Magistrale Baïkal-Amour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BAM et Baikal.
Magistrale Baïkal-Amour
Ligne de Taïchet à Sovetskaïa Gavan
      Transsibérien      Magistrale Baïkal-Amour
Pays Drapeau de la Russie Russie
Caractéristiques techniques
Longueur 4 234 km
Écartement Voie large (1 520 mm)
Schéma de la ligne

La Magistrale Baïkal-Amour ou BAM (Baïkal Amour Magistral, en russe : Байкало-Амурская магистраль/БАМ) est une ligne ferroviaire en Russie, traversant la Sibérie et l'Extrême-Orient russe.
Elle relie Taïchet (où elle se sépare du Transsibérien dont elle s'éloigne d'environ 500 km au nord) sur les rives septentrionales du lac Baïkal port de Sovetskaïa Gavan, en passant par la ville de Komsomolsk-sur-l'Amour, sur une distance de 4 234 kilomètres.

La BAM a été construite comme itinéraire alternatif stratégique au Transsibérien, particulièrement vulnérable par sa proximité avec la frontière chinoise. Les coûts de la BAM sont estimés à 14 milliards de dollars US ; elle a été construite en utilisant des voies spéciales et durables puisque la plus grande partie de son itinéraire se situe sur du pergélisol.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers tronçons de la Magistrale Baïkal-Amour furent construits en plusieurs fois par les prisonniers du Goulag. Celui de Taïchet à Bratsk fut construit dans les années 1930 ; il mobilisa 180 000 détenus et fit 10 000 morts[1]. Une partie du tracé oriental fut l’œuvre des prisonniers du Goulag pendant les années 1944-1946.

la photo montre une grande succession de voies ferrées vues depuis un point haut et traversée par une passerelle.
Gare de Tynda, noeud ferroviaire du BAM.

Cependant, l'essentiel de la BAM fut construit entre 1972 et 1984 et mobilisa des ressources humaines et financières record pour l'époque. Afin de susciter l'enthousiasme des jeunes et de les attirer vers ces contrées au climat sévère, on impliqua activement les recruteurs du Komsomol et on appela ce projet « Le grand chantier pan-soviétique ». En raison de la stagnation économique (zastoï) de l'URSS, le projet fut un véritable gouffre financier.

La modernisation et l'agrandissement de la BAM continue de nos jours. Dans l'avenir, elle devrait rejoindre la ville de Iakoutsk dans la Sibérie orientale grâce à la construction de la Magistrale Amour-Iakoutie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anne Applebaum, Goulag : Une histoire, 2005, p.113-114

Bibliographie/filmographie[modifier | modifier le code]