La Tapisserie de Fionavar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Tapisserie de Fionavar
Auteur Guy Gavriel Kay
Genre Fantasy
Version originale
Titre original The Fionavar Tapestry
Éditeur original McClelland & Stewart / Collins Publishers
Langue originale Anglais canadien
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Date de parution originale 1984 - 1986
Version française
Traducteur Elisabeth Vonarburg
Éditeur Pygmalion
Date de parution 19961997

La Tapisserie de Fionavar est une trilogie de fantasy écrite par Guy Gavriel Kay de 1984 à 1986 et composée de L'Arbre de l'été, Le Feu vagabond et La Voie obscure.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire débute dans la ville de Toronto où cinq jeunes gens, Kim, Jennifer, Paul, Kevin et Dave, se retrouvent à une conférence donnée dans leur université. Lors de la soirée qui suit, le conférencier se révèle en fait être un mage, Loren Mantel d'Argent, qui les invite à le suivre au royaume du Brennin, dans le monde de Fionavar, pour les festivités en l'honneur du cinquantenaire du règne du roi Ailell. Mais ils vont très vite se retrouver mêlés à des évènements qui les dépassent. Ainsi, Dave est séparé de ses amis lors du lancement du rituel de passage entre les mondes et est recueilli par une tribu de Dalreï, les cavaliers de la plaine. Quant aux autres, ils vont découvrir les intrigues politiques et les rivalités qui minent le Brennin et apprendre qu'ils ont tous un rôle particulier à jouer, alors que le dieu Rakoth Maugrim, qui fut vaincu et enchaîné à l'intérieur d'une montagne il y a de cela des millénaires, prépare son retour avec l'aide de ses fidèles.

Personnages[modifier | modifier le code]

Les Cinq
  • Kimberley Ford, qui deviendra prophétesse du Brennin après Ysanne
  • Jennifer Lowell, qui fut Guenièvre
  • Dave Martyniuk, dit Davor
  • Paul Shafer, dit Pwyll-deux-fois-né, seigneur de l'Arbre de l'été
  • Kevin Laine, dit Liadon
Royaume du Brennin
  • Ailell, le très haut roi du Brennin
  • Le prince exilé, Aileron, fils aîné d'Ailell
  • Diarmuid, fils cadet et héritier d'Ailell, gardien des marches du sud
  • Loren Mantel d'Argent, premier mage du Brennin après la trahison de Metran
  • Matt Sören, sa source, autrefois roi des Nains
  • Jaëlle, grande prêtresse du Brennin
  • Ysanne, prophétesse du Brennin, dite « la Rêveuse »
  • Metran, premier mage du Brennin, deviendra l'allié des Ténèbres
  • Denbarra, sa source
  • Finn, jeune garçon destiné à emprunter « la route la plus sombre »
  • Leïla, jeune prêtresse, son esprit est en résonance avec celui de Finn
  • Darien, fils de Jennifer et de Rakoth Maugrim
Royaume du Cathal
  • Shalhassan, seigneur suprême du Cathal
  • Sharra, sa fille et héritière, dite « la Rose Noire »
Dans la Plaine
  • Ivor, avèn de la Plaine, chef de la troisième tribu des Dalreï
  • Tabor, son fils cadet, cavalier d'Imraith-Nimphraïs
  • Géreint, shaman de la troisième tribu
Au Daniloth
  • Ra-Tenniel, seigneur des Lios Alfar
  • Brendel, émissaire de Ra-Tenniel au Brennin
Dans les Montagnes
  • Ruana des Paraïko
  • Kaèn, commandeur des Nains
Les Ténèbres
  • Rakoth Maugrim, le Dévastateur
  • Galadan, le Seigneur-Loup des Andains, son lieutenant
  • Uathach, l'urgach vêtu de blanc, commandant de l'armée de Maugrim
  • Avaïa, le Cygne noir
Du passé

Univers de Fionavar[modifier | modifier le code]

Les terres habitées de Fionavar sont délimitées par un vaste océan à l'ouest et une haute chaîne de montagnes à l'est. En partant du sud vers le nord, on trouve le Cathal, le pays des jardins ; le Brennin, le grand royaume ; la forêt de Pendarane, où vivent des esprits de la nature hostiles aux humains ; la Plaine, à l'est de Pendarane, où vivent les tribus nomades des Dalreï ; l'Eridu, à l'est de la Plaine, terres montagneuses ; le Daniloth, au nord de Pendarane, pays des Lios Alfar ; le Banir Lök et le Banir Tal, au nord de l'Eridu, montagnes sous lesquelles vivent les Nains ; et enfin, tout au nord, le mont Rangat, où est enfermé Rakoth Maugrim, et les terres désolées qui l'environnent.

Les principales divinités de Fionavar sont le Tisserand à son métier, créateur de l'univers dont les fils de la tapisserie content l'histoire des mondes ; Mörnir du Tonnerre, à qui est dédié l'Arbre de l'été ; Dana, la mère nourricière ; Cernan, dieu des animaux et père de Galadan ; Ceinwèn à l'arc, la chasseresse, déesse des bois et sœur de Cernan ; Macha et Nemain, déesses de la guerre ; Liranan, dieu des mers ; et Owein, maître de la Chasse sauvage.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Le libre arbitre et le prix du pouvoir sont les thèmes principaux de la trilogie. Les personnages principaux de l'œuvre doivent quasiment tous à un moment ou un autre prendre des décisions lourdes de conséquence, des choix moraux lourds à assumer, les concernant ou concernant d'autres personnes, dont vont dépendre les évènements à venir. Mais ces choix se révèlent rarement entièrement bons ou mauvais car quelqu'un doit presque toujours en payer le prix. Ainsi, Kim doit bouleverser la vie d'autres êtres en les entraînant dans la guerre et est de plus en plus accablée par ce pouvoir qu'elle a sur les autres, au point de ne plus être capable de le supporter ; les décisions de Jennifer concernent les gens qu'elle aime le plus et celle de laisser partir son fils Darien va amener celui-ci à prendre la décision la plus cruciale de toutes ; et les choix que font Paul et Kevin sont des sacrifices personnels qu'ils doivent effectuer pour le bien commun. Aucun pouvoir ne s'accompagne d'obligations et il y a toujours un prix à payer, la meilleure illustration en étant les mages qui tirent leurs pouvoirs de leurs sources, des proches qu'ils affaiblissent à chaque utilisation de magie, au risque de les tuer s'ils abusent de celle-ci[1].

Influences[modifier | modifier le code]

On peut penser que l'histoire a été fortement influencée par les ouvrages de John Ronald Reuel Tolkien car Guy Gavriel Kay a travaillé avec Christopher Tolkien à la parution du Silmarillion[2]. Ainsi les Lios Alfar vivent dans un pays entouré de brume et protégé du mal comme l'anneau de Mélian, et Rakoth Maugrim dans une forteresse sombre du nord comme Morgoth. De même, nombre de personnages et lieux se ressemblent, par exemple :

  • Aileron/Aragorn : héritier du royaume principal, en exil, excellant dans le maniement des armes
  • Lios Alfar/Elfes : tous deux immortels d'une beauté sans égale et ayant un royaume tel que le Valinor au-delà des mers qui les attend, premiers enfants des dieux
  • Loren Mantel d'Argent/Gandalf : tous deux mages grisonnants
  • Rakoth Maugrim/Morgoth : tous deux Dieux déchus
  • peuple des Dalreï/Rohirrim : tous deux peuples des plaines, grands cavaliers
  • Cavall le chien gris/Huan : tous deux chiens exceptionnels

Cependant on ne peut pas dire que le livre de Guy Gavriel Kay soit une copie de celui de Tolkien. Ils tirent surtout tous les deux leur inspiration des mêmes contes et légendes, nordiques et celtes principalement. La Chasse sauvage et le chaudron de Khath Meigol, qui renvoie à celui du Annwvyn, se réfèrent ainsi à la mythologie celte, alors que les épreuves que doit subir Paul Shafer, seigneur de l'Arbre de l'été, se réfèrent à la légende d'Odin, son sacrifice dans l'arbre de l'été renvoyant à celui d'Odin dans Yggdrasil, l'Arbre-Monde dans la mythologie nordique. Le dieu Mörnir du Tonnerre est une combinaison de Thor et d'Odin et ses deux corbeaux sont les Hugin et Munin d'Odin. Le personnage de Rakoth Maugrim est influencé par Loki, tous deux étant des anomalies ne faisant pas partie de l'ordre des choses ; et celui de Galadan, seigneur des loups, rappelle Fenrir par son apparence et par le rôle qu'il a à tenir dans la destruction du monde[2].

Mais les influences de Kay ne s'arrêtent pas aux mêmes que Tolkien, il y incorpore aussi d'autres légendes plus proches historiquement comme celle du roi Arthur, d'où il tire un fragment très peu connu, les bébés de mai, qui se réfère à un incident dans la légende arthurienne dans laquelle le Roi Arthur, à la recherche de son fils illégitime Mordred, tue plusieurs centaines d'enfants nés en mai[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1986, L'Arbre de l'été a été nommé au prix Locus du meilleur roman de fantasy, terminant à la septième place[4]. En 1987, Le Feu vagabond a remporté le prix Aurora[5] et l'ensemble de la trilogie a été nommé au prix Mythopoeic[6]. En 1988, La Voie obscure a été nommé au prix Aurora[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dena Taylor, « The Double-Edged Gift: Power and Moral Choice in The Fionavar Tapestry », sur brightweavings.com (consulté le 3 avril 2011)
  2. a et b (en) Holly E. Ordway, « The World-Building of Guy Gavriel Kay », sur brightweavings.com (consulté le 3 avril 2011)
  3. (en) John J. Doherty, « The High Fantasies of Lawhead and Kay », sur brightweavings.com (consulté le 3 avril 2011)
  4. (en) « 1986 Locus Awards », Locus Magazine (consulté le 3 avril 2011)
  5. (en) « 1987 Aurora Awards », Locus Magazine (consulté le 3 avril 2011)
  6. (en) « 1987 Mythopoeic Awards », Locus Magazine (consulté le 3 avril 2011)
  7. (en) « 1988 Aurora Awards », Locus Magazine (consulté le 3 avril 2011)