Ace Books

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ace Books est la plus ancienne maison d'édition de science-fiction et de fantasy encore en activité. La compagnie, fondée à New York en 1952 par Aaron A. Wyn, publie tout d'abord des romans policiers et des westerns. Elle se diversifie rapidement dans d'autres genres, publiant ses premiers titres de science-fiction en 1953. Cette innovation est couronnée de succès et, en l'espace de quelques années, les titres de science-fiction prennent une place prépondérante au détriment des policiers et des westerns. D'autres genres apparaissent également : romans tirés de faits réels, romans gothiques, novélisations d'autres médias ou romans d'amour.

Ace est connu pour son format d'édition « dos-à-dos »[1] employé pour bon nombre de ses premiers livres, quoique le concept lui soit antérieur. Ace continue à éditer des livres de genres divers dans ce format « Ace Double » jusqu'en 1973. Ils sont très prisés des collectionneurs : certains titres rares se sont vendus à plus de 1 000 dollars.

Avec Ballantine Books, Ace est l'un des principaux éditeurs de science-fiction durant ses dix premières années d'existence. Cependant, à la mort de son fondateur A. A. Wyn, en 1967, la compagnie commence à décliner. Deux directeurs de la publication d'importance, Donald A. Wollheim et Terry Carr, partent en 1971, et en 1972, Ace est vendu à Grosset & Dunlap. En dépit de problèmes financiers, de nouveaux succès suivent, en particulier la troisième série Ace Science Fiction Specials, éditée par Carr. Après d'autres fusions-acquisitions, la compagnie devient une partie de Berkley Books. Ace devient ensuite une collection au sein de Penguin Group ; son équipe éditoriale est également à la tête de la collection Roc Books, bien que les deux collections conservent des identités distinctes[2].

Fondation et création des Ace Double[modifier | modifier le code]

En 1952, Donald A. Wollheim travaille comme directeur de la publication chez Avon Books, mais cet emploi lui déplaît. Recherchant un autre travail, il essaie de convaincre Aaron A. Wyn de lancer une nouvelle compagnie d'édition de livres de poche. Wyn est alors déjà un éditeur de livres et de pulps bien établi, sous le nom d'A. A. Wyn's Magazine Publishers[3]. Parmi ses magazines, on trouve des titres comme Ace Mystery et Ace Sports[4], titres qui sont peut-être à l'origine du nom d'Ace Books. L'idée de Wollheim plaît à Wyn, mais il n'y donne pas suite pendant plusieurs mois ; pendant ce temps, Wollheim postule pour divers emplois, dont un d'assistant à Pyramid Books. Par erreur, Pyramid demande des références à la femme de Wyn, Rose, croyant que Wollheim avait travaillé pour elle. Lorsque Rose apprend à son mari que Wollheim cherchait un emploi ailleurs, Wyn se décide et embauche immédiatement Wollheim[5].

Le premier livre publié par Ace Books est un duo de romans policiers « dos-à-dos » : Too Hot for Hell, de Keith Vining, et The Grinning Gismo, de Samuel W. Taylor ; il coûte 35 cents et porte le numéro de série D-01. Le format « dos-à-dos » est généralement considéré comme une invention d'Ace, ce qui est faux, mais cette maison publie des centaines de titres édités ainsi pendant les deux décennies qui suivirent et devient donc l'éditeur utilisant ce format le plus célèbre. Les romans d'auteurs reconnus sont souvent liés à des textes d'écrivains moins connus, afin de les faire découvrir à un plus grand nombre de lecteurs. Le principal inconvénient du format « Ace Double » est que les deux livres doivent être d'une taille fixée, généralement entre 256 et 320 pages ; parfois, l'un des romans, voire les deux, doit être coupé ou révisé pour entrer dans ce moule, en dépit de l'indication "Complete and Unabridged" [Texte intégral] sur la couverture[6].

