La Houve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Houve est une mine de charbon des Houillères du bassin de Lorraine située en Moselle sur le territoire de la ville de Creutzwald et certaines communes environnantes. Elle tient son nom de la forêt de La Houve située aux abords de Creutzwald. L'arrêt de la production, le , marque la fin de l'exploitation du charbon en France.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le Siège I

La mine de la Houve est composée au total de huit puits répartis sur cinq sites qui ont été foncés progressivement au cours du XXe siècle. La Houve a grandement contribué à l'essor économique de Creutzwald et de ses environs.

Le siège 1[modifier | modifier le code]

Le premier puits de Creutzwald, le puits Marie, est creusé en 1895. Vient 5 ans plus tard le puits Jules. En 1907, y est implantée une usine électrique, la SALEC (Société Alsacienne Lorraine d'Electricité) qui contribuera au prestige industriel de la ville comme première centrale électrique du bassin houiller. Cette centrale fermera en 1953 et tout le siège suivra en 1955. Les chevalements seront démontés et les puits bouchés en 1988. Aujourd'hui, une zone industrielle remplace les installations du carreau.

Le siège 2[modifier | modifier le code]

En 1907 on découvre une nouvelle veine de charbon éloignée du siège 1. On décide alors la construction d'un nouveau siège : le siège 2. La même année, on fonce le puits 3, également appelé Uhry ou Ulrich. Les techniques de forage ne sont pas au point et les travaux sont abandonnés. Repris puis abandonné en 1911, le puits atteindra enfin la veine de charbon en 1913. Grâce au puits 3, la production augmente considérablement. Après la première guerre mondiale, on commence le forage du puits 4 (de 1923 à 1927) chargé de la descente du matériel et de la remontée du charbon. Le siège continue seul l'exploitation du charbon creutzwaldois après la fermeture du siège 1. En 1951, le puits 4 est équipé d’un nouveau chevalement, on fera de même pour le puits 3 en 1983. En 1985, le lavoir est arrêté, suppléé par le nouveau lavoir de De Vernejoul. Ses bâtiments sont détruits en 2003. Le , date de la fermeture du siège, l’exploitation se termine. Le 27 mars 2007, le chevalement du puits 3, construit en 1984, est abattu dans le cadre de la réhabilitation du site. En octobre 2007, l'ensemble des bâtiments du carreau du siège ont été détruits, à l’exception du chevalement du Puits 4. Le sort de celui-ci restait en suspens, une association tentant de le préserver de la démolition, soutenu notamment par la députée Aurélie Filippetti. Cependant, ce dernier symbole de l'histoire minière de la ville est détruit le 10 décembre 2007.

Le puits 5[modifier | modifier le code]

Destiné à l'origine à l'aérage et au remblayage il est creusé en 1923 mais est noyé en 1927. Il est équipé d’une station de pompage en 1930 et alimente encore aujourd’hui une partie de la ville de Creutzwald en eau.

Le puits Barrois[modifier | modifier le code]

Il est foncé en 1935. C'est un puits polyvalent, c’est-à-dire un puits d'extraction, de service et d'aération. Il est fermé en 1988 et le chevalement est démonté en 1989. La recette est détruite en 2004.

Le puits de Vernejoul[modifier | modifier le code]

Il est foncé en 1954 et a pour mission d'aérer les galeries du siège 2. Mais le site fait peau neuve au milieu des années 1980. Un nouveau chevalement est conçu pour remonter le charbon et un Lavoir ultra moderne apparaissent en raison de l’extension de l'exploitation vers le sud du siège 2. De Vernejoul devient en 1985 le puits d'extraction de la Houve et il le restera jusqu’en 2004.

Le puits Ouest[modifier | modifier le code]

C’est le dernier puits foncé dans le bassin houiller, c’est également le plus occidental, sur la commune de Bisten-en-Lorraine. Il est creusé de 1987 à 1990 et uniquement utilisé à des fins d’aérage. Son diamètre est de 8 m jusqu'au fond qui se situe à -520 mètres.

Événementiel de Clôture Mai 2004[modifier | modifier le code]

Les 23, 24 et 25 avril 2004 sous commande de Charbonnages de France, à l’occasion de la fermeture du dernier puits de mine de France, et en hommage à toute la profession minière le spectacle Les Enfants du charbon est présenté pour la première fois. sur le site de La Houve. Sylvie Dervaux a écrit et mis en scène ce spectacle original dont elle a également assuré la direction artistique [1]. Elle est également l'auteur de la chanson l'Hymne aux enfants du charbon[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. dépôts en mai 2004 auprès de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques
  2. Les Enfants du Charbon n°Issn : 1282-6405 - énergie & matières premières /lettre no 24 - Ministère de l'Économie et des Finances - Direction générale de l’énergie et des matières premières - juillet 2004- page 18
  3. cdf Mag no 177 mai-juin 2005 - page 16 - n° ISSN 1278-5369

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :