Bertil Galland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galland.
Bertil Galland par Erling Mandelmann

Bertil Galland, né le 15 octobre 1931 à Leysin, est un journaliste et éditeur vaudois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père vaudois et d'une mère suédoise, Bertil Galland fait des études de lettres et de sciences politiques à l'Université de Lausanne. Grâce à une bourse, il sillonne les États-Unis en 1958 et 1959 et se forme comme journaliste.

Lorsqu'il rentre en Suisse, il commence une carrière d'éditeur, d'abord en prenant la direction des Cahiers de la Renaissance vaudoise (1960-1971) créé par le fondateur de la Ligue vaudoise, Marcel Regamey nationaliste d'inspiration maurrassienne à qui il vouait et voue encore une admiration "filiale"[1],[2]. Plus tard, il crée sa propre maison d'édition à l'enseigne de son nom (1972). Parmi les auteurs qu'il publie, on trouve Corinna Bille, Georges Borgeaud, Maurice Chappaz, Jacques Chessex, Jacques Mercanton, Jean-Pierre Monnier, Alice Rivaz, Gustave Roud et Alexandre Voisard.

Cofondateur avec Jacques Chessex, de la revue Écriture en 1964 et initiateur du Prix Georges-Nicole, il traduit en français des œuvres scandinaves, crée la collection CH par laquelle il fait connaître au public francophone les écrivains alémaniques et tessinois. Auteur de récits de voyages sur la Chine et l'Europe du Nord, d'un court essai sur la littérature romande et de portraits d'artistes qui l'ont accompagné, il n'a jamais cessé, même après l'arrêt de sa maison d'édition, d'œuvrer en faveur de la littérature.

Durant 20 ans, il dirige la publication des 12 volumes de l''Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud. Il fonde les éditions 24 Heures et en assume la direction littéraire. Enfin, aux côtés de Jacques Pilet, il se lance en 1991, dans l'aventure de la création du journal Le Nouveau Quotidien, qui s'affirme romand et européen. En 2007, Bertil Galland est lauréat du Prix du rayonnement de la Fondation vaudoise pour la culture.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Machine sur les genoux : Portrait des États-Unis à la fin du règne d'Eisenhower, Cahiers de la Renaissance vaudoise,‎ 1960
  • Les Yeux sur la Chine, Payot,‎ 1972
  • Retrouver l'Islande, Centre de recherches européennes,‎ 1979
  • Le Nord en hiver ; parcours du haut de l’Europe de Reykjavik à Moscou, Lausanne, 24 Heures,‎ 1985,1986
  • Lausanne et le pays de Vaud : Suisse = Schweiz = Switzerland, Banque cantonale vaudoise,‎ 1988
    Photographies de François Bertin
  • La littérature de la Suisse romande expliquée en un quart d'heure, Zoé,‎ 1986
  • Anthologie lyrique de poche, Zoé,‎ 1989
  • Princes des marges : la Suisse romande en trente destins d'artistes, Éditions 24 Heures,‎ 1991
  • Jacqueline Veuve : 25 ans de cinéma, Cinémathèque suisse,‎ 1992
    Préface de Freddy Buache
  • Luisella, Roman, Zoé,‎ 1999
  • Une femme de cinéma : Jacqueline Veuve et le nouvel envol du film documentaire, Éditions de la Thièle,‎ 2003
  • Fortes Têtes, Éditions de l'Aire,‎ 2005
  • Postface : La levée des frontières, in : Cahiers Gustave Roud, 14 : Correspondance Gustave Roud-Bertil Galland, Association des amis de Gustave Roud,‎ 2011

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galland et M. Regamey in journal 24heures: 1933 du vin à la Ligue vaudoise 4 septembre 2012
  2. Cité : "Regamey (...) avait une prévention contre les Juifs, c'est vrai. Son père était boucher à Lausanne. Il avait mal vécu l’arrivée des grands magasins, perçue comme une "irruption juive" avec une nouvelle façon de faire du commerce. Mais moi je l'ai rencontré après la guerre. Ces discours-là n'étaient plus possibles" in "Petits arrangements avec la mémoire", Revue juive, n0 5, déc 2012, p. 17, à propos d'un entretien à L'Hebdo, 1 nov. 2012