Parmi les titres majeurs des débuts de la série D, on peut citer D-15, Junkie, le premier roman de William S. Burroughs (sous le pseudonyme de William Lee), et de nombreux romans de Philip K. Dick, Robert Bloch, Harlan Ellison, Harry Whittington et Louis L'Amour, dont ceux écrits sous son pseudonyme « Jim Mayo »[7].

Le dernier Ace Double de la première série est Life with Lancelot de John T. Phillifent, couplé avec Hunting on Kunderer de William Barton, paru en août 1973 (#48245). Si Ace reprend l'usage du nom « Ace Double » en 1974, les livres sont désormais arrangés de façon conventionnelle plutôt que « dos-à-dos ». Le dernier Ace Double paraît en 1988. En tout, Ace a publié près de 650 doubles, dont plus de 600 dans le format « dos-à-dos ».

« Si la Bible était publiée comme un Ace Double, fit remarquer un éditeur, elle serait coupée en deux parties de 20 000 mots, l'Ancien Testament s'appellerait Le Maître du Chaos et le Nouveau Testament La Chose aux Trois Âmes. »
– Charles McGrath, New York Times, 6 mai 2007

Les années 1950 et 1960 : spécialisation[modifier | modifier le code]

Le deuxième titre publié par Ace (encore un « dos-à-dos ») est un western : Bad Man's Return de William Colt MacDonald, couplé avec Bloody Hoofs de J. Edward Leithead. Les trente premiers titres alternent régulièrement policiers et westerns, avec quelques titres n'appartenant à aucun de ces deux genres, comme par exemple Quick Service de P. G. Wodehouse, couplé avec The Code of the Woosters, du même auteur. En 1953, Ace publie The World of Null-A (Le Monde des Ā), couplé à The Universe Maker (Créateur d'univers), deux romans d'A. E. van Vogt qui marquent la première incursion de la maison d'édition dans la science-fiction[8]. Un autre double de science-fiction suit plus tard la même année, et ce genre s'établit bientôt comme source d'une part importante des bénéfices d'Ace. À partir de 1955, le groupe publie plus de livres de science-fiction chaque année que de policiers ou de westerns, et à partir de 1961, plus que de ces deux genres réunis. Dans les années 1950, Ace publie également un certain nombre de romans tape-à-l'œil basés sur la délinquance juvénile, aujourd'hui très recherchés des collectionneurs, comme D-343, The Young Wolves, d'Edward De Roo, ou D-378, Out For Kicks, de Wilene Shaw[7].

Peu après le double de van Vogt est publié Cookbook for Beginners de Dorothy Malone, premier titre sous un autre format que le « dos-à-dos ». À partir de 1954, des romans seuls apparaissent fréquemment. À l'origine, il s'agit surtout de livres n'appartenant pas aux trois genres majeurs de la maison, mais dès les années 1960, cette limitation s'efface. Le système de numérotation des séries semble indiquer ce changement : les romans seuls des séries F et M sont dans leur immense majorité de la science-fiction, mais les romans seuls des séries D/G/S et K sont surtout des livres n'appartenant pas aux trois genres majeurs.

À la fin des années 1950, Ace sort près d'une centaine de livres chaque année, en majeure partie dans ses trois genres de prédilection. Ils coûtent généralement 35 cents, mais le prix varie de 25 cents à un demi-dollar selon la taille du livre. Au début des années 1960, les coûts de fabrication augmentent, forçant Ace à hausser le prix des livres, qui montent à 40 ou 45 cents et plus. Quelques livres particulièrement épais, comme l'édition de poche de Dune, de Frank Herbert (1967), coûtent 95 cents. La maison publie désormais un grand nombre de livres appartenant à d'autres genres, dont de nombreuses « nurse romances », la première étant Cruise Nurse de Joan Sargent, couplée avec Calling Dr. Merriman de Margaret Howe (1960). À la fin de cette décennie, Ace a produit peut-être soixante-dix livres supplémentaires de ce genre, ainsi que des romans gothiques, des livres d'amélioration de soi (self-improvement books), des livres « incroyable mais vrai », et de nombreux autres.

Leader sur le marché de la science-fiction[modifier | modifier le code]

Avec Ballantine Books, Ace est l'éditeur de poche dominant dans le domaine de la science-fiction dans les années 1950 et 1960. D'autres éditeurs leur emboîtent le pas, pourvoyant la demande sans cesse croissante pour ce genre, mais aucun ne parvient à égaler l'influence de ces deux éditeurs[9].

La domination du marché par Ace ne se reflète pas seulement par le nombre de livres publiés : Ace a édité les premiers romans de plusieurs auteurs de science-fiction reconnus durant cette période, dont :

L'apogée et le déclin[modifier | modifier le code]

En 1964, l'auteur de science-fiction Terry Carr rejoint la maison d'édition, et en 1968, il lance la collection Ace Science Fiction Specials, qui publie des romans originaux acclamés par la critique d'Alexei Panshin, R. A. Lafferty, Joanna Russ et Ursula K. Le Guin, entre autres. Durant la deuxième moitié des années 1960, Ace obtient aussi les droits pour publier des romans originaux tirés des séries à succès de l'époque : s'ensuivent notamment deux douzaines de livres Des agents très spéciaux et une trilogie basée sur Le Prisonnier.

Carr et Wollheim coéditent également une anthologie annuelle, Year's Best Science Fiction, et Carr édite en outre Universe, une série d'anthologies d'œuvres originales bien reçues, jusqu'à son départ d'Ace Books, en 1971.

En 1965, Wollheim prétend qu'il existe une lacune dans le copyright de l'édition américaine du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. L'édition Houghton Mifflin a été réalisée en utilisant des pages imprimées au Royaume-Uni pour l'édition Allen & Unwin et la loi américaine ne protège peut-être donc pas le texte. Considérant ce point de vue, Ace Book publie la première édition de poche du Seigneur des anneaux, avec une couverture et des pages de titre illustrées par Jack Gaughan. Après une longue controverse et la parution d'une édition de poche concurrente et autorisée par l'auteur chez Ballantine Books, Ace accepte de payer ses droits d'auteur à Tolkien et de ne pas réimprimer sa pourtant populaire édition[10]. Quelque temps plus tard, la théorie d'Ace Books est réfutée et leur édition de poche reconnue comme une violation du copyright de Tolkien selon la loi américaine[11].

Wyn meurt en 1967[3], et la compagnie, trop diversifiée financièrement, est incapable de payer ses auteurs de façon fiable. Manquant d'argent pour les payer, Wollheim est réticent à l'idée d'envoyer des contrats signés aux auteurs. En au moins une occasion, un livre sans contrat valide a été envoyé à l'impression, et Wollheim découvre plus tard que l'auteur, à qui Ace doit 3 000 dollars, est réduit à voler des fruits pour survivre[5].

Wollheim et Carr quittent tous deux Ace en 1971. Wollheim prévoit de lancer une nouvelle maison d'édition de livres de poche, et avec la coopération de la New American Library[5], il donne naissance à DAW Books, tandis que Carr devient éditeur en freelance. Tous deux continuent à éditer des anthologies Year's Best Science Fiction concurrentes.

Ace comme filiale[modifier | modifier le code]

En 1972, Ace est acheté par Grosset & Dunlap, qui est à son tour acheté par G. P. Putnam's Sons. La rumeur dit qu'Ace était le seul élément profitable de l'empire Grosset & Dunlap[12],[13]. Ace devient rapidement la collection science-fiction de sa compagnie-mère[14]. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, Grosset & Dunlap lancent une collection de romans policiers appelée Ace Charter Books, qui voit notamment la réédition des livres de la série Le Saint de Leslie Charteris.

Carr revient à Ace Books en 1984 comme directeur de la publication en freelance[9], lançant une nouvelle série de Ace Specials entièrement dédiée aux premiers romans d'auteurs. Cette série est encore plus brillante que la première : rien que pour l'année 1984, elle publie Neuromancien de William Gibson, Le Rivage oublié de Kim Stanley Robinson, Green Eyes de Lucius Shepard, et Le Baiser du masque, de Michael Swanwick, premiers romans d'auteurs aujourd'hui considérés comme des figures majeures de la science-fiction.

D'autres éditeurs de science-fiction célèbres ont travaillé à Ace, comme Tom Doherty, qui en est parti pour fonder Tor Books, ou Jim Baen, qui est allé travailler à Tor avant de fonder Baen Books. Les écrivains Frederik Pohl, Ellen Kushner et Laura Anne Gilman ont aussi travaillé pour Ace.

En 1996, Putnam Berkley Group est racheté par Penguin Group (USA), qui a conservé Ace Books comme collection de science-fiction. Aujourd'hui, Ace édite Julian May, Patricia McKillip, Sharon Shinn[15],[16],[17], ainsi que des ouvrages d'auteurs comme Alastair Reynolds, Charles Stross, Jack McDevitt et Joe Haldeman[18].

Personnes ayant travaillé à Ace Books[modifier | modifier le code]

Cette liste de personnes ayant travaillé à Ace Books est triée en fonction de la date d'arrivée dans la maison d'édition, lorsqu'elle est connue. Elle inclut les personnes connues pour une raison particulière, ainsi que les éditeurs de la collection actuelle.

  • A. A. Wyn, propriétaire (1952 – 1967) ;
  • Donald A. Wollheim, directeur de la publication (1952–1971)[5]
  • Terry Carr, directeur de la publication (1964 – 1971) ; directeur de la publication en freelance (1984 - 1988?)[19]
  • Pat LoBrutto, courrier des lecteurs (1969 – 1972) ; directeur de la publication, section « science-fiction » (1974 - 1977)[12],[20]
  • Frederik Pohl, directeur de la publication exécutif (1971 – 1972)[21]
  • Tom Doherty, directeur de la publication (1972 – 1975) ; éditeur (1975 – 1980)[22],[23],[24]
  • Jim Baen, département des plaintes (v. 1973 – 1974) ; directeur de la publication, section « gothique » (v. 1974) ; directeur de la publication, section « science-fiction » (c. 1977 – 1980)[12]
  • Ellen Kushner[25]
  • Terri Windling, directeur de la publication (1979 – 1987)[26]
  • Harriet McDougal, directeur de la publication[27]
  • Susan Allison, directeur de la publication (1980 – 1982) ; chef éditeur (1982 – 2006) ; vice-présidente (depuis 1985)[14],[28]
  • Beth Meacham, assistant de direction (1981 – 1982) ; directeur de la publication (1982 – 1983)[22]
  • Ginjer Buchanan, directeur de la publication (1984 – 1987) ; directeur en chef de la publication (1987 – 1994) ; directeur de la publication exécutif, section « science-fiction et fantasy » (1994 - 1996) ; directeur exécutif de la publication et directeur du marketing (1996 - 2006) ; chef éditeur (depuis 2006)[29]
  • Peter Heck (v. 1991 – 1992)[30]
  • Laura Anne Gilman (v. 1991)[31],[32]
  • Lou Stathis, directeur de la publication (? – v. 1994)[33]
  • Anne Sowards, assistant de direction / directeur de la publication associé (1996 - 2003) ; directeur de la publication (2003 - 2007)[34] ; directeur en chef de la publication (2007 - 2010) ; directeur exécutif de la publication (depuis 2010)[35]
  • John Morgan, assistant de direction (1998 - 2003) ; directeur de la publication (2003 - 2005)

Titres parus chez Ace Books[modifier | modifier le code]

Les livres parus chez Ace sont très prisés des collectionneurs, à la fois pour leurs couvertures et leurs rapports avec le genre concerné. De nombreux titres sont très recherchés. Une grande partie des premières œuvres de Philip K. Dick a été publiée pour la première fois chez Ace, et ils sont difficiles à trouver en bon état. Parmi les plus rares se trouvent :

Numéros de série[modifier | modifier le code]

Les livres parus chez Ace ont deux types de numérotation : une avec des lettres, comme « D-31 » ou « H-77 », et une avec des chiffres, comme « 10293 » ou « 15697 ». Les lettres indiquent le prix des livres.

