John Money

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Money (né le 8 juillet 1921 et mort le 7 juillet 2006) est un psychologue et sexologue néo-zélandais.

Il a notamment introduit le terme de « rôle de genre » (gender role)[1] qui sera repris par la suite dans le cadre des études de genre mais avec un acception différente[2].

Il est critiqué pour l'opération chirurgicale de réattribution sexuelle réalisée sur David Reimer, alors âgé de 22 mois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Morrinsville en Nouvelle-Zélande, d'une famille issue du courant des Frères de Plymouth, John Money étudie la psychologie à l'université Victoria de Wellington et y obtient un double master en psychologie et éducation fin 1944. En 1947, à l'âge de 26 ans, il émigre aux Etats-Unis pour étudier à l'Institut psychiatrique de l'université de Pittsburgh puis obtient son PhD à l'université de Harvard en 1952. Il a été brièvement marié dans les années 1950 et n'a pas eu d'enfants.

Au cours de sa carrière, Money propose et développe plusieurs théories auquel il associe une terminologie spécifique : l'identité de genre, les rôles de genre, et les lovemaps (en). Money fut professeur de pédiatrie et de psychologie médicale au Centre médical de l'Université Johns Hopkins de Baltimore de 1951 à sa mort. Durant cette période, il participa au département sur les comportements sexuels (Sexual Behaviors Unit), qui lança des études sur la chirurgie de réattribution sexuelle. La Société allemande pour la recherche socio-scientifique sur la sexualité (en) lui décerne la médaille Magnus-Hirschfeld en 2002.

Money était un grand amateur d'art néo-zélandais, aussi bien littéraire que visuel. Il était l'ami et le partisan notoire de l'écrivain Janet Frame. En 2002, alors que sa maladie de Parkinson s'aggrave, Money fait don d'une part substantielle de sa collection d'art à l'Eastern Southland Art Gallery de Gore en Nouvelle-Zélande. En 2003, la première ministre de Nouvelle-Zélande, Helen Clark, y inaugure l'aile John-Money.

Money décède le 7 juillet 2006, à Towson dans le Maryland, des suites de complications de sa maladie de Parkinson.

Travaux[modifier | modifier le code]

Identité sexuelle, identité du genre et gender roles[modifier | modifier le code]

La définition du genre de Money repose sur sa compréhension des différences entre les sexes parmi les êtres humains. Selon lui, le fait qu'un sexe produise des ovules ou des spermatozoïdes est l'irréductible critère de différenciation des sexes. Cependant, d'autres différences dérivent de cette première dichotomie.

Ces différences impliquent la manière dont l'urine est expulsée du corps, ainsi que d'autres dimorphismes sexuels. Selon la théorie de Money, les différences sexuelles « connexes » sont caractérisées par la plus petite taille des femelles, ainsi que leurs problèmes de déplacements pendant la grossesse ; ce qui rendrait les mâles plus aptes à l'itinérance et à la chasse. Les différences sexuelles « arbitraires » sont celles purement conventionnelles : par exemple le choix des couleurs (bleu pour les garçons, rose pour les filles). Certaines différences apparaissent plus tardivement, comme les opportunités de carrières pour les hommes par rapport aux femmes.

Enfin, Money crée le terme gender role (rôle de genre) qu'il différencie du concept plus traditionnel de « rôle des sexes ». Selon lui, les organes génitaux ainsi que les rôles érotiques sexuels devaient désormais, selon sa définition, être désignés par le terme plus général de « rôle des genres », ainsi que les activités non-érotiques et non-génitales définies conventionnellement par la société comme s'appliquant aussi bien à l'homme qu'à la femme.[réf. nécessaire]

Money fait du genre un concept plus large que celui de mâle/femelle. Il y intègre non seulement le statut d'homme ou de femme, mais aussi une question de reconnaissance personnelle, de place dans la société, une définition juridique ; il ne se fonde pas seulement sur les organes génitaux mais aussi sur des critères comportementaux et somatiques qui vont au-delà de la différenciation génitale.

L'identité de genre est la catégorisation de soi-même comme homme, femme ou ambivalent, en fonction de ce que le sujet ressent et de ce qu'il perçoit de son comportement.

Le « rôle du genre » est la manifestation publique de son identité de genre, ce que l'on dit ou fait qui donnent aux gens une base pour déterminer si untel est un homme, une femme, ou n'entre dans aucune de ces deux catégories.

Pour souligner l'idée que l'identité de genre et les rôles de genre sont deux aspects de la même question, Money inventa un nouveau terme : Gender-Identity/Role ou G-I/R (l'identité/rôle de genre).

Money inventa également le terme de lovemap (en).

En 1972, Money présenta ses théories dans Man & Woman, Boy & Girl, ouvrage grand public de vulgarisation. Le livre prend comme point de départ le cas David Reimer (voir plus bas).

Sexologie[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Gay, Straight and In-Between: The Sexology of Erotic Orientation (Oxford 1988 : 116), Money définit le concept de bodymind, « corps-esprit », comme un moyen pour les scientifiques de sortir des lieux communs de la dichotomie entre inné et acquis, nature et éducation, biologique et social et psychologique et physiologique en développant une science de la sexualité. Il suggère que toutes ces dichotomies se fondent sur l'ancienne conception, préplatonicienne et prébiblique, de l'opposition du corps et de l'esprit, du physique et du spirituel. En fabriquant ce terme de « corps-esprit », Money souhaite aller au-delà de ces principes profondément enracinés dans notre folklore et notre psychologie vernaculaire.

Money développe en même temps (Oxford 1988: 114-119) une vision des "concepts du déterminisme" qui sont transculturels, transhistoriques et universels : tous les humains les ont en commun, sexologiquement parlant ou non. Ceux-ci incluent le pairbondage (l'attachement deux par deux, mère-enfant et mâle-femelle), le troopbondage (le regroupement en famille, tribu...), l’abidance (la survivance dans un milieu donné), l’ycleptance (la tendance à nommer) et le foredoomance (la condition mortelle), ainsi que les stratégies d'évitement dites d’engagement, d’inhibition et d’interprétation[3].

Controverses[modifier | modifier le code]

La réattribution sexuelle de David Reimer[modifier | modifier le code]

Article connexe : David Reimer.

Durant sa vie professionnelle, Money fut considéré comme un expert des comportements sexuels, spécialement pour avoir démontré que le genre était un acquis, un apprentissage plutôt que quelque chose d’inné. Plusieurs années plus tard, cependant, son cas le plus célèbre se révélera un échec. Il s'agit de la réattribution sexuelle de David Reimer, également connue comme « le cas John/Joan » dans le monde académique.

En 1966, une circoncision ratée laissa Bruce Reimer, alors âgé de 8 mois, sans pénis. Sur la recommandation de Money, 14 mois plus tard, on décida de faire du bébé une fille : on procéda à une ablation des testicules et on rebaptisa Bruce Brenda. Money recommanda également un traitement hormonal lourd à base d’œstrogènes (ce qui fut fait) ainsi qu'une vaginoplastie à la puberté (ce qui ne fut pas fait). Money publia un nombre important d'articles affirmant que la réattribution était un succès.

En 1997, Milton Diamond rapporta que la réattribution était au contraire un échec, que Reimer ne s'était jamais identifié comme femme ou comporté d'une manière typiquement féminine, qu'il avait changé de traitement hormonal pour prendre de la testostérone, et qu’il avait pris le nom de David à l'adolescence. Money fut accusé d'avoir falsifié ses recherches, mais ses défenseurs répondirent qu'il ne voyait Reimer qu'une fois par an durant toute la période de son implication sur ce cas, qu'il n'avait eu aucun contact avec la famille Reimer après 1978, et que durant ses visites annuelles, la famille avait menti à l'équipe du laboratoire sur les progrès de l'enfant.

