Louis Favre (ingénieur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Favre et Favre.

Louis Favre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Louis Favre

Nom de naissance Louis Favre
Naissance 28 janvier 1826
Chêne-Bourg
Décès 19 juillet 1879 (à 53 ans)
Göschenen
Nationalité suisse
Profession Entrepreneur de travaux publics
Formation
Charpentier

Louis Favre, né le 28 janvier 1826 à Chêne-Thônex (actuelle Chêne-Bourg) et décédé le 19 juillet 1879 à Göschenen, est un architecte et entrepreneur suisse, spécialiste des travaux publics, des chemins de fer en particulier, à qui l'on doit entre autres le premier tunnel ferroviaire du Saint-Gothard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un maître charpentier d'origine savoyarde, il quitte en 1845 l'atelier de son père et se trouve reçu comme compagnon charpentier en mars 1846 à Neuilly-sur-Marne.

Il suit par la suite des cours d'architecture et se forme en autodidacte comme ingénieur. Entre 1846 et 1851, il travaille avec Jean-Daniel Colladon[1], ingénieur des chemins de fer, aux travaux de la compagnie PLM menés à Charenton, sur la ligne reliant Montbart à Dijon, entre 1852 et 1853, de la gare de Vaise à Lyon (1854), de la ligne d'Ougney avec un tunnel dans les marnes en 1855, de l'allongement du tunnel du Crédo de la ligne Lyon-Genève, entre 1856 et 1858, puis des tunnels de Grandvaux et de la Cornallaz sur la ligne Lausanne-Fribourg entre 1858 et 1860.

En 1863, il achète les carrières de Seyssel et Saint-Paul-Trois-Châteaux puis les revend en 1878 à la Société des carrières du Midi basée à Lyon. De 1863 à 1865, il fait construire pour Henri du Bord l'hôtel de la Paix à Genève où il achète le domaine du Plongeon en 1865 (actuel Parc des Eaux-Vives).

Sur appel d'offres, Louis Favre remporte le concours pour le percement du grand tunnel ferroviaire du Saint-Gothard lancé en 1872 en s'engageant par un contrat inique pour une réalisation de celui-ci en huit ans. C'est par le sud à Airolo que débutent les travaux le 13 septembre 1872, puis par le nord à Göschenen le 24 octobre. Très vite, des problèmes techniques imprévisibles, car liés à la mauvaise évaluation par la Compagnie du chemin de fer du Gothard, des force motrices (débits d'eau) disponibles et à la nature géologique des roches, ralentissent les travaux. Sept mois avant le percement du dernier tronçon, le 19 juillet 1879, Favre meurt dans la galerie du tunnel. La direction des travaux reprise, pour le compte de la fille de Favre, par l'ingénieur Edouard Bossi entouré par l'ingénieur Ernest von Stockalper et l'avocat Louis Rambert. Le tunnel sera ouvert le 1er janvier 1882. Malgré un faible dépassement de délai pour un ouvrage de cette ampleur et qui en plus était une première, la compagnie du chemin de fer du Gothard attaquera ses héritiers en justice, car aucune clause de force majeure n'avait été prévue dans le contrat : le retard avait été dû à des impondérables (inondation de la galerie, etc.) et pour partie à des impréparations, contre-ordres et des retards de paiement du maitre d'ouvrage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène, Maxime (pseudo de Maxime Vuillaume) : Louis Favre entrepreneur du grand tunnel du Saint-Gothard. Paris 28 octobre 1882, La Nature n° 491, p. 343 à 347.
  • Wägli, H.G.: Louis Favre (1826–1879). Constructeur du tunnel du Gothard. Zurich 2009. = Pionniers suisses de l’économie et de la technique. 14.

Liens externes[modifier | modifier le code]