Chexbres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chexbres
Blason de Chexbres
Héraldique
Image illustrative de l'article Chexbres
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Lavaux-Oron
communes limitrophes
(voir carte)
Puidoux, Saint-Saphorin (Lavaux), Rivaz
Syndic Jean-Michel Conne
Code postal 1071
N° OFS 5601
Démographie
Gentilé Chats
Population 2 102 hab. (31 décembre 2013)
Densité 982 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 00″ N 6° 47′ 00″ E / 46.4833333333, 6.7833333333346° 29′ 00″ Nord 6° 47′ 00″ Est / 46.4833333333, 6.78333333333  
Altitude 589 m
Superficie 214 ha = 2,14 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Chexbres

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Chexbres

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Chexbres
Liens
Site web www.chexbres.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Chexbres (prononcé [ ʃɛbʁ ]) est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Lavaux-Oron.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac Léman depuis Chexbres (Ferdinand Hodler, 1905).

Chexbres se situe au bord du lac Léman, à 565 mètres d'altitude (536 au niveau de la gare CFF), 12 km à vol d'oiseau à l'est de Lausanne. Le village s'étend à l'est de la rivière Forestay, dans le Lavaux.

La commune elle-même n'a pas directement accès au lac, mais s'étend à l'est du château de Rivaz presque au bord du lac. Crêt Bérard, à 715 m d'altitude, est le point culminant de Chexbres. À l'ouest, la commune s'étend au-delà des vallées du Forestay sur la colline du Signal jusqu'à 640 m d'altitude. En 1997, 32 % des terres étaient allouées aux habitations, 14 % à la forêt et 54 % à l'agriculture.

Chexbres comprend le hameau de Le Monteiller à 455 m d'altitude sur la pente en contrebas du village, au milieu des vignes. Chexbres est bordée de Rivaz, Puidoux et Saint-Saphorin (Lavaux).

Histoire[modifier | modifier le code]

Municipalité de Chexbres.

La commune de Chexbres était déjà habitée à l'époque romaine, en témoignent des restes de mur et des pièces de monnaie de l'époque. La première mention écrite du lieu apparaît en 1079 sous le nom de Carbarissa. Par la suite, on rencontre de nombreux autres graphies : Chibriacum (1100), Chabris (1134), Chabre (1142), Cabarissa (1145), Cerbre (1147), Chebra (1165), Chabrii (1179), Chabre (1221), Chaibri ( 1248), Chaibry (1368), Chebry (1453), Cheibri (1454) et, en 1562, on trouve à la fois Chaybres et Cheybres. L'origine du nom n'est pas claire : elle proviendrait du nom romain Cabrius, ou du gaulois Caebre (village sur une colline) ou même de Cabus (chanvre).

La région de Chexbres était propriété de l'abbaye de Saint-Maurice depuis le VIe siècle, puis du royaume de Bourgogne à partir de 978. En 1079, le roi Henri IV du Saint-Empire donna le village et les terres à l'évêque de Lausanne. Les armoiries de Chexbres datent des mayors de Chexbres (XIIe siècle) : « d'azur à la croix d'or chargée de cinq roses de gueules ».

Avec la conquête du Vaud par Berne en 1536, Chexbres passe sous l'administration du bailliage de Lausanne. Après l'effondrement de l'Ancien Régime, le village appartint de 1798 à 1803, sous la République helvétique, au canton du Léman, et plus tard au canton de Vaud. En 1798, le village est affecté au district de Lavaux et jusqu'en 1810 faisait partie de la commune de Saint-Saphorin. Ce fut seulement après 1810 qu'il devient une municipalité indépendante. Le village est devenu au XIXe siècle une station touristique.

Économie[modifier | modifier le code]

Maison à Chexbres

Chexbres fut, jusqu'au début du XXe siècle, un village essentiellement agricole. Aujourd'hui encore, les vignobles sur les versants ensoleillés du Lavaux couvrent environ 25 hectares et l'élevage et l'agriculture dans les hautes terres jouent un certain rôle dans l'emploi de la population. Davantage d'emplois sont toutefois disponibles dans les petites entreprises locales et surtout dans le secteur des services.

Le commerce de Chexbres est principalement tourné vers les biens de consommation courante, le commerce de vin (appellation Saint-Saphorin) et le tourisme. Chexbres dispose également d'une piscine chauffée. Dans les dernières décennies, la construction s'est développée pour faire de Chexbres une commune résidentielle. Beaucoup de travailleurs sont des « pendulaires » qui travaillent principalement à Lausanne et dans la région de Vevey-Montreux.

Les fondations La Colline et Claire Magnin sont des établissements médico-sociaux pour personnes âgées.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur la route principale de Vevey à Moudon. L'autoroute A9, ouverte en 1974 et reliant Lausanne à Sion, traverse le territoire communal, à environ 1 km du centre. La commune est bien desservie par le Réseau Express Vaudois. Aujourd'hui, le Train des Vignes sur le chemin de fer Vevey–Chexbres traverse un panorama somptueux (Réseau Express Vaudois, ligne S31). En dehors du territoire de la commune se trouve la gare de Puidoux-Chexbres sur la ligne principale de Lausanne à Berne (Réseau Express Vaudois, lignes S2, S4, S21). Un service de bus dessert également la commune à partir de Cully.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église de Chexbres fut construite en 1888 sur le site d'une ancienne chapelle. Elle comporte un clocher néo-gothique, un orgue de type romantique français (installé en 1905 par Charles Mutin), et de superbes vitraux sur des thèmes bibliques réalisés en 1988 par le peintre-verrier Jean Prahin.

Le château de Crousaz, construit au XVe siècle, reconstruit en partie vers 1600, est l'édifice le plus ancien du village. On peut y admirer une cheminée d'ornementation Renaissance, ornée des armoiries de son ancien propriétaire, Claude de Crousaz.

La Maison Wyttenbach (du nom d'une famille bernoise, les Wyttenbach) date du XVIIIe siècle, c'était l'ancienne « Auberge du Cœur d'Or ». La commune l'acquit en 1915 ; elle est devenue le siège de la Municipalité.

On trouve au centre du village des maisons paysannes remontant du XVIIe au XIXe siècle. Le « caveau des vignerons » abrite, entre autres objets rustiques, un pressoir de 1719.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Villa le Rocher
  • le mécène et collectionneur d'art suédois Theodor Ahrenberg (1912-1989) s'installa à Chexbres avec sa famille en 1962 dans la villa « Le Rocher ». Il y invita de jeunes artistes, ce qui permit de former ce qu'on appela la collection Ahrenberg ;
  • le peintre suisse Ferdinand Hodler peignit plusieurs paysages du Lavaux et du lac Léman, dont le plus connu en 1911, Le Lac Léman depuis Chexbres, en possession actuellement de la maison Christie's à Londres ;
  • le peintre suisse Ernest Biéler vécut à Chexbres ; il décora des vitraux de la chapelle catholique ;
  • le peintre Marcel Duchamp séjourna une semaine à Chexbres fin juillet 1946 ; il photographia la cascade du Forestay, à Rivaz ;
  • le peintre Wilhelm Gimmi s'installa à Chexbres au début de la Seconde Guerre mondiale et y vécut jusqu'à sa mort en 1965 ; Paul Budry appela « École de Chexbres » le groupe de peintres de la région (Wilhelm Gimmi, P.B. Barth le Bâlois et A. H. Daepp le Bernois) ;
  • vivent aujourd'hui à Chexbres les peintres Jean Prahin (vitraux du temple), Richard Aeschlimann, Hans Steiger et Michel Tenthorey ;
  • Raymond Abellio vécut à Chexbres de 1947 à 1950 ;
  • la violoniste et créatrice d’œuvres Anne-Marie Gründer (1918-1996) est née à Chexbres ;
  • Madeleine Albright a étudié à l'Institut pour Jeunes Filles Prealpina de Chexbres (hôtel Préalpina aujourd'hui) ;
  • Bertrand de Jouvenel, fuyant le nazisme, vécut à Chexbres autour de 1945 (il y habitait lors de la fondation de la Société du Mont-Pèlerin) ;
  • Dominique de Roux se rendit à Chexbres en 1973 pour préparer l'émission télévisée Archives du XXe siècle.
  • Auguste Piccard y décède en 1962, à l'hôtel Préalpina.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :