 401 394 407 384 351 329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
315 295 283 255 252 226 251 227 206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
202 191 185 173 141 148 134 133 128
2011 - - - - - - - -
129 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lavoir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel de la Torre, Villes et Villages de France, Ed. Deslogis-Lacoste, 1990

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011