Le Bic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bic.
Le Bic
Image illustrative de l'article Le Bic
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Rimouski
Statut Ancienne municipalité
Fondateur

Constitution


Maire
Mandat
Marc Parent
2013 - 2017
Démographie
Gentilé Bicois, Bicoise
Population 2 946 hab. (2006)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Superficie 8 117 ha = 81,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski

Voir la carte administrative de la zone Rimouski
City locator 14.svg
Le Bic

Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski

Voir la carte topographique de la zone Rimouski
City locator 14.svg
Le Bic

Le Bic est situé dans la région du Bas-Saint-Laurent au Québec (Canada). Cette ancienne municipalité, annexée à Rimouski en 2009 est depuis un district de cette ville. Reconnue pour la beauté de son littoral, Le Bic est le site d'un parc national. Lors du recensement de 2006, la population de la municipalité était de 2946 habitants.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la municipalité est lié au passage de Samuel de Champlain en 1603 qui nomme alors l'endroit « Le Pic » en relation avec la présence d'une « montagne assez pointue » de 347 mètres, le Pic Champlain. Ce nom par corruption lexicale devient ensuite Le Bic, appellation reprise lors de la création de la seigneurie du Bic en 1675[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de Statistique Canada, la population de la municipalité était de 2946 habitants en 2006[2]. Il s'agit d'une augmentation de 2,6 % par rapport aux données de 2001 mentionnant le nombre de 2872 habitants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Explorateurs européens et début de la colonisation[modifier | modifier le code]

En 1675, Charles Denys de Vitré obtient du gouverneur Frontenac la Seigneurie du Bic[3]. Souhaitant exploiter au plus tôt les ressources présentes sur ses terres et pour se conformer à la loi qui exige qu'il habite ces mêmes terres, le sieur de Vitré engagea un certain Jean Gaignon, qui devint le premier habitant du Bic.

  • 1680 : Jean Gaignon, premier colon à s'installer dans la Seigneurie du Bic;
  • 1688 : Charles Aubert de la Chesnaye, marchand de Québec, achète la Seigneurie du Bic;
  • 1702 : François Aubert de la Chesnaye hérite de la Seigneurie;
  • 1750 : Ignace François Gabriel Aubert de la Chesnaye, fils de François devient Seigneur;
  • 1766 : Dame Marie-Anne l'Estrigant de St-Martin (épouse de Ignace François Gabriel Aubert de la Chesnaye) et dame Charlotte Aubert d'Albergatti deviennent propriétaires de la Seigneurie du Bic;
  • 1810 : Construction de la route Royale reliant Trois-Pistoles et Rimouski;

La paroisse et de village du Bic[modifier | modifier le code]

  • 1830, 18 février : Inauguration canonique de l'église Sainte-Cécile du Bic;
  • 1842 : 203 habitants. Début des travaux du phare de l'Île Bicquette;
  • 1843 : Érection de la première croix de chemin;
  • 1851 : La population atteint 1 391 habitants;
  • 1854 : Abolition du régime seigneurial;
  • 1882 : Construction du premier quai;
  • 1890, 18 août. Incendie de la première église;
  • 1899 : Compagnie de téléphone de la Métis obtient la permission du conseil municipal pour l'installation des infrastructures nécessaires au service téléphonique;
  • 1905 : La station de pilotage du Saint-Laurent est transférée à Pointe-au-Père
  • 1925, 28 février. Tremblement de terre;
  • 1925, 16 août. Bénédiction de la 2e croix du Mont-St-Louis;
  • 1928 : Une partie des habitants du village du Bic demandent la formation du Village Mont-St-Louis;
  • 1930 : Le quai du village brûle;
  • 1940 : Un poste à incendie et une tour de séchage de 30 pieds sont construits.
  • 1942 : Le premier dépotoir municipal est inauguré;
  • 1963 : Bénédiction du Collège Mont-St-Louis;
  • 1972 : Fusion des deux municipalités (Mont-St-Louis et Bic).

Fusion avec Rimouski[modifier | modifier le code]

À partir de 2005-2006, la municipalité fait face au problème de mise à niveau de son réseau d'aqueduc, une facture évaluée à près de 20 millions de dollars[4]. Malgré la possibilité d'obtenir une subvention du gouvernement du Québec représentant jusqu'à 75 % de la facture, le solde des coûts de la réfection représent tout de même une facture énorme pour la population du Bic qui s'élève à environ 3 000 habitants[4].

  • 2009 : Démarches de fusion avec la ville de Rimouski. Un nombre insuffisant d'opposants lors de la signature du registre le 15 avril permet la demande officielle de fusion auprès du Gouvernement du Québec.
  • 2009 : Le Bic est annexé à Rimouski le par le Gouvernement du Québec[5].

Légendes[modifier | modifier le code]

  • « À l'époque de la création, Dieu, ayant fait les montagnes, chargea un ange d'aller les distribuer sur toute la surface de la terre. Arrivé au Bic, terme de son voyage, son manteau pesait encore lourdement. L'ange fit alors ce que nous aurions fait nous-mêmes en pareille circonstance: il tourna son manteau et le secoua vigoureusement; c'est pourquoi, dit-on, il y a tant de montagnes au Bic ».[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Beaupré et al., Noms et lieux du Québec : dictionnaire illustré, Sainte-Foy, Publications du Québec,‎ 1996, 925 p. (ISBN 2-551-16805-8), p. 363
  2. a et b Statistique Canada, « Recensement de 2006, profils des communautés - Le Bic » (consulté le 31 octobre 2012)
  3. Seigneurie du Bic sur Commission de toponymie du Québec, page consultée le 5 juin 2010
  4. a et b Carl Thériault, « 9 millions $ pour l'annexion du Bic à Rimouski », Le Soleil,‎ 25 mars 2009 (ISSN 0319-0730, lire en ligne)
  5. Pierre-François Ricard, « Modifications aux municipalités du Québec - Septembre 2009 », Bulletin de l'Institut de la statistique du Québec sur les modifications aux municipalités du Québec,‎ novembre 2009 (ISSN 1715-6408, lire en ligne)
  6. Michaud, Abbé J-D., Les étapes d'une paroisse, 1925

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nycole Bérubé et al., Le Bic, au cœur des îles, 1830-2005, Le Bic, « Comité des fêtes anniversaires de la paroisse Ste-Cécile-du-Bic »,‎ 2005, 447 p. (ISBN 2-9808802-0-5)
  • Daniel Fortin et Louis Belzile, Le parc du Bic, Saint-Laurent, Québec, Éditions du Trécarré,‎ 1996, 89 p. (ISBN 2-89249-661-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :