Julia Margaret Cameron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cameron.
Julia Margaret Cameron (1870), par son fils Henry Herschel Hay Cameron

Julia Margaret Cameron (11 juin 1815 à Calcutta – 26 janvier 1879 à Ceylan) était une photographe britannique, surtout connue pour ses portraits de célébrités de son temps. Elle réalisa aussi des illustrations photographiques inspirées par la peinture préraphaélite anglaise.

Photographe amateur devenue portraitiste renommée, Julia Margaret Cameron eut une véritable démarche artistique. Animée par une recherche de la beauté et de l’esthétique, elle cherchait à capter la personnalité des sujets qui posaient pour elle. Cette démarche était novatrice, à une époque où la photographie, technique encore récente, était surtout estimée pour sa précision documentaire.

La carrière photographique de Cameron fut courte (environ 12 ans) et commença tardivement dans sa vie. Son travail a eu un impact notable sur la photographie moderne, en particulier ses portraits au cadrage serré et au flou artistique.

Premières années[modifier | modifier le code]

Julia Margaret Cameron, par George Frederic Watts

Julia Margaret Cameron naquit Julia Margaret Pattle le 11 juin 1815 à Calcutta, en Inde, de James Pattle, un fonctionnaire anglo-indien du Bengal Civil Service, et d’Adeline de l'Étang, fille d’aristocrates français.

Julia Margaret fut élevée en France et en Angleterre, avant de retourner en Inde en 1834. En 1838, elle épousa Charles Hay Cameron, un juriste de vingt ans son aîné avec lequel elle aura six enfants (Julia, Eugene Hay, Ewen W. Hay, Hardinge Hay, Charles Hay, Henry Herschel Hay), adopta trois orphelins (Cyllene, Melita et Sheridan Wilson) et éleva les enfants de sa sœur Adeline (Mary et Adeline Clogstoun). Julia s'occupa aussi d'une enfant mendiante, Mary Ryan[1].

Ils s’établirent à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), où, en plus de son activité de juriste, Cameron acquit des plantations de café. En 1848, Charles Hay Cameron prit sa retraite et la famille déménagea à Londres, en Angleterre. La sœur de Julia, Sarah Prinsep, habitait Londres et tenait un salon littéraire fréquenté par des auteurs et des artistes célèbres. En 1860, les Cameron achetèrent une propriété sur l'île de Wight et devinrent voisins et amis du poète Alfred Tennyson.

Une photographe tardive mais passionnée[modifier | modifier le code]

Charles Hay Cameron (1795-1881), son mari. Julia Margaret Cameron, 1864

En 1863, alors que Julia Margaret Cameron fêtait ses 48 ans, sa fille aînée lui offrit un appareil photo. Elle débuta alors sa carrière de photographe, qu’elle se mit aussitôt à pratiquer avec passion. Elle employait le procédé au collodion humide, convertissant sa cave à charbon en cabinet noir et un poulailler vitré en atelier. En moins d’un an, elle devint membre de la Société photographique de Londres. Sa force de caractère et sa position sociale lui permettaient de mener de front cette activité dévorante et la conduite d'une nombreuse maisonnée — dont six enfants.

Julia Margaret Cameron n’était pas une technicienne accomplie mais elle ne cherchait pas à produire des images documentaires nettes et détaillées. Elle pensait que la photographie pouvait être un art, si elle était pratiquée avec imagination, esprit et sens esthétique. Elle écrivit : «  j’aspirais à capter toute la beauté qui se présentait devant moi et finalement, cette aspiration a été satisfaite. ». Elle prit ainsi part au débat qui avait surgi depuis quelques années, à savoir si la photographie pouvait avoir une valeur artistique ou pas.

La majeure partie des photographies de Cameron entre dans deux catégories : les portraits et les illustrations pour des œuvres littéraires.

Les portraits[modifier | modifier le code]

Sir John Herschel, par Julia Margaret Cameron, 1867

Les portraits réalisés par Julia Margaret Cameron restent importants aujourd’hui. Ils sont parfois la seule photographie existante de personnalités historiques, prise à une époque où cette technique était encore nouvelle et complexe. Beaucoup de ces portraits ont également perduré en raison de leur qualité artistique.

