Patrice de Maistre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maistre.

Patrice de Maistre

Naissance 20 mars 1949
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme
Université Paris Dauphine
Profession Gestionnaire de patrimoine
Activité principale Directeur général de Tethys et Clymène
Distinctions

Patrice de Maistre, né à Paris le 20 mars 1949, est un gestionnaire de patrimoine.

Patrice de Maistre descend par son père du philosophe Joseph de Maistre et est héritier par sa mère de la dynastie industrielle de la famille Japy. Il est le frère du réalisateur Gilles de Maistre. Il est diplômé de l'Université Paris-Dauphine et titulaire du diplôme d'expertise-comptable. Il épouse en premières noces Pascale Bru, fille d'un riche entrepreneur, avec laquelle il a trois enfants, et dont il est divorcé. En secondes noces, il épouse Anne Dewavrin, elle même divorcée de Bernard Arnault, et mère de Delphine et Antoine Arnault.

Activités[modifier | modifier le code]

Patrice de Maistre est l'ancien directeur général de la société Téthys, présidée par Liliane Bettencourt, holding contrôlant les actions de Liliane Bettencourt, et de la société Clymène, toujours présidée par Liliane Bettencourt, chargée de gérer les dividendes.

Patrice de Maistre s'occupe également de la fortune personnelle de Liliane Bettencourt, évaluée à près de 17 milliards d'euros[1].

Son départ de Téthys est annoncé le 31 décembre 2010[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Patrice de Maistre a été promu, le 14 juillet 2007, au grade de chevalier de la Légion d'honneur, dans la première promotion suivant l'élection présidentielle de Nicolas Sarkozy. Il en a reçu les insignes des mains d'Éric Woerth, alors ministre du Budget, le 23 janvier 2008 à Bercy[3]. Lors de perquisitions, les enquêteurs ont découvert une lettre datée de mars 2007 qui prouve qu'Éric Woerth est intervenu auprès de Nicolas Sarkozy pour l'attribution de cette décoration à un membre du « Premier cercle » et « collecteur de fonds légaux pour l'UMP »[4]. Ils ont également saisi une lettre de de Maistre dans laquelle il remercie Éric Woerth pour son soutien dans l'obtention de cette décoration[5].

Affaire Woerth-Bettencourt[modifier | modifier le code]

Article détaillé : affaire Woerth-Bettencourt.

Depuis fin juin 2010, Patrice de Maistre fait l'objet d'accusations, par la Presse, dans le cadre de l'affaire Woerth-Bettencourt ; il aurait, selon des enregistrements clandestins réalisés au domicile de son employeur Liliane Bettencourt, organisé depuis longtemps l'évasion fiscale d'une partie de son patrimoine[6]. Patrice de Maistre est placé en détention provisoire le jeudi 22 mars 2012[7].

Selon l'ex-comptable de Mme Bettencourt, il aurait également incité sa cliente à participer au financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Liliane Bettencourt est tout sauf une vieille dame sénile », sur Le Figaro.fr,‎ 25 juin 2010
  2. http://www.lepoint.fr/societe/role-accru-pour-le-gendre-et-les-petits-fils-de-bettencourt-dans-l-oreal-06-12-2010-1271742_23.php
  3. « Quand Woerth remettait la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, le conseiller de Liliane Bettencourt », sur Le Point.fr,‎ 23 juin 2010
  4. « La lettre qui contredit Eric Woerth », L'Express, 31 août 2010.
  5. « Eric Woerth embarrassé par deux lettres de Patrice de Maistre », LeMonde.fr avec l'AFP, 4 septembre 2010.
  6. « Affaire Bettencourt : les principales révélations des enregistrements pirates », sur Libération.fr,‎ 24 juin 2010 (consulté le 1er juillet 2010)
  7. « Affaire Bettencourt : Patrice de Maistre placé en détention provisoire », sur Libération.fr,‎ 23 mars 2012 (consulté le 23 mars 2012).
  8. Thomas Vampouille, « Bettencourt : l'ex-comptable accuse Woerth et Sarkozy », sur Le Figaro.fr,‎ 6 juillet 2010 (consulté le 6 juillet 2010)
  9. Marie-France Etchegoin, « Patrice de maistre ou les tourments du maillon faible », Le Nouvel Observateur, no 2477,‎ 26 avril 2012, p. 12 à 16 (ISSN 0029-4713)