  • Série D, 35 cents (1952 - 1965)
  • Série S, 25 cents (1954 - 1958)
  • Série T, 40 cents. Cette série apparaît dans The Encyclopedia of Science Fiction and Fantasy: Volume 3 de Donald H. Tuck, mais l'index ne donne aucun exemple et aucun n'est cité dans les sources bibliographiques. Il est donc possible que cette série n'existe pas.
  • Série F, 40 cents (1960 - 1967)
  • Série M, 45 cents (1964 - 1966)
  • Série G, 50 cents (Série D/S/G, 1958 - 1960 ; Série G, 1964 - 1968)
  • Série K, 50 cents (1959 - 1968)
  • Série H, 60 cents (1965 ou 1966 - 1968)
  • Série A, 75 cents (1965 - 1968)
  • Série N, 95 cents (1965 - 1968)

La première série commence en 1952 avec D-01 et se poursuit jusqu'à D-599 (Winged Victory for Nurse Kerry, de Patricia Libby), mais la série inclut également quelques numéros en G et en S, selon le prix.

Vers la fin de cette première série, la série F commence, avec un nouveau prix, et dès lors, il y aura toujours plusieurs séries publiées simultanément. Les lettres D et S n'apparaissent plus après la première série, mais le préfixe G acquiert sa propre série, qui commence avec G-501. Les huit premiers livres en G peuvent donc être considérés comme appartenant à une autre série que celle des « vrais » G. Après la première, toutes les séries possèdent une numérotation indépendante, commençant à 1 ou à 101.

En janvier 1969, Ace passe à un système numérique. Le numéro du livre dépend de son titre, et plus précisément du premier mot significatif. Par exemple, The Barons of Behavior, de Tom Purdom, est publié vers 1972 avec le numéro de série 04760. La première lettre de « Barons » est « B », et le code assigné est donc situé parmi les premières combinaisons possibles entre 00000 et 99999. Cette procédure est employée par Ace au moins jusqu'au début des années 1990, et peut-être encore aujourd'hui. Pour les Ace Doubles, l'un des titres était choisi pour déterminer le numéro de série. Par exemple, le 11560 est composé de The Communipaths (Suzette Haden Elgin) et The Noblest Experiment in the Galaxy (Louis Trimble). Le numéro de série dérive ici de The Communipaths ; il aurait tourné autour de 58000 s'il avait dérivé du titre du livre de Trimble.

