Arches (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arches.
Arches
L'église Saint-Maurice
L'église Saint-Maurice
Blason de Arches
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Épinal-Est
Intercommunalité La Vôge vers les Rives de la Moselle
Maire
Mandat
Nadine Gérôme
2014-2020
Code postal 88380
Code commune 88011
Démographie
Gentilé Archéen(ne)s
Population
municipale
1 673 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 09″ N 6° 31′ 41″ E / 48.11916666666, 6.5280555555 ()48° 07′ 09″ Nord 6° 31′ 41″ Est / 48.11916666666, 6.5280555555 ()  
Altitude Min. 335 m – Max. 521 m
Superficie 17,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arches

Arches est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Archéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Délimitée au nord-est par la Moselle sur trois kilomètres, la commune d'Arches se situe entre Épinal et Remiremont. Elle fait ainsi face à sa petite jumelle, Archettes. À l'est, elle est séparée de Pouxeux par des mamelons boisés, Rebaumont, côte de Vrupt. Au sud et à l'ouest, sa limite avec Hadol est plus artificielle. C'est au nord que l'altitude culmine, avec 521 mètres au Rômont, en direction de Dinozé.

L'essentiel de la population est répartie tout au long de l'ancienne nationale, aujourd'hui RD 157, beaucoup moins passante depuis que la RN 57 épouse le tracé de la rivière. Cependant, plusieurs hameaux se sont construits le long des ruisseaux venant de Hadol, Aneuménil et le Saucey dans la vallée de la Niche, maisons éparses le long du ruisseau des Nauves, ou à flanc de coteau comme Laménil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé sur la rive gauche de la Moselle, le village d'Arches, comme celui d'Archettes qui lui fait face sur la rive droite, doit son nom au pont romain qui enjambait la rivière. Deux voies romaines se croisaient en effet à Arches, celle de Bâle à Metz et celle de Langres à Strasbourg.

En 848, Charles le Chauve et Louis le Germanique se rencontrèrent à Arches, pour renouveler leur alliance contre Lothaire.

Le duc Thierry II y fait construire un château fort en 1080 et la localité est affranchie par le duc Ferry III en 1263. Ce château devait être abattu sur l'ordre de Richelieu. Des vestiges de fortifications montrent que la localité avait une certaine importance, - elle était d'ailleurs le siège d'une prévôté considérable - mais s'est affaiblie avec la guerre de Trente Ans dont elle sortit réduite à l'état de village. La prévôté y subsista cependant jusqu’en 1754.

En 1469, sur le ruisseau Rupt-de-Raon, naissance des premières fabriques de papier à partir de moulins à grain reconvertis, avant officialisation juridique en 1492 (France).

Beaumarchais établi une papeterie vers 1782 et y résidait quelquefois. Arches possédait une fabrique de papier timbré, la seule en France ; des huileries, des féculeries, des moulins et des distilleries offraient leurs emplois.

Durant la Première Guerre mondiale, il y avait un camp d’entrainement à Arches.


Blason Blasonnement :
D’azur au pont de quatre arches d'or sur une rivière d’argent accompagnée en chef d’un alérion de même.
Commentaires : Le blason reprend naturellement le pont romain et l'alérion lorrain. Il s’agit du blason d’Arches tel qu’il a été reproduit au XVIIe siècle par Dominique Callot, abbé de l’Étanche.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie d'Arches
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Nadine Gérôme    
1997 mars 2008 Jean-Marie Patrois DVD  
1977 1996 Jean-Paul Holveck   Décédé en cours de mandat
1971 1977 Paul Rouillon    
1970 1971 Louis Largeron    
1959 1970 Jean Haedrich (1905-?)    
1947 1959 Jean-Baptiste Brueder    
1943 1946 Auguste Marotel    
1932 1942 Camille Hacquard    
1929 1931 Jules Vinel    
1919 1929 Jean-Baptiste Brueder    
1904 1919 Jules Perrigot    
1888 1904 Auguste Aubry    
1882 1888 Jean-Nicolas Lapoirie    
1876 1881 Auguste Fèvre    
1871 1875 Auguste Damas    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 673 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
912 910 979 1 238 1 335 1 438 1 448 1 466 1 307
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 428 1 633 1 619 1 507 1 359 1 423 1 443 1 472 1 566
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 560 1 476 1 444 1 425 1 422 1 394 1 481 1 572 1 588
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
1 523 1 718 1 737 1 679 1 722 1 673 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'orgue
Église Saint-Maurice 
Cette église flambant neuve renferme un orgue de la maison Jacquot-Lavergne, construit en 1944[3]. La commune d'Arches a racheté l'instrument et finance actuellement sa restauration.
  • Vestiges d'une enceinte et d'un donjon[4]

Économie[modifier | modifier le code]

  • La ville d'Arches doit sa renommée internationale aux papeteries qui y fabriquent, depuis 1492, un papier qui, par sa pureté et sa solidité, est réservé aux éditions de luxe. Les qualités les plus connues sont le vélin d'Arches et le vergé d'Arches.
C'est aux papeteries d'Arches que Beaumarchais commanda les 70 tonnes de papier nécessaires à l'édition des 70 volumes des œuvres complètes de Voltaire[5].
Les papeteries furent ensuite reprises par les frères Claude-Joseph et Léopold-Grégoire Desgranges[6], puis par Claude Krantz[7].
  • Le projet de création de deux centrales biomasse, l'une à Arches à la place de l'ancienne déchèterie et l'autre à Éloyes, est fortement contesté. Le préfet a dernièrement refusé l'implantation de ces deux centrales au vu des faibles rendements énergétiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football de l'Union Sportive Arches-Archettes-Raon.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. *Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues de Lorraine : Vosges., Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ 1991, 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4, LCCN 92160476)
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 99 à 101
  4. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal,‎ 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 53 Arches
  5. La fabuleuse histoire du papier, Michel Vernus, ed.Cabedita, 2004
  6. Ce dernier député de la Haute-Saône à l'Assemblée législative de 1792-1792
  7. Bernard Desgranges, Chronique luxovienne, chapitre IX, auto-édité à Luxeuil-les-Bains, 2010