Grande Fugue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Grande Fugue en si bémol majeur pour quatuor à cordes, opus 133, de Ludwig van Beethoven, fut composée entre 1824 et 1825[1] en tant que dernier mouvement du Quatuor op. 130, puis détachée de cette œuvre pour être publiée séparément en mai 1827[1]. Œuvre visionnaire, monumentale dans ses dimensions et dans sa puissance expressive, elle est considérée comme le couronnement de l'œuvre pour quatuor de Beethoven[2].


Contexte[modifier | modifier le code]

L'archiduc Rodolphe d'Autriche, dédicataire de la Grande fugue op.133

La Grande Fugue est une des toutes dernières œuvres de Beethoven. Seuls les Quatuors op. 131 et op. 135 lui furent postérieurs. Elle était donc au départ le sixième et dernier mouvement du Treizième Quatuor, où elle succédait à la douloureuse cavatine. Beethoven estimait beaucoup sa fugue, à propos de laquelle il avait confié à son ami le violoniste Holz : « Ce n'est pas de l'art que de faire une fugue : j'en ai fait par douzaines, à l'époque de mes études. Mais l'imagination réclame aussi ses droits ; et aujourd'hui, il faut qu'un autre esprit, véritablement poétique, entre dans la forme antique » [1]. Le quatuor fut créé par Schuppanzigh le 21 mars 1826. Seuls les deuxième et quatrième mouvements furent applaudis et bissés. Beethoven se faisant rapporter la scène entra en rage et déclara : « Les bœufs ! Les ânes ! oui, ces friandises ! ils se les font resservir encore une fois ! Pourquoi pas plutôt la fugue ? Elle seule aurait dû être rejouée. »[3]'[4]

Pourtant ses dimensions hors du commun, la virtuosité qu'elle exigeait des exécutants de l'époque et l'accueil glacial du public conduisirent l'éditeur Artaria à réclamer que la fugue soit séparée du quatuor et publiée à part. Beethoven qui n'avait jamais eu pour habitude de se soucier des caprices du public ni des doléances des instrumentistes ne s'exécuta qu'à grand regret. Il composa à l'automne de 1826 un finale de substitution pour le Treizième Quatuor — un Allegro ne manquant pas d'intérêt, mais incomparablement plus léger que le finale initial. Ce fut son ultime œuvre achevée.

La Grande Fugue fut publiée, après la mort de Beethoven, en partition séparée en mai 1827[5] chez Mathias Artaria à Vienne avec une dédicace à l'Archiduc Rodolphe d'Autriche[5]

La Grande Fugue et la critique[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle l'œuvre fut à peine mieux appréciée. Daniel Gregory Mason la jugea « repoussante » tandis que Louis Spohr parla d'une « horreur indéchiffrable ». Il fallut attendre le début du XXe siècle pour que cette œuvre soit enfin reconnue comme pièce majeure. Stravinski qui n'avait pas toujours aimé Beethoven déclara à la fin de sa vie y voir « une œuvre immortelle et à jamais contemporaine ». Aujourd'hui peu de spécialistes contestent qu'il s'agit d'une des plus grandes réalisations de Beethoven.

Musique[modifier | modifier le code]

La Grande Fugue est une démonstration des procédés expérimentés par Beethoven dans sa dernière période créatrice. Ainsi elle combine la forme sonate, le style fugué et la variation ; elle partage avec le finale de la Neuvième Symphonie la particularité de contenir plusieurs sections, comme autant de mouvements à l'intérieur d'un unique grand mouvement ; chaque section est construite sur une transformation du thème initial.

Sa durée d’exécution est d'environ 15 minutes[6].

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • Quand Beethoven eut accepté de séparer la Grande Fugue du 13e quatuor, son éditeur Artaria lui proposa de publier en même temps que le quatuor une transcription pour piano à quatre mains de la Grande fugue. En avril 1826, Beethoven confia cette tâche à Anton Halm[1]'[7]. Mécontent du résultat, il refit le travail lui-même début septembre 1826. Elle sera publiée en mai 1827 sous le numéro d'opus 134. Cette version est très rarement jouée.
  • P. D. Q. Bach en a tiré une version parodique, Grossest Fugue (la fugue la plus vulgaire, en anglais).

La redécouverte du manuscrit[modifier | modifier le code]

Le 1er décembre 2005[8] , un manuscrit original comportant 80 pages de la Grande Fugue (la version transcrite par Beethoven pour piano à quatre mains et publiée sous l'opus 134) a été vendu à Londres par la maison Sotheby's pour 1,13 million de livres (1,6 million d'euros). Cela faisait 115 ans que cette partition avait disparu. L'acheteur est Bruce Kovner, un multimilliardaire qui en a fait don, ainsi que de 139 autres partitions originales et rares, à la Juilliard School en février 2006. Le manuscrit avait été retrouvé dans les caves du Palmer Theological Seminary, à Philadelphie (USA) en juillet 2005.

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Massin J et B, Ludwig van Beethoven, Fayard, 1967, 845 p. (ISBN 2-213-00348-3)
  • (en) Kerman J, The Beethoven Quartets, W.W. Norton & Co., New York, 1979, 386 p. (ISBN 0-393-00909-2)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean Massin et Brigitte Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard,‎ 1967, 845 p. (ISBN 978-2-213-00348-1), p. 719
  2. Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 112
  3. Jean Massin et Brigitte Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard,‎ 1967, 845 p. (ISBN 978-2-213-00348-1), p. 718
  4. Maynard Solomon, Beethoven, Fayard,‎ 2003, 570 p. (ISBN 978-2-2136-1305-5), p. 444
  5. a et b Elisabeth Brisson, Guide de la musique de Beethoven, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique »,‎ 20 avril 2005, 878 p. (ISBN 9 782213 624341 et 2213624348), p. 808
  6. Durée moyenne basée sur les enregistrements discographiques cités
  7. Barry Cooper, Dictionnaire Beethoven, J.C.Lattès,‎ 1991, 613 p. (ISBN 978-2-7096-1081-0), p. 80
  8. Source: (en) www.cbc.ca Handwritten Beethoven score resurfaces
  9. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason n°379 du mois de février 1992
  10. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason n°356 du mois de janvier 1990
  11. « Une intégrale qui n'a pas vielli ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 70
  12. « L'intégrale des Végh constitue la référence absolue pour les quatuors de Beethoven ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 69
  13. « Le Quatuