Légende noire espagnole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration de Théodore de Bry (1528 – 1598) inspirée d'un passage de la Brevísima de Bartolomé de las Casas, décrivant des massacres supposés d'enfants amérindiens par les Espagnols.

On appelle légende noire espagnole une perception négative de l'histoire de l'Espagne, associant de façon manichéenne le pays avec l'intolérance, le fanatisme religieux et l'obscurantisme. Le terme fut introduit par Julián Juderías dans un livre paru en 1914, La leyenda negra y la verdad histórica (La légende noire et la vérité historique).

Historiographie[modifier | modifier le code]

Le terme et le concept de « légende noire » ont été appliqués à l'histoire d'Espagne et définis par Julián Juderías dans son ouvrage La Légende noire et la vérité historique publié pour la première fois en janvier-février 1914 dans cinq numéros de La Ilustración[1]. Ils s'appliquent surtout à une vision critique de l'Espagne du XVIIe siècle, particulièrement concernant la lutte contre le protestantisme en Europe menée par Philippe II[2], très diffusée chez certains historiens protestants[3].

L'expression est reprise par Rómulo D. Carbia dans son Historia de la Leyenda Negra hispanoamericana de 1943, en insistant davantage sur l'existence d'une légende noire en Amérique. Cette perception historique était en effet largement diffusée aux États-Unis durant le XIXe siècle, et fut notamment mise en avant au cours de la Guerre américano-mexicaine (1846) puis lors de la Guerre hispano-américaine de 1898, lorsque fut republiée la Brevísima relación de la destrucción de las Indias de Bartolomé de las Casas[3], qui dénonce sur un ton polémique et avec de nombreuses exagérations les méfaits commis par les colons espagnols lors de la conquête du Nouveau Monde[4],[5].

Il est encore utilisé par les auteurs [Qui ?] qui considèrent que certains historiens exagèrent sur le prétendu génocide des sociétés précolombiennes et les méthodes utilisées par l'Inquisition. Dans ces théories, l'expression « légende noire » vise à englober ce que ces auteurs considèrent comme une série de mensonges, de légendes, de manipulations et d'exagérations de vérités historiques sur l'histoire espagnole. Ils soutiennent de même que ces faits sont justifiés par le contexte historique et le darwinisme social.[réf. souhaitée]

D'autres auteurs comme Alfredo Alvar, Ricardo García Carcel, Lourdes Mateo Bretos et Carmen Iglesias soutiennent toutefois qu'il n'existe pas de légende noire, et qu'il s'agit seulement d'une sorte de complexe négatif que les Espagnols ont eux-mêmes sur leur image à l'étranger[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pérez 2009, Introduction.
  2. voir à ce sujet l'article Soulèvement des Pays-Bas espagnols
  3. a et b « Black legend » dans l'Encyclopædia Britannica.
  4. Nicole Giroud, Une mosaïque de Fr. Bartholomé de las Casas (1484-1566) : histoire de la réception dans l'histoire, la théologie, la société, l'art et la littérature, Éditions Universitaires de Fribourg Suisse, 2002, p.149 : « Les exagérations ».
  5. Consuelo Varela, introduction à la Brevísima, Castalia, Madrid, 1999, (ISBN 84-7039-833-4), pp. 34-46.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]