Julia photographiait tous ceux qui passaient à sa portée : famille, amis, domestiques ou voisins... Grâce au salon littéraire de sa sœur, elle fréquentait toute la société artistique et intellectuelle de son temps, ce qui lui fournit beaucoup de sujets pour ses portraits.

Julia Jackson, par Julia Margaret Cameron, 1867

Parmi ces célébrités de l’ère victorienne, figurent par exemple : les poètes Alfred Tennyson et Robert Browning, les peintres Edward Burne-Jones, John Everett Millais et George Frederic Watts, l'actrice shakespearienne Ellen Terry, l'écrivain-historien Thomas Carlyle ainsi que les scientifiques John Herschel et Charles Darwin, etc.

Elle côtoya notamment le peintre Dante Gabriel Rossetti, l'un des fondateurs du mouvement préraphaélite, qui sera une source majeure de son inspiration.

Elle prit également de nombreux portraits de femmes, en particulier de sa nièce Julia Jackson, mère de l'écrivain Virginia Woolf.

Julia Margaret Cameron était souvent amie avec les personnes qu'elle photographiait, et essayait de capter leur personnalité dans ses portraits. La plupart sont des plans rapprochés, cadrés serré autour du visage du sujet. Les détails sont estompés par l’éclairage en clair-obscur et l'objectif choisi. Un effet de flou volontaire donne un rendu vaporeux mais net aux bons endroits (soft focus). La pose pouvait durer plusieurs minutes, parce que Cameron utilisait une lumière tamisée et de grandes plaques. Il résulte de ces portraits une impression d'intimité et d'intensité psychologique.

Les critiques de l’époque se sont souvent gaussés du flou de ses images, qui contrevenait à ce qu'on jugeait alors devoir être les qualités d'une bonne photographie : netteté, précision, fidélité de la représentation du réel.

Les illustrations photographiques[modifier | modifier le code]

Whisper of the Muse (1865)
La princesse, vers 1875)

Les illustrations photographiques représentent l'autre facette du travail de Julia Margaret Cameron. Il s’agit essentiellement de scènes de genre en costumes, illustrant des thèmes religieux, littéraires, poétiques ou légendaires.

Ces photographies sont très influencées par la peinture préraphaélite anglaise. Elles étaient conçues pour ressembler aux peintures à l'huile de ce mouvement, qui cherchait à retrouver la pureté des primitifs italiens. Femmes graciles à la longue chevelure défaite, nobles vieillards barbus, draperies élaborées, poses languides... aujourd'hui, ces compositions photographiques sont parfois écartées par les critiques d'art. Pour sa part, Cameron les voyait comme des travaux artistiques à part entière, à l'instar des tableaux qu'elles imitaient. Ces scènes allégoriques étaient notamment destinées à des œuvres littéraires. Cameron illustra ainsi en 1874 les Idylls of the King de son ami poète Alfred Tennyson. Cette contribution fut assez mal accueillie par la critique de l'époque.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Portrait, Ceylan, c. 1875-1879

En 1875, les Cameron, à court d’argent, retournèrent à Ceylan. D'après sa correspondance, Julia a des difficultés à se procurer les produits chimiques et l'eau pure dont elle a besoin pour réaliser et imprimer ses photographies. Proportionnellement, moins d'images de cette période subsistent encore.

Julia Margaret Cameron mourut à Ceylan le 26 janvier 1879.

Redécouverte[modifier | modifier le code]

Sadness, 1864
(publ. sous le titre de Ellen Terry à l'âge de seize ans dans Camera Work, 41, New York, 1913)

Au début du XXe siècle, Alfred Stieglitz publia des travaux de Cameron et contribua ainsi à les remettre d'actualité[2]. Les portraits de la photographe victorienne sont proches des effets recherchés par les pictorialistes dont Stieglitz était précédemment le chef de file, mais surtout d'une photographie directe ou pure (la straight photography) dont il fit la promotion après 1907.

