Jean Mulatier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Mulatier, né en 1947 à Paris est un caricaturiste et photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au lycée Paul-Valéry où il fait la connaissance de Patrice Ricord, Jean Mulatier se forme, en 1966, aux arts graphique à l'ESAG Penninghen. L'année suivante, en 1967, il réussit le concours d'entrée à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. En 1969, il entre au journal Pilote et réalise des bandes dessinées. Puis, avec Patrice Ricord, il crée la série des Grandes Gueules, des caricatures hyper-réalistes en couleurs, publiées par René Goscinny, en quatrième de couverture du magazine "Pilote". De 1967 à 1972, il assure simultanément la poursuite de ses études, et sa collaboration à Pilote. Auparavant, il a apporté sa collaboration à Télé 7 jours, avec Le Croqué de la semaine, en noir et blanc. Devant le succès des Grandes Gueules, Mulatier et Ricord intègrent un nouveau collaborateur, Jean-Claude Morchoisne, dans leur équipe.

Les Grandes Gueules envahissent la presse nationale et internationale. Les siennes se trouvent publiées dans Paris Match, L'Express, Le Nouvel Observateur, Le Figaro (quotidien et magazine), Libération, Fluide glacial, Lui, Elle, Der Spiegel, Stern, Time Magazine, Esquire, The Daily Telegraph, Jornal do Brasil, European Illustration, Graphis, Japan Illustration... etc.

En 1974-1975, le trio quitte Pilote, pour créer Mormoil, revue de bandes dessinées pour adultes. Directeur artistique du mensuel, Mulatier va inviter André Franquin à réaliser des bandes dessinées à contre-emploi, bien avant Les Idées noires. Loup, Boucq, Loisel et Binet, entre autres, vont y publier leurs dessins.

En 1979, parait la première compilation de leurs œuvres : Les Grandes Gueules, aux Éditions du Pont neuf.

En 1980, le trio se réunit dans un même atelier, qui va être le siège de leur maison d'auto-édition : Les Éditions de l'Atelier. Ils publient une douzaine de recueils dont Ces animaux qui nous gouvernent et Grandes Gueules par deux accompagné de textes de Pierre Desproges.

En 1986, Jean Mulatier quitte l'Atelier, pour se consacrer à la photographie.

Dans les années 1990, il revient au portrait en rejoignant un temps Ricord dans sa page éditoriale de l'Express, et continue d'œuvrer dans la photographie de nature au Figaro magazine et à Vivre au jardin, par l'intermédiaire de l'Agence Gamma.

En 1993, il publie, en solo, Gueules de ciné, aux Éditions La Sirène, et en 1995 il retrouve Patrice Ricord pour l'album Gueules d'état chez Glénat.

Ses portraits charges ont souvent été considérés comme féroces dans leurs exagérations. Ainsi sa caricature de Léonid Brejnev publiée en avril 1978 dans le Stern fut à l'origine d'un incident entre le premier secrétaire soviétique et le porte parole de la presse allemande, Brejnev n'appréciant pas la manière dont il avait été représenté en couverture du magazine[1].

Il vit à Paris, et depuis 2005, enseigne régulièrement à Lyon la technique de la caricature, du dessin de presse et de la BD, à l'École Émile Cohl.

Une grande exposition itinérante rétrospective, intitulée Mulatier expose son Faces-Book, 40 ans de caricatures, a présenté plus de 200 de ses meilleurs dessins et photos, lors du dernier festival Quai des Bulles de Saint-Malo, en octobre 2010.

Technique[modifier | modifier le code]

Il a besoin de plusieurs photos de la personne à croquer. Il procède par esquisses, et recherches.

Ensuite, sur du papier lisse, sans grain, d'un format plutôt réduit, en moyenne de 20 cm x 30, rarement plus grand, il commence la réalisation proprement dite.

En noir et blanc aussi bien qu'en couleurs, Jean Mulatier réalise ses caricatures au pinceau, par un travail de traits fins très serrés, et croisés, dans l'esprit de la miniature.

Cette technique d'une finition très précise, permet un fort agrandissement à la parution, parfois très supérieur à l'original. Une affiche publicitaire pour une école de langue occupait une place de plusieurs mètres carrés, sur un quai de métro alors que l'original mesurait environ 30 cm x 20.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Albums collectifs dont il est coauteur :

  • Les Grandes Gueules, éditions du Pont-Neuf (Paris), 1979
  • Grandes Gueules de France, éditions Atelier 786 (Paris), 1980.
  • Grandes Gueules par deux, éditions de l'Atelier (Paris), 1981
  • Grandes Gueules Superstars, éditions de l'Atelier (Paris), 1982.
  • Le livre d'Or des Grandes Gueules, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1983
  • Grandes Gueules à poils, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1983
  • Ces Animaux qui nous gouvernent, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1984.
  • Télé ton univers impitoyable, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1985
  • Gueules de ciné, éditions La Sirène (Paris), 1993, est son seul recueil en solo.
  • Gueules d'état, édition Glénat (Paris) 1995

En photographie : Autumn, éditions Rizzoli International (New-York) 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grandes Gueules Superstar p.76