Hannahannah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hannahannah (du hittite hanna- "grand-mère") est une déesse mère hourrite, dont l'histoire est associée ou influencée par la déesse pré-sumérienne Inanna. Une similitude de nom se retrouve dans le personnage biblique Hannah, mère de Samuel (selon le Premier livre de Samuel), la déesse canaanéenne Anat, ainsi que la chrétienne Sainte Anne. Le prénom hébreu Hannah signifie gracieuse (en hébreu חנה).

Hannahannah est également identifiée à la déesse hourrite Hebat.

Légende[modifier | modifier le code]

Le dieu de l'orage Tarhu (également appelé Teshub) vient se plaindre auprès de Hannahannah lors de la disparition de son fils Télipinu, Hannahannah lui ordonne d'aller lui-même à la recherche de son fils. Lorsqu'il abandonne les recherches, elle envoie une abeille[1],[2] à la recherche de Télipinu, la chargeant de le purifier en le piquant aux mains et aux pieds et en lui enduisant les yeux et les pieds de cire[2].

En échange Hannahannah ordonne au dieu de l'orage de payer la dot dont il est redevable auprès du dieu de la mer pour son mariage avec sa fille.

La déesse Inara consulta Hannahannah afin d'obtenir un époux et des terres. Suite à cela, Inara disparut[3]. Son père, le dieu Tarhu entama des recherches aidé en cela par Hannahannah et une abeille. Pendant son absence, les bovins et les ovins meurent étouffés. Les mères, à la fois humaines et animales, ne s'occupent plus de leurs enfants. Après que la colère de Hannahannah soit retombée dans la noirceur des enfers, elle retrouva sa sérénité : les mères se soucièrent à nouveau de leurs enfants et de leur famille[4].

Hommage[modifier | modifier le code]

Hannahannah est l'une des 1 038 femmes dont le nom figure sur le socle de l'œuvre contemporaine The Dinner Party de Judy Chicago. Elle y est associée à la déesse Ishtar, troisième convive de l'aile I de la table[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]