En 1926, parut Victorian Photographs of Famous Men and Fair Women, la première monographie consacrée à Julia Margaret Cameron, rassemblée et introduite par Roger Fry et la petite-nièce de la photographe, Virginia Woolf.

Depuis une vingtaine d'années, plusieurs grandes expositions ont redonné à voir les photographies de Cameron, notamment ses portraits de femmes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

Lettre du 31 décembre 1864, p. 4 (National Portrait Gallery).

« Qu'est-ce qu'une mise au point ? Et qui a le droit de dire quelle mise au point est légitime ? Mon aspiration est d'ennoblir la photographie et d'inscrire sa particularité et ses usages dans les beaux-arts en associant le réel et l'idéal, et, sans y sacrifier la vérité, par un dévouement total à la poésie et à la beauté.
[What is focus - & who has a right to say what focus is the legitimate focus - My Aspirations are to ennoble Photography and to secure for it the character and uses of High Art by combining the real and Ideal and sacrificing nothing of the Truth by all possible devotion to Poetry and beauty.] »

— Lettre de Julia Margaret Cameron à John Herschel, 31 décembre 1864[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julia Margaret Cameron, Illustrations to Tennyson’s Idylls of the King, and other poems [26 photographies], Londres, décembre 1874 et mai 1875 (2 vol.) ; nouv. éd. 2003 (ISBN 095452330X).
  • Julia Margaret Cameron, Annals of my glass house, Londres, 1889 [1874] ; nouv. éd. Seattle et Londres, 1996 (ISBN 0295976020).
  • Julia Margaret Cameron, The Cameron collection : an album of photographs presented to Sir John Herschel [94 photographies offertes en 1864 et 1867], éd. par Colin Ford, Wokingham, 1975 (ISBN 0442301332).
  • Gottfried August Bürger, Leonora, trad. par Julia Margaret Cameron, ill. de Daniel Maclise, Londres, 1847 (en ligne).
Sur Cameron
  • (fr) Julia Margaret Cameron, introd. de Pamela Glasson Roberts, Arles, 2009 (Photo poche, 124) (ISBN 978-2-7427-8634-3).
  • (en) Julian Cox et Colin Ford, Julia Margaret Cameron : The Complete Photographs, Los Angeles, 2003 (ISBN 978-0-89236-681-1)
  • (en) Colin Ford, Julia Margaret Cameron : a critical biography [Catalogue], Los Angeles, 2003 (ISBN 0-89236-707-5).
  • (fr) Hommage de Julia Margaret Cameron à Victor Hugo [Exposition, Maison de Victor Hugo, 1980], éd. par Jean-Marie Bruson, Paris, 1980 (albums d'environ 1870 et 1875).
  • (en) et (fr) Virginia Woolf, Freshwater : A Comedy, éd. par Lucie P. Ruotolo, Londres, 1976 (rédigée avant 1923, puis revue en 1935) (ISBN 0-7012-0421-4) ; trad. par Élisabeth Janvier, Paris, 1982 (ISBN 2-7210-0211-2).
  • (en) Helmut Gernsheim, Julia Margaret Cameron, her life and photographic work, Londres, 1948 ; nouv. éd. 1975 (ISBN 0-900406-61-5).
  • (en) Julia Margaret Cameron, Victorian photographs of famous men & women, introd. de Virginia Woolf et Roger Fry, Londres, 1926.
  • (en) Alvin Langdon Coburn, Old Masters of Photography, dans Century Magazine, 90, octobre 1915, p. 909-920 (en ligne hathitrust.org ou archive.org).
  • (en) Julia Prinsep Stephen [J.P.S.] (ex Julia Prinsep Jackson Pattle), Cameron, Julia Margaret, dans Dictionary of national biography, 8, Londres, 1886, p. 300 (en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. H. Gernsheim 1975 [1948], p. 21.
  2. Cinq portraits sont reproduit dans sa revue Camera Work (n° 41, New York, 1913).
  3. Cf. National Portrait Gallery, n° P201.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :