Kim Koo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom coréen, le nom de famille, Kim, précède le nom personnel.
Kim Koo
김구 - 金九
Image illustrative de l'article Kim Koo
Fonctions
6e président du gouvernement provisoire de la République de Corée
14 décembre 192619 août 1927
(8 mois et 5 jours)
Vice-président Kim Kyu-Sik
Prédécesseur Hong Jin
Successeur Yi Dongnyeong
10e président du gouvernement provisoire de la République de Corée
13 mars 194024 juillet 1948
(8 ans, 4 mois et 11 jours)
Prédécesseur Yi Dongnyeong
Successeur Syngman Rhee
(en tant que président de la Corée du Sud)
Biographie
Date de naissance 29 août 1876
Lieu de naissance Hwanghae, Royaume de Corée
Date de décès 26 juin 1949 (à 72 ans)
Lieu de décès Séoul, Corée du Sud
Nationalité Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud

Kim Koo
Présidents du gouvernement provisoire de la République de Corée

Kim Koo, Kim Ku ou Kim Gu (hangeul : 김구, hanja : 金九, né à Haeju le 29 aout 1876, mort le 26 juin 1949) est un résistant coréen à l'occupation japonaise de la Corée (1910-1945) et un homme politique coréen. Son nom de naissance est Kim Chang-su (김창수, 金昌洙), et il est largement connu sous le surnom de Paikbum (백범, 白凡)[1]. À dix-huit ans, il est l'un des dirigeants de la révolte du Donghak en 1894, au cours de laquelle il lance une attaque contre les soldats japonais au fort de Haeju[2]. S'engageant dans la lutte anti-japonaise, il participe au soulèvement du 1er Mars 1919 avant de s'exiler en Chine et de participer au gouvernement provisoire coréen établi à Shanghai. Il a été le sixième et dernier président du gouvernement provisoire coréen en exil. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il engage aux côtés des Alliés l'Armée de libération de la Corée[3]. Refusant la division de la Corée après 1945, il tient une conférence pour l'unification à Pyongyang avec le futur président nord-coréen Kim Il-sung. En 1948, il échoue à être élu président de la République contre Syngman Rhee. Kim a été assassiné en 1949 à son bureau par Ahn Doo-hee. Ahn Doo-hee a ensuite avoué avoir agi sur ordre de la police secrète sud-coréenne[4]. La CIA aurait aussi été impliquée selon l'historien américain d'origine coréenne Bang Sun-ju, qui se fonde sur un document des services secrets américains déclassifié, sans qu'il soit exclu que le meurtrier ait agi personnellement[5]. Kim Ku est l'un des rares nationalistes coréens respecté tant en Corée du Nord qu'en Corée du Sud[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le journal de Paikbum (Baikbeom ilji, 백범일지, 白凡逸志)
  • Dowaeshilga (도왜실기, 屠倭實記)

Références[modifier | modifier le code]

  1. source : Doh Jin-soon, cité en référence ci-dessus
  2. source : Encyclopaedia of Modern Asia
  3. Sur ce point, voir aussi la présentation de l'histoire de la Corée sur le site du Premier ministre sud-coréen www.opm.go.kr
  4. Source : le site internet kimsoft
  5. article de l'agence sud-coréenne Yonhap reproduit sur le site Kimsoft www.kimsoft.com )
  6. source : Site Kimsoft

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :