Geoffroy Gaimar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geoffroy Gaimar (actif vers 1136-1137), est un chroniqueur et poète anglo-normand du XIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les origines de Gaimar sont inconnues, et on sait très peu de choses sur les circonstances de sa vie[1]. Il est patronné par Constance, la femme de Raoul FitzGilbert, un noble du Lincolnshire[1]. Il a accès à des sources historiques grâce à l'aide de Robert, le comte de Gloucester, Walter Espec et Gaultier, archidiacre d'Oxford[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son Estoire des Engles, rimée en octosyllabes, est probablement rédigée entre 1136 et 1137 pour sa mécène Constance[1]. Il ne nous est parvenu que 6526 vers de cette chronique, mais elle était bien plus longue, comprenant l'histoire de la Grande-Bretagne depuis des origines mythiques troyennes jusqu'à la mort du roi d'Angleterre Guillaume le Roux en 1100[1]. C'est la plus ancienne œuvre historique en normand qui nous soit parvenue[1].

Dans celle-ci, Gaimar reprend des passages d'autres chroniques en les interpolant et les réécrivant[1]. Toutefois, son travail n'est pas exempt d'erreurs, chronologiques ou factuelles[1]. Il en supprime toutes les références à l'histoire ecclésiastique visant ainsi un public laïc[1]. Il incorpore à son œuvre des traditions étrangères, comme l'épopée en vieux français du viking Gormund, et l'histoire de Haveloc le Danois[1]. Pour l'historien Ian Short, les détails historiques que l'on ne retrouve nulle part ailleurs ne doivent pas forcément être rejetés comme étant forcément des inventions[1]. Dans la partie post conquête normande de l'Angleterre, sa description de la bataille de Hastings (1066) se résume aux exploits du jongleur Taillefer vus par les Anglais ; et l'histoire de Hereward l'Exilé est très largement développée[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Ian Short, « Gaimar, Geffrei (fl. 1136–1137) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexander Bell (éditeur), L'estoire des Engleis by Geffrei Gaimar, Anglo-Norman Texts, 14–16, Oxford University Press, 1960.
  • Alexander Bell, « Maistre Geffrei Gaimar », Medium Aevum, vol. 7 (1938), p. 184-198.
  • M. D. Legge, Anglo-Norman literature and its background, Oxford University Press, 1963, p. 27-36.
  • A. R. Press, « The precocious courtesy of Geoffrey Gaimar », Court and poet: selected proceedings of the third congress of the I. C. L. S., ed. G. S. Burgess (1981), p. 267-276.
  • I. Short, « Gaimar's epilogue and Geoffrey of Monmouth's Liber vetustissimus », Speculum, vol. 69 (1994), p. 323-344.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ian Short, « Gaimar, Geffrei (fl. 1136–1137) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.