Le Bouchet-Mont-Charvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Bouchet (Haute-Savoie))
Aller à : navigation, rechercher
Le Bouchet-Mont-Charvin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Thônes
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de Thônes
Maire
Mandat
Thérèse Lanaud
2014-2020
Code postal 74230
Code commune 74045
Démographie
Population
municipale
238 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 54″ N 6° 21′ 52″ E / 45.7983333333, 6.3644444444445° 47′ 54″ Nord 6° 21′ 52″ Est / 45.7983333333, 6.36444444444  
Altitude Min. 745 m – Max. 2 407 m
Superficie 18,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Le Bouchet-Mont-Charvin

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Le Bouchet-Mont-Charvin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bouchet-Mont-Charvin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bouchet-Mont-Charvin

Le Bouchet-Mont-Charvin, anciennement Le Bouchet jusqu'en novembre 2013, est une commune française du département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé au pied du Mont Charvin (2 409 m), à une extrémité du massif éponyme à une altitude de 930 m et s'étend sur 1 852 hectares.

Comme pour beaucoup de communes de montagne, on trouve un chef-lieu et plusieurs hameaux : Banderelle, Le Cernix, Cons, Les Dzeures, La Longeret, La Savatte et la Ville de Rosset.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune était Le Bouchet jusqu'au 5 novembre 2013[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1877 après séparation de son territoire avec Serraval.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Thérèse Lanaud ... ...
mars 2008 en cours Thérèse Lanaud ... ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 238 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
495 455 483 460 420 407 396 348 289
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
275 253 225 198 197 175 147 125 120
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
116 174 235 239 237 238 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, l'école communale comprend deux classes et dispose d'une classe numérique de 12 PC, adhérente au projet d'école numérique rurale de l'Éducation nationale.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille quelques entreprises de BTP et artisanales.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune reste à vocation agricole :

  • Fromages : Reblochon, Chevrotin et Tomme sont les plus connus des productions locales ;
  • Exploitation de la forêt.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune propose de nombreux chemins balisés familiaux pour la découverte des paysages magnifiques, de la faune et de la flore d'une vallée encore préservée, vers les alpages des Fontanettes, du Freu, de Sulens, vers le Col du Fer et le mont Charvin (2 409 m), son lac et son sommet pour les plus aguerris. L'hiver, les balades en raquettes y sont appréciées.

On trouve un hôtel-relais, quelques locations de vacances et un restaurant-bar-refuge au pied du mont Charvin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines jusqu'à 1792, vol. Tome 43e, Annecy, Imprimerie commerciale,‎ 1925, 532 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines les plus lointaines jusqu'à nos jours, vol. Tome 44e, Annecy, Imprimerie commerciale,‎ 1926, 557 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Les paroisses de la vallée de Thônes, vol. Tome 60e, Belley, Imprimerie A. Chaduc,‎ 1942, 255 p. (lire en ligne)

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Les paroisses de la vallée de Thônes (Suite), vol. Tome 61e, Belley, Imprimerie A. Chaduc,‎ 1943, 280 p. (lire en ligne), p. 331-344 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]