« Je me sentais comme Frankenstein, une création de laboratoire » déclara David à la presse. Dès l’âge de six ans. Money l’inonde ainsi de questions lancées en rafale : As-tu le goût de faire l’amour avec des garçons ? Quelle est la différence entre un garçon et une fille ? Aimes-tu ce que tu as entre les deux jambes ? « C’était comme un lavage de cerveau » avouera plus tard David au journaliste John Colapinto, lequel écrira un livre dévoilant le pot-aux-roses, As Nature Made Him: The Boy who Was Raised as a Girl.

[réf. nécessaire]

En 2000, David et son frère jumeau, Brian, déclarèrent que le Dr Money avait pris plusieurs clichés des jumeaux nus durant leur traitement et les forçait à simuler l’acte sexuel, croyant que cela les aiderait à bâtir leurs identités sexuelles respectives[4],[5].

En 2002, le frère jumeau de David fut trouvé mort des suites d'une overdose des médicaments qu'il prenait pour traiter sa schizophrénie. Le 5 mai 2004, peu après avoir rompu avec sa femme, David Reimer se donne la mort. Ses parents ont déclaré qu'ils croyaient que les méthodes de Money étaient responsables du décès de leurs deux fils[5].

Money déclara que la réaction des médias aux révélations était le fait de l’extrême droite et des mouvements anti-féministes. Il déclara notamment que ses détracteurs croyaient que « la masculinité et la féminité étaient d'origine génétique, de sorte que la place des femmes devait être à la cuisine et au lit ». Cependant, les activistes intersexes ont aussi critiqué Money, déclarant que l'échec dissimulé du cas David Reimer avait conduit à la réattribution sexuelle traumatique de milliers d'enfants. D'après ses collègues, en privé, Money aurait été mortifié par le scandale, et personne ne devait l'évoquer en sa présence. Ses propres opinions se développèrent et changèrent au fil des ans.[réf. souhaitée]

Tolérance de la pédophilie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

John Money joua un rôle dans les débats sur la chronophilie, incluant l'infantophilie, l'éphébophilie, et la pédophilie. Il affirmait que ni les chercheurs ni le public ne faisaient la distinction entre pédophilie affective et pédophilie sadique. Money croyait que la pédophilie affective se fondait sur l'amour et non sur le sexe. Son opinion était que la pédophilie affective était causée par un surplus d'amour parental qui devenait érotique, et n'était donc pas un trouble du comportement.

« Si j'étais témoin du cas d'un garçon âgé de 10 ou 11 ans intensément et érotiquement attiré par un homme d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années, et que la relation était totalement réciproque... alors je ne pourrais la qualifier de pathologique en aucune manière. »

[réf. souhaitée]

Money a été interviewé dans une revue hollandaise traitant de la pédophilie [6] [réf. insuffisante].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bérénice Levet, La théorie du genre ou Le monde rêvé des anges : essai, Grasset, 2014.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Money, « Hermaphroditism, gender and precocity in hyperadrenocorticism: psychologic findings », Bull Johns Hopkins Hosp., vol. 96, no 6,‎ 1955, p. 253-264 (PMID 14378807) :

    « The term gender role is used to signify all those things that a person says or does to disclose himself or herself as having the status of boy or man, girl or woman, respectively. It includes, but is not restricted to, sexuality in the sense of eroticism. »

  2. « Les gender studies pour les nul(-le)s », sur scienceshumaines.com,‎ 30 janvier 2014 (consulté le 1er février 2014)
  3. Concepts of Determinism, extrait de John Money, Gay, Straight and In-Between: The Sexology of Erotic Orientation, Oxford,‎ 1988, p. 114-119
  4. John Colapinto, As Nature Made Him: The Boy Who Was Raised as a Girl, Harper Perennial,‎ 2001 (ISBN 0-06-092959-6)
  5. a et b « Dr Money et le garçon sans pénis »
  6. http://en.boywiki.org/wiki/Paidika:_The_Journal_of_Paedophilia

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]