James Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

James Jackson est un industriel anglais né le 14 mars 1771 à Blackburn dans le Lancashire, il y meurt le 27 avril 1829. Il crée la première fabrique d'acier fondu en France, près de Saint-Étienne (Loire).

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers 1812, James Jackson s'établit à Birmingham et fonde une usine comprenant 2 fours à cémentation, 10 fours pour faire de l'acier fondu, une manufacture de limes.

On ne savait pas produire de l'acier fondu en France ; le pays était alors tributaire du Royaume-Uni ; le coût de l'acier fondu revenait 10 fois plus cher en France qu'au Royaume-Uni. Napoléon Ier encouragea la production de l'acier fondu dans l'empire français, à Liège. Mais après son abdication, Liège ne faisait plus partie de la France.

Après un premier contact à Paris le 6 juin 1814 lors de la première Restauration, il débarque à Calais le 25 octobre 1814 : il a alors 42 ans.

« père d'une famille nombreuse, a pensé que les acieries étant déjà très multipliées en Angleterre, il trouverait en France moins de concurrents, plus de débouchés et une fabrication plus économique par le bas prix de la main d'œuvre ; engagé par ces considérations très fondées, il est disposé à y transporter son industrie, persuadé que moyennant les encouragements du Gouvernement, il pourrait, par la suite, étendre son entreprise, en procurant un sort plus avantageux à ses fils qu'il destine à son état. »

— Rapport de Louis de Gallois, 1815

Le gouvernement britannique confisque alors tous ses biens. Napoléon revient. Le nouveau régime des Cent-Jours lui est favorable. Jean-Antoine Chaptal, directeur du Commerce le soutient.

James Jackson choisit Saint-Étienne, au coeur du Bassin houiller de la Loire pour y installer ses forges. Il profite d'une population familière du travail du fer ainsi que de la facilité de pouvoir vendre ses produits.

En août 1815, il s'installe à Trablaine, sur l'Ondaine (commune du Chambon-Feugerolles). Début 1816, l'usine de Trablaine est en marche : elle comprend des fours à cémentation et des fours à creuset pour l’acier fondu. On y fabrique pour la première fois en France de l’acier fondu.

En août 1818, James Jackson quitte Trablaine, suite à un conflit avec son associé (qui continuera seul puis déposera son bilan en 1821). Il s'installe à Monthieux en 1819, avec ses fils, William, John, James et Charles, puis en 1820 à Rochetaillée et au Soleil (aujourd'hui, commune de Saint-Étienne).

James Jackson retourne au Royaume-Uni et meurt en 1829 à Lancaster.

En 1830, les frères Jackson s'installent à Assailly (aujourd'hui sur la commune de Lorette), sur le Gier. Les fils Jackson fondent ou rachètent plusieurs sociétés produisant de l'acier, et participent dans des sociétés utilisant l'acier comme matière première.

En 1838, William Jackson épouse Louise Peugeot et Georges Peugeot épouse Anna Jackson.

Après cette double union matrimoniale entre la famille Jackson et Peugeot, est créée la société "Peugeot aîné et Jackson frères" : ils achètent des moulins à Pont-de-Roide et construisent des aciéries : on y fabrique des scies, des montures de parapluie...

Associés à Pierre-Frédéric Dorian et à son beau-père Jacob Holtzer, les fils Jackson produisent aussi des faux et faucilles à Pont-Salomon. La société portera en 1859 le nom de "Dorian, Holtzer, Jackson et Cie".

Descendants célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]