Bure (Meuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bure.
Bure
Image illustrative de l'article Bure (Meuse)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Canton Montiers-sur-Saulx
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Saulx
Maire
Mandat
Gérard Antoine
2008 - 2014
Code postal 55290
Code commune 55087
Démographie
Population
municipale
89 hab. (2011)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 20″ N 5° 21′ 27″ E / 48.505556, 5.3575 ()48° 30′ 20″ Nord 5° 21′ 27″ Est / 48.505556, 5.3575 ()  
Altitude 335 m (min. : 298 m) (max. : 399 m)
Superficie 18,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Bure

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Bure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bure

Bure est une commune française située dans le département de la Meuse et la région Lorraine.

Le laboratoire de Bure destiné aux recherches sur le stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde est implanté sur le territoire de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Terre calcaire et champ d'éoliennes aux environs de Bure

Bure est située aux confins des départements de la Meuse, de la Haute-Marne et des Vosges. Par distance orthodromique, la localité se situe à 33 kilomètres de Bar-le-Duc et de Saint-Dizier, et à 64 kilomètres de Nancy. 54 km (non orthodromique) de Vittel et Contrexéville.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bure est limitrophe de cinq communes, trois comprises dans le département de la Meuse et appartenant au canton de Montiers-sur-Saulx, à savoir : Mandres-en-Barrois, Montiers-sur-Saulx et Ribeaucourt ; et deux localités de la Haute-Marne (région Champagne-Ardenne) : Gillaumé et Saudron, sises dans le canton de Poissons.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bura (1135), Bures (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Gérard Antoine    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 89 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 309 313 343 353 341 333 333 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366 356 348 314 290 273 251 249 220
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
225 225 199 196 184 149 149 147 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
135 119 106 105 92 85 91 92 89
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Laboratoire de recherche souterrain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Laboratoire de Bure.
Présentation des recherches de l'ANDRA à l'espace information du laboratoire de Bure

Sur le territoire de la commune est implanté le laboratoire de Bure destiné aux recherches sur le stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde. Ce laboratoire souterrain est exploité par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA). La commune accueille également la « Maison de résistance à la poubelle nucléaire de Bure », animée par l'association Bure Zone Libre. Ce lieu est un espace d'information indépendante sur le projet de l'ANDRA et l'industrie nucléaire en général, de rencontres militantes, de promotions des énergies renouvelables et alternatives.

Industrie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Potentiel géothermique[modifier | modifier le code]

Selon le BRGM, le territoire de la commune de Bure est doté d'un fort potentiel géothermique dans la nappe aquifère du Tithonien[3] (c'est-à-dire entre 0 et 10 mètres). Les études menées par l'Andra ont montré qu'il n'existe pas de ressources géothermiques exceptionnelles dans la zone où est implanté le laboratoire souterrain sur la commune de Bure. Dans son rapport N°4 de juin 2010 la commission nationale d'évaluation (commission indépendante) aboutit aux mêmes conclusions.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lavoir

Le lavoir abrite aujourd'hui le CLIS (Comité local d'information et de suivi du laboratoire de Bure).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]