Kagou huppé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kagou huppé

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rhynochetos jubatus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Eurypygiformes

Famille

Rhynochetidae
Carus, 1868

Genre

Rhynochetos
Verreaux & Des Murs, 1860

Nom binominal

Rhynochetos jubatus
Verreaux & Des Murs, 1860

Statut de conservation UICN

( EN )
EN B1ab(ii, iii,iv, v) C2a(i) : En danger
2001

Le Kagou huppé ou simplement Cagou (Rhynochetos jubatus) est une espèce d'oiseau qui mesure environ 55 cm, de couleur grisâtre, aux longues plumes occipitales, au plumage blanchâtre orné de barres sur les ailes. Il est presque incapable de voler. C'est le seul représentant de la famille des Rhynochetidae et du genre Rhynochetos endémique de Nouvelle-Calédonie.

Description[modifier | modifier le code]

Il possède un plumage gris-bleu rayé de noir, un bec et des pattes rouges, ainsi qu'une coiffe qui lorsqu'elle se dresse nous montre un panache de chef indien. Il mesure environ 60 cm.

Comportement[modifier | modifier le code]

Il vit entièrement au sol, que ce soit pour la chasse ou pour la reproduction et ne vole pas. C'est une faiblesse pour lui. Ses principaux prédateurs sont l'Homme, les chiens et les chats sauvages, les cochons, et les rats. C'est l'absence de prédateurs avant l'arrivée de l'Homme qui aurait conduit à la « perte du vol ». Cela lui procurait une économie d'énergie importante. En 1991, sa population était estimée à 654 individus. Le cagou est donc une espèce extrêmement menacée.

Lorsqu'il se sent menacé il court rapidement et se cache. Il peut également ouvrir ses ailes en éventail et dresser sa huppe sur sa tête s'il ne peut pas fuir car il a un poussin avec lui.

Les cagous poussent un cri matin et soir. Ce cri ressemble à un aboiement de chien disant « kagu ». C'est ce qui lui a valu ce nom-là par les autochtones.

Vivant en couple, un couple de cagou est établi pour la vie et vit sur un territoire variant de 5 à 30 hectares. Il se nourrit surtout de ver de terre, mais mange aussi quelques lézards et escargots.

Chaque matin le couple chante afin de signaler sa présence. Le chant du mâle se compose de douze syllabes alors que celui de la femelle est plus court, environ sept syllabes. Il passe le reste de la journée à la quête de nourriture. Il est principalement carnivore et se nourrit principalement d'insectes, de larves et d'escargots. Il possède une excellente vision. Il reste immobile, dressé sur une patte à l'affût du moindre bruit. Il est doté d'une rapidité impressionnante pour capturer ses proies. Il utilise parfois son bec pour fouiller des couches de feuilles mortes afin de trouver de la nourriture. Lorsque la nuit tombe, il s'installe dans un abri naturel.

Habitat[modifier | modifier le code]

Son biotope est constitué de forêts denses et humides mais aussi de zones broussailleuses, toutes situées entre 100 et 1 400 mètres d'altitude.

Répartition[modifier | modifier le code]

Il vit exclusivement en Nouvelle-Calédonie, c'est donc une espèce endémique.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel chez le cagou. Seuls leurs chants ou une analyse génétique permettent de déterminer mâles et femelles. La maturité sexuelle du cagou est encore floue, elle est généralement atteinte l'âge de deux ans.

Le cycle de reproduction débute en juin, pendant la saison fraiche. Il commence généralement par une parade nuptiale: le mâle et la femelle sont face à face, ailes ouvertes, huppes dressées et tournent l'un autour de l'autre. Répétée plusieurs fois, cette danse peut être suivie d'accouplements successifs. Environ trois semaines après, le couple cherche un endroit paisible pour accueillir la progéniture.

Le nid est construit à même le sol, constitué de branches sèches et de feuilles mortes, il mesure environ 35 cm de diamètre. La femelle ne pond qu'un seul œuf par an. Il est marron crème tacheté de rouge brun. Cet œuf mesure 60 mm de long et pèse 52 g. L'incubation dure environ 35 jours, le mâle et la femelle se relaient chaque jour, vers midi.

À la naissance, le poussin est couvert d'un léger duvet de couleur brun jaune qui rappelle le sol. Cela lui permet de mieux se camoufler. Au bout d'une semaine le poussin commence à s'aventurer à une centaine de mètres du nid. Depuis la naissance et jusqu'à la 15e semaine, le jeune poussin sera nourri par ses parents. Ils tiennent la proie (vers de terre et insectes essentiellement) dans leur bec pour que le jeune l'ingurgite. À partir de la quinzième semaine il est apte à se nourrir seul.

Son plumage ne cesse d'évoluer depuis sa naissance. Ce n'est que vers deux ans que son plumage roux de jeune cagou cède sa place au gris bleuté de l'adulte. À partir de là, le jeune cagou quitte le territoire de ses parents pour former à son tour un couple sur un nouveau territoire.

Protection et réintroduction[modifier | modifier le code]

Le cagou est entièrement protégé. Il ne peut en aucun cas être commercialisé. Sa capture et sa détention sont strictement interdites. Il voit déjà son territoire empiété par les activités humaines, en effet les pistes de terre et les plates-formes peuvent constituer une barrière infranchissable pour le cagou, il se retrouve donc isolé et réduit à un seul territoire. Ils sont très vulnérables et c'est pourquoi le parc provincial de la Rivière Bleue dans le sud de la Nouvelle-Calédonie a mis en place un programme de mise en réserve et de gestion du territoire avec une élimination des prédateurs dans les zones les plus propices à sa conservation.

Espèces apparentées[modifier | modifier le code]

Des ossements ont été découverts par des scientifiques permettant de conclure qu'il y aurait eu une autre espèce de cagou, plus grande que celle actuelle, qui aurait disparu peu de temps après l'arrivée de l'Homme.

Animal emblématique en Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Le cagou, de par son caractère endémique, a progressivement été utilisé par les populations ou collectivités locales comme emblème.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cagou (timbre).

Depuis 1903, il apparaît régulièrement sur les timbres-poste de Nouvelle-Calédonie.

Numismatique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Franc Pacifique.

Le cagou est représenté les ailes déployées sur les pièces de monnaie de 1, 2 et 5 Francs Pacifique (XPF) émises pour la Nouvelle-Calédonie. Il est également présent sur la face néo-calédonienne du billet de 1 000 Francs.

Héraldique communale[modifier | modifier le code]

Armoiries de la ville de Nouméa

Le cagou apparaît sur plusieurs armoiries de communes, notamment en chef sur ceux de Nouméa, Farino ou Ponérihouen.

Sport[modifier | modifier le code]

L'animal est représenté sur le drapeau du Comité territorial olympique et sportif de Nouvelle-Calédonie (CTOS) et sur les logos de la Fédération calédonienne de football ou de la Ligue de rugby, par exemple. Le surnom de « cagous » est donné aux équipes de Nouvelle-Calédonie, que ce soit les délégations multisports représentant l'archipel aux Jeux du Pacifique ou aux sélections de football, de rugby à XV ou à XIII, de basket-ball, par exemple.

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

Wouk est un cagou animé en image de synthèse, créé par la société nouméenne Banana studio pour le programme court « D'après vous » de Nouvelle-Calédonie 1re, chaîne de télévision locale. Constitué de courtes scènettes humoristiques mettant en scène ce personnage tentant désespérément de voler (sur le modèle des gags des Looney Tunes) donnant lieu à la fin à une question à choix multiples sur la Nouvelle-Calédonie, sa culture, sa géographie, son histoire, sa faune ou sa flore.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Famille Rhynochetidae[modifier | modifier le code]

Genre Rhynochetos[modifier | modifier le code]

Espèce Rhynochetos jubatus[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]