Paix de Füssen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La paix de Füssen, signée le 22 avril 1745 à Füssen, est un traité de paix entre l'Autriche et la Bavière. La paix a lieu pendant la guerre de Succession d'Autriche et met fin à l'état de guerre entre les deux royaumes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la prise de Prague par les troupes françaises et bavaroises, le 26 novembre 1741, Charles VII du Saint-Empire se proclame roi de Bohême. Quelques semaines plus tard, le 24 janvier 1742, il se fait élire à l'unanimité empereur allemand. Mais le jour de son couronnement, le 12 février 1742, la Bavière est occupée par les troupes autrichiennes et sa résidence à Munich est saccagée par des hussards hongrois. Charles écrit dans son journal le lendemain :

"Mon couronnement a eu lieu hier, avec une magnificience et une jubilation sans pareilles, mais je me suis vu dans le même temps être attaqué par des douleurs de pierre et de goutte. Malade, sans terre, sans argent, je peux vraiment me comparer à Job, l'homme de la douleur."

Après des succès instables, le soutien de l'Angleterre à l'Autriche semble donner la victoire à Marie-Thérèse d'Autriche. L'ouverture de la seconde guerre de Silésie par Frédéric II de Prusse en août 1744 offre un bref répit à la Bavière, car les troupes autrichiennes sont un peu plus tard aussi en Silésie et en Bavière. L'empereur Charles VII faillit être fait prisonnier, il meurt en janvier 1745 à Munich, quelques jours après que les troupes bavaroises aient repris la ville.

Son fils qui lui succède, Maximilien III Joseph de Bavière engage immédiatement des pourparlers de paix et vient à la conclusion d'une paix préliminaire. La trêve est ensuite confirmée par une ratification mutuelle d'une paix définitive.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le traité de paix se compose de 17 articles, deux articles séparés et une clause avenante secrète.

Dans ce traité, la Bavière renonce à prétendre à un héritage et reconnaît la Pragmatique Sanction. L'Autriche renonce pour sa part à des indemnités de guerre, retire toutes ses troupes de Bavière et reconnaît la succession de Maximilien III Joseph de Bavière à son père Charles, de soutenir François Ier du Saint-Empire, le mari de Marie-Thérèse pour être empereur et le gain du Palatinat du Rhin et de l'Électorat de Cologne.

Le contrat est signé le 22 avril 1745 à Füssen par Joseph (Fürstenberg-Stühlingen) (de) représentant la Bavière et le négociateur de l'Autriche Rudolph Joseph von Colloredo (de).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source, notes et références[modifier | modifier le code]