Pour les derniers titres, le numéro est aussi inclus dans l'ISBN du livre : par exemple, Escape Velocity de Christopher Stasheff a pour numéro de série 21599 et pour ISBN 978-0-441-21599-7, 0 correspondant à la langue (l'anglais) et 441 à Ace Books.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les livres « dos-à-dos » rassemblent deux ouvrages distincts collés ensemble tête-bêche, de sorte que la dernière page du premier roman est suivie par la dernière page du second, imprimée à l'envers ; voir Dos-à-dos binding (en).
  2. (en) « Article de SF Canada - "An Interview with Editor John Morgan" par Celu Amberstone »
  3. a et b Donald H. Tuck, The Encyclopedia of Science Fiction and Fantasy: Volume 2, Advent: Publishers, Chicago, 1978
  4. (en) « Magazine Data File »
  5. a, b, c et d Damon Knight, The Futurians, John Day, New York, 1977
  6. James A. Corrick, Double Your Pleasure: the ACE SF Double, Gryphon Books, New York, 1989
  7. a et b Jeff Canja, Collectable Paperback Books, Second Edition, East Lansing, MI: Glenmoor Publishing, 2002
  8. Plus tôt la même année, Ace a publié Cry Plague de Theodore S. Drachman, dont l'intrigue peut être considérée comme de la science-fiction, mais ce livre est couplé à The Judas Goat de Leslie Edgley, qui n'appartient pas à ce genre.
  9. a et b John Clute, Peter Nicholls, The Encyclopedia of Science Fiction, St. Martin's Press, Inc., New York, 1993
  10. J. R. R. Tolkien, Lettres, Christian Bourgois, Paris, 2005
  11. Eisen, Durwood & Co. v. Christopher R. Tolkien et al., 794 F. Supp. 85, 23 U.S.P.Q.2d 1150 (S.D.N.Y. 1992), affirmed without opinion, 990 F.2d 623 (2nd Cir. 1993)
  12. a, b et c (en) Jeremy Bloom, Chicon 2000:Editor Guest of Honor: Jim Baen
  13. (en) Penguin Group (USA): About Us: History
  14. a et b (en) « Penguin Group (USA): About Us: Ace Books » (consulté le 10 mai 2006)
  15. (en) « Locus Online: New Books, 2nd Week February 2006 »
  16. (en) « Locus Online: New Books, 2nd Week March 2006 »
  17. (en) « Locus Online: New in Paperback: April 2006 »
  18. (en) « Locus Online: Forthcoming Books »
  19. (en) « Author Biography and Bibliography »
  20. (en) « My Lucky Day »
  21. (en) « SFBook.com Science Fiction - Frederik Pohl »
  22. a et b (en) « Beth Meacham's Home Page »
  23. (en) « Science Fiction Weekly Interview »
  24. (en) « Locus Online: Tom Doherty Interview Excerpts »
  25. (en) « Ellen Kushner & Delia Sherman - Brief Biographies »
  26. (en) « Westercon 54: Progress Report 1 »
  27. (en) « Robert Jordan »
  28. (en) « The Forlorn Hope »
  29. (en) « Chicago in 2000: Ginjer Buchanan Card »
  30. (en) « Science Fiction Writer Robert J. Sawyer: Dedication & Acknowledgments: End of an Era »
  31. (en) « Laura Anne Gilman (bluejack SF author profiles) »
  32. (en) « A Conversation With Dana Stabenow »
  33. (en) « International Horror Guild »
  34. (en) « Client and Agency News »
  35. (en) « FABLE: THE BALVERINE ORDER - Penguin Group (USA) »
  36. Exemplaire en état moyen estimé à 1 000 dollars sur le site (en) « Heritage Book Shop, Inc. »
  37. (en) Exemplaire en bon état estimé à 350 dollars sur le site (en) « Alibris »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • James A. Corrick, Double Your Pleasure: The Ace SF Double, Gryphon Books, 1989 (ISBN 978-0-936071-13-8)
  • J. Grant Thiessen, Science Fiction Collector #1, Pandora's Books, 1976.
  • J. Grant Thiessen, Science Fiction Collector #2, Pandora's Books, date unknown.
  • Donald H. Tuck, The Encyclopedia of Science Fiction and Fantasy: Volume 3, Advent: Publishers, Inc., 1982. (ISBN 978-0-911682-26-7)
  • Sheldon Jaffery, Double Trouble: A Bibliographic Chronicle of Ace Mystery Doubles, Starmont Popular Culture Series no. 11, Borgo Press, 1987 (ISBN 978-1-55742-118-0)
  • Sheldon Jaffery, Double Futures: An Annotated Bibliography of the Ace Science Fiction Doubles, Borgo Press, 1999 (ISBN 978-1-55742-139-5)
  • Harold R. Peters, Science Fiction, Fantasy & Horror in the Ace Letter-Series Editions: A Collector's Notebook, Silver Sun Press, 1996.

Liens externes[modifier | modifier le code]