Hieronymus von Colloredo-Mannsfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hieronymus von Colloredo (1732-1812)

Hieronymus Joseph Franz de Paula Graf von Colloredo-Wallsee und Mels, (ou comte Jérôme Joseph François de Paule de Colloredo-Wallsee et Mels) (31 mai 1732 - 20 mai 1812) fut Prince-évêque de Gurk à partir de 1761 et Prince-archevêque de Salzbourg de 1771 à 1803, à cette date l'archevêché fut sécularisé et donné à l'ex-grand-duc Ferdinand III de Toscane.

Grand seigneur, le prélat est connu pour avoir été le premier employeur de Léopold Mozart puis du fils de celui-ci Wolfgang Amadeus Mozart. Il autorisa Léopold à entamer un tour d'Europe pour présenter son fils prodige aux différentes cours.

Il était cependant extrêmement gêné par les fréquentes absences des Mozart. De retour à Salzbourg après un voyage à Munich, Mozart doit suivre son employeur à Vienne, où le prince-archevêque le traite publiquement de « voyou » et de « crétin » avant de le congédier avec ces mots : « Mag er geh'n, ich brauch' ihn nicht ! » (« Qu'il parte, je n'ai pas besoin de lui ! »).

Fiction[modifier | modifier le code]

20 kreutzer de l'Archeveché de Salzbourg à l'effigie de Jérôme Colloredo, 1787

Le Prince-archevêque Colloredo figure dans le film Amadeus. Dans le film, il est interprété par l'acteur américain Nicholas Kepros.

Dans la comédie musicale Mozart ! il était, entre autres, interprété par le fameux Uwe Kröger, une superstar internationale de la musique. Il sert d'antagoniste à Wolfgang (dans la chanson Wo ist Mozart ? [Où est Mozart ?] il chante la citation Mag er geh´n, ich brauch' ihn nicht !) mais à la fin de la comédie musicale il réalise que Mozart et sa musique enchantée triomphent. (Sa chanson Wie kann es möglich sein ? nous raconte qu'il est un homme profond et religieux, qu'il dépendit toute sa vie de Dieu et de la logique, mais que Mozart, un jeune compositeur et musicien impétueux, est finalement victorieux. « Wie kann es möglich sein, dass die Vernunft, die diese Welt erhellen soll, besiegt wird vom Zauber der Musik? » (« Comment est-il possible que la logique dont j'ai supposé illuminer ce monde soit battue par la magie de la musique ? »)