Jean-François Larose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-François Larose (née le 15 avril 1972 à Montréal-Nord) est un homme politique québécois. Il est député à la Chambre des communes du Canada (circonscription de Repentigny, au Québec) depuis l’élection fédérale de 2011. Candidat pour le Nouveau Parti démocratique dans la circonscription de Repentigny, il avait alors remporté l’élection avec  51,92 % des votes, supplantant ainsi le député sortant du Bloc Québécois, Nicolas Dufour.                 

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Jean-François Larose eut une enfance très épanouie. Entre l’âge de 3 ans et 8 ans, il a parcouru le monde avec sa mère, visitant plusieurs pays notamment en Europe et au Moyen-Orient. Cette expérience lui a permis de s’ouvrir sur le monde et de gouter aux différentes cultures.

Sa famille était très active dans le monde artistique. Son père adoptif est un musicien aguerri et talentueux tandis que sa mère a développé sa créativité en œuvrant# dans les arts visuels.

Très présente socialement, sa grand-mère maternelle a été bénévole tout au long de sa vie et c’est impliqué dans plusieurs causes importantes. Cette dernière est une source d’inspiration et un guide qui a une grande influence dans la vie de Jean-François Larose. D’ailleurs, il la cite fréquemment en exemple lors de prise de parole en public.

Depuis 2008, Jean-François Larose est père d’un garçon.  Aussi, il partage sa vie avec Véronique Arcouette depuis 2012. Ces derniers se sont mariés  le 14 juin 2014.

Études et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Jean-François Larose a  fréquenté le Collège Champagneur de Rawdon durant son adolescence.  Sur le plan académique, il a aussi suivi des cours à l’Université de Montréal dans le domaine de la sécurité publique, en violence et société, et en gestion de police et sécurité.

Il s’est aussi impliqué syndicalement pour les travailleurs de la Société du Vieux-Port de Montréal, alors qu’il y travaillait en tant qu’agent de la paix.

Il a aussi agi dans un groupe de conseillers pour le ministère de la Sécurité publique du gouvernement mexicain pour la lutte contre la corruption et pour la protection des parcs fauniques et a agi en tant qu’instructeur bénévole en gestion de crise pour le service de la lutte contre les incendies.

À son retour du Mexique, il a notamment travaillé bénévolement sur un projet de création de plusieurs garderies dans un arrondissement de l’île de Montréal. L’objectif était de combattre les garderies clandestines, de protéger les enfants et d’aider les parents. En 2009, il s’est présenté comme maire d’arrondissement dans le Plateau Mont-Royal au sein de l’équipe de Louise O’Sullivan.

Avant d’être député néodémocrate, Jean-François Larose a été agent correctionnel durant huit ans. Dans le cadre de ses fonctions, ce dernier était responsable de la réinsertion sociale des détenus. Il s’est également impliqué en tant que vice-président syndical pour les agents correctionnels du Québec. 

Engagement politique et social[modifier | modifier le code]

Ses préoccupations principales sur le plan sociopolitique sont les suivantes : faire en sorte que les citoyens ait un réel pouvoir sur les institutions politiques qui régulent leur vie, faciliter la répartition des richesses et défendre la justice sociale, s’assurer que des conditions de travail respectable et équitable pour tous les travailleurs, supporter le secteur bénévole et communautaire, supporter les différentes communautés francophones d’Amérique, faciliter l’accès à l’éducation et à un médecin de famille pour tous.

En tant que porte-parole de l’opposition officielle en matière de philanthropie et du secteur à but non lucratif, il a mis sur pied un caucus national des grandes organisations de ce secteur à l’échelle canadienne. Il travaille de concert avec ces organisations afin de faire la promotion des enjeux de ce secteur d’activité qui représente 7 % du PIB au Canada.  

Il s’est aussi positionné sur le dossier de la fin de la livraison du courrier à domicile et de la menace de la perte de 8 000 emplois chez Postes Canada. Il a notamment organisé des séances d’information, enregistré une vidéo explicative et multiplié les interventions à la Chambre des Communes sur ce dossier.

Comme député, il s’est aussi impliqué au sein du comité de relance de la MRC de L’Assomption au sujet de la fermeture de l’usine d’Electrolux de l’Assomption (perte de 1300 emplois directs) afin de réaffecter certains travailleurs et de trouver des solutions pour stimuler la création d’emplois.

Il a aussi agi en tant que représentant du NPD dans différents comités parlementaires. Il a siégé sur le comité de la Défense nationale ou il s’est particulièrement illustré au sujet des conditions de travail des militaires. Il a aussi travaillé sur les comités des Opérations gouvernementales et prévisions budgétaires et des Affaires étrangères et développement international.

Par ailleurs, toujours soucieux de stimuler l’implication citoyenne et de rapprocher le processus décisionnel du citoyen, Jean-François Larose a proposé un système qui augmenterait le pouvoir des citoyens pour mieux contrôler les actions politiques durant la campagne électorale de Montréal en 2009. Plusieurs pistes ont été proposées, la souveraineté populaire, système participatif jumelé avec des technologies électroniques.

Référence[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]