Jean-François Joseph Debelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-François Joseph Debelle
Portrait de Debelle par Pierre-Joseph Dedreux-Dorcy, 1837.Musée de l'Armée, Paris.
Portrait de Debelle par Pierre-Joseph Dedreux-Dorcy, 1837.
Musée de l'Armée, Paris.

Naissance 22 mai 1767
Voreppe
Décès 15 juin 1802 (à 35 ans)
Saint-Raphaël
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Arme Artillerie
Grade Général de division
Années de service 17821802
Conflits Guerres de la Révolution française
Faits d'armes Bataille de Fleurus
Bataille de Novi
Expédition de Saint-Domingue
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile (6e colonne)

Jean-François Joseph Debelle, né le 22 mai 1767 à Voreppe, mort le 15 juin 1802 à Saint-Raphaël, est un général de la Révolution et du Premier Empire.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Guerres révolutionnaires[modifier | modifier le code]

Il participe en juin 1794 à la bataille de Fleurus, en tant que général de brigade à titre provisoire. Ce "provisoire", attribué en janvier 1794, est confirmé en septembre, et prolongé jusqu'en novembre, date à laquelle il passe général de brigade à titre définitif. Il est à la prise de Düsseldorf en 1795, où la ville sera bombardée, avant que l'armée française ne rase ses fortifications.

Armée d'Italie[modifier | modifier le code]

À la suite de la bataille de Novi, il est chargé de diriger la retraite de l'artillerie jusqu'en France.

Saint-Domingue[modifier | modifier le code]

Debelle est désigné le 7 décembre 1801, quelques jours seulement avant le départ de la flotte, pour commander l'artillerie de l'expédition de Saint-Domingue, lors de la Révolution haïtienne sous le commandement du général Charles Victoire Emmanuel Leclerc.
Peu après le débarquement au Cap (4 février 1802), il se met à la tête d’une colonne de secours envoyée dégager le général Jean Joseph Amable Humbert à Port-de-Paix, mais il est battu à son tour par le général haïtien Jacques Maurepas (17 février). Dans son rapport à leclerc, Debelle rejette toute la responsabilité de cette attaque coûteuse sur Humbert, alors même que celui-ci, échaudé par ses précédents échecs, avait vainement tenté de tempérer ses ardeurs. Humbert est néanmoins placé aux arrêts à bord de la flotte française, puis plus tard renvoyé en France où il sera mis en retraite.
Une fois que Maurepas a fait sa soumission à leclerc, Debelle se lance à la poursuite du général Jean-Jacques Dessalines: se laissant une fois encore emporter par son tempérament fougueux, il s’aventure sous les murs de la Crête-à-Pierrot et est grièvement blessé (2 mars). Évacué, il réorganise ensuite l’artillerie (2 mai) et tente de s’opposer au pillage généralisé de la colonie par les officiers du corps expéditionnaire (1er juin) dans une adresse à l'armée qui restera lettre morte ...
Il tombe malade (environ le 12 juin) et meurt, sans doute de fièvre jaune, à Saint-Raphaël (15 juin), à l’âge de 35 ans.

De l’avis de tous les chroniqueurs, Debelle était l’« Apollon de l’armée » (le général Sarrazin affirme même qu’il meurt au cours d’une « partie de plaisir » avec une métisse), mais était loin d’être un aussi grand penseur que séducteur …

Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Nord, 5e et 6e colonnes.

Il était l'ami et le beau-frère du général Hoche, et le frère des généraux César Alexandre Debelle,et Auguste Jean-Baptiste Debelle.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le 10 mars 1803, une pension de 1 500 F est accordée à son père. Cette pension sera transmise à sa mort à la veuve de général, Marguerite Justine Dechaux.
  • Le nom du général Jean François Joseph Debelle est inscrit sur la 6e colonne de l'arc de triomphe de l'Étoile, pilier Nord (Grande Armée/Wagram).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, Paris, 1851.
  • Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux et amiraux de la Révolution et de l'Empire, Paris, Saffroy, 1934, tome I.
  • Beaubrun Ardouin, Études sur l'histoire d'Haïti, Paris, 1853-1865, t. 5
  • Malenfant (col.), Des colonies, et particulièrement de celle de Saint-Domingue, Paris, Audibert, 1814.
  • Laura Virginia Monti, A calendar of Rochambeau's papers at the university of Florida Libraries, University of Florida Libraries, 1972.
  • Jean Sarrazin, Mémoires du Général Sarrazin escrits par lui-même depuis 1770, jusqu'en 1848, Bruxelles, 1848.