Jean-Benoît Nadeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nadeau.
Jean-Benoît Nadeau

Jean-Benoît Nadeau (né le 20 décembre 1964 à Sherbrooke) est un auteur, journaliste, producteur et conférencier québécois (canadien), et fellow de l’Institute of Current World Affairs. Il vit à Montréal.

En tant qu’auteur solo, il a publié Les Français aussi ont un accent[1], Le Guide du travailleur autonome 3.0[2] et Écrire pour vivre. En septembre 2014, il publiera un nouveau livre : Les Accents circomplexes[3]. Avec sa femme ontarienne, Julie Barlow, il a cosigné deux livres sur la France et l'histoire de la langue française, Pas si fous, ces Français et La Grande aventure de la langue française (Le français, quelle histoire ! pour l’édition parisienne)[4].

En tant que journaliste, il a signé plus de 900 chroniques et reportages, notamment dans les pages du magazine L’Actualité et sur MSN.ca. Il écrit également en français et en anglais et ses articles ont paru également dans USA Today, The New York Times, The Wall Street Journal, The Globe and Mail et dans GEO et L’Express en France[4].

En tant que producteur délégué, il a coproduit La langue française n’a pas dit son dernier mot, un documentaire de deux heures diffusé à l’été 2014[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Sherbrooke, au Québec, Jean-Benoît Nadeau a fait ses études à l'Université McGill, où il a obtenu un diplôme en sciences politiques et histoire (Bachelor of Arts 1992)[4].

Auparavant, il avait amorcé des études en génie civil à l’Université de Waterloo (Ontario) et en dramaturgie à l’École nationale de théâtre (Montréal)[6].

Entre les années 1984 et 1989, il a également signé six pièces de théâtres en cinq actes, dont 2 comédies (Il faut battre l’enfer quand il est chaud et Les Tartes) deux drames (Graziella et Les Cobayes), et une comédie musicale (Capilla), ainsi que deux pièces à sketchs (La Mélodie du bonheur et un Condo à Venise) qui ont toutes été produites à Montréal, Sherbrooke et en Mauricie[6].

Ses débuts comme journaliste remontent à 1987, alors qu’il est critique de théâtre pour la revue Voir. Il publie ensuite des reportages dans divers magazines tels que Commerce, L’actualité et Québec Science[6].

En 1993, il commence à publier en anglais pour des magazines canadiens anglais tels que Saturday Night Magazine, Profit et Report on Business Magazine. Entre 1993 et 1998, il signe certains de ses articles en anglais, environ une quarantaine, avec sa femme, Julie Barlow[6].

Au cours de cette période, il remporte de nombreux prix de journalisme au Québec. Parmi les prix de journalisme qu’il a reçus, trois concernaient des enquêtes publiées dans L’actualité en 1994, 1995 et 1997 : Enquête sur la Caisse de dépôt (Prix René-Lévesque); Enquête sur la crise d’Oka (Prix René-Lévesque); et La vérité sur le Fonds de solidarité (Prix argent, Fondation nationale des magazines, catégorie Affaires). En 2004, l’Association québécoise des éditeurs de magazine lui a également décerné le prix Jean Paré remis au meilleur journaliste de l’année[7].

En 1995, il commence à donner des formations en journalisme à travers la Fédération professionnelle des journalistes. C’est également pendant cette période qu’il développe plusieurs positions controversées sur le statut de la presse indépendante qui le mettront en opposition avec certains éléments rêvant de syndiquer la pige au Québec[6].

En 1997, il publie son premier livre, Le Guide du travailleur autonome (Québec Amérique), un livre de conseils (en partie autobiographique) pour les pigistes et les travailleurs indépendants[8]. En 2014, la troisième édition de ce livre est paru avec un contenu augmenté, incluant une demi-douzaine de questions des lecteurs[9].

En 1999, Jean-Benoît Nadeau se voit accorder une bourse de deux ans de la fondation américaine Institute of Current World Affairs pour aller en France étudier «Pourquoi les Français résistent à la mondialisation». Durant ces deux années, il publiera 21 bulletins d’observations pour l’Institut qui faisait l’anthropologie des Français[10].

En 2001, il quitte Paris pour aller s’installer à Toronto pour un an à la demande de sa femme. C’est à Toronto qu’il écrira ses deux prochains livres sur la France, avant de revenir définitivement à Montréal[11]. C’est ce va-et-vient entre les deux métropoles canadiennes qui lui a inspiré un récit humoristique, Les Accents circomplexes[3].

Ce dernier livre est a suite de son premier récit humoristique publié en 2002, Les Français aussi ont un accent (Payot), une chronique humoristique «intello-loufoque» sur son expérience française[12].

En 2003, il cosigne avec Julie Barlow le livre Sixty Million Frenchmen Can’t Be Wrong, qui fait l’anthropologie des Français. Ce livre sera vendu à près de 250 000 exemplaires dans toutes ses éditions. Sa version française, Pas si fous, ces Français ! paraît en 2005 chez France Loisirs et au Seuil. À la demande des éditeurs, c’est Valérie Morlot qui en fera la traduction, mais Jean-Benoît Nadeau a assuré l’adaptation finale[13]. «Une lecture plutôt revigorante», en dira le célèbre critique littéraire Bernard Pivot[14]. L’ouvrage paraît également en néerlandais (Waarom de Fransen zo Frans zijn, Scriptum) et en mandarin. Il existe deux éditions chinoises distinctes, l’une en mandarin simplifié (Chine populaire) et l’autre en mandarin traditionnel (Taïwan)[15].

En 2006, toujours avec Julie Barlow, Jean-Benoit Nadeau publie The Story of French, une histoire de la langue française des origines à nos jours. Dans le New York Times, William Grimes écrira : « Une histoire du français bien racontée et très accessible qui débat avec fougue des perspectives de cette langue dans un monde dominé par l’anglais. »[16] Également traduit en japonais, ce livre est paru en français sous deux titres et deux éditions distinctes. D’abord au Québec en 2007 sous le titre La Grande aventure de la langue française (Québec Amérique). Puis en France en 2011 sous le titre Le français, quelle histoire ! (Éditions Télémaque). Cette édition française correspond à une seconde édition du livre entière réécrite par Jean-Benoît Nadeau[17].

La même année, en 2006, Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow adoptent des jumelles en Haïti[18].

En 2007, Jean-Benoît Nadeau publie Écrire pour vivre (Québec Amérique)[19], un livre de conseil pour ceux qui veulent vivre pour écrire, destinés aux journalistes et aux auteurs en herbe[20].

Depuis 2003, il a donné une centaine de conférences sur la langue française ou la France depuis 2003, aux États-Unis, au Canada, en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Corée du Sud et au Japon, en plus d’une cinquantaine de séminaires sur le journalisme et l’écriture[18].

En 2010, Jean-Benoît passe six mois à Phoenix, en Arizona, alors que sa femme est écrivaine en résidence à l’Arizona State University, dans le cadre d’une bourse Fulbright[18]. Ce séjour s'inscrit dans le cadre de leurs recherches pour un nouveau livre, The Story of Spanish (St. Martin’s Press), qui retrace l’histoire de la civilisation espagnole publié en mai 2013[21].

En septembre 2013, Jean-Benoît Nadeau et sa femme passe l’année 2013-2014 à Paris pour la recherche sur un nouveau livre sur les Français, à paraître chez St. Martin’s Press. À l’été 2014, il a produit un documentaire de deux heures sur les ondes de France Culture, intitulé La langue française n’a pas dit son dernier mot[22]. Il revient fin août 2014 à Montréal pour le lancement de son nouveau récit humoristique, Les Accents circomplexes[3].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Critique: Les Français aussi ont un accent, par Alexie Lorca, dans L'Express Culture, 1er juin 2002
  2. Présentation du Guide du travailleur autonome 3.0 sur le site de Québec-Amérique
  3. a, b et c « Les Accents circomplexes », sur http://www.editions-stanke.com/ (consulté le 13 août 2014)
  4. a, b et c Biographie de Jean-Benoît - Nadeau & Barlow
  5. « Nadeau et barlow coaniment une émission sur france culture, le 19 et 20 juillet, 2014 », sur www.nadeaubarlow.com (consulté le 13 août 2014)
  6. a, b, c, d et e Jean-Benoît Nadeau, Écrire pour vivre : Conseils pratiques à ceux qui rêvent de vivre pour écrire, Montréal, Éditions Québec Amérique,‎ 2007, 22–29 p. (ISBN 978-2-7644-0541-3, présentation en ligne)
  7. Les Grands Prix - Magazines Québec
  8. Jean-Benoît Nadeau, Le Guide du travailleur autonome, Montréal, Éditions Québec Amérique,‎ 2007, 25-29 p. (ISBN 978-2-7644-0553-6, lire en ligne)
  9. « Le Guide du travailleur autonome 3.0 », sur http://www.guidedutravailleurautonome.com/ (consulté le 13 août 2014)
  10. Articles by Jean Benot Nadeau – Institute of Current World Affairs, 1999-2001
  11. Nadeau 2007, p. 29
  12. La France, mode d’emploi – Voir.ca, 28 mars 2002
  13. Jean-Benoît Nadeau, Julie Barlow, Pas si fous, ces Français !, Éditions Seuil,‎ 2005, 7 p. (ISBN 978-2-0207-87932, lire en ligne)
  14. Les Français sont-ils des exceptions résiduelle, Le Journal du Dimanche,‎ 2005, 35 p.
  15. Sixty Million Frenchmen Can't Be Wrong - Nadeau & Barlow
  16. The French Have a (Precise and Elegant) Word for It – The New York Times, 29 novembre 2006
  17. La grande aventure de la langue française - Nadeau & Barlow
  18. a, b et c Biographie de Jean-Benoît et Julie Barlow - Nadeau & Barlow
  19. Écrire pour vivre - Nadeau & Barlow
  20. Le Guide du travailleur autonome - Nadeau & Barlow
  21. The Story of Spanish - Nadeau & Barlow
  22. « Le français n’a pas dit son dernier mot 1/2 », sur http://www.franceculture.fr/,‎ 19 juillet 2014 (consulté le 13 août 2014)
  23. « Prix littéraires historique », sur http://www.academieoutremer.fr/ (consulté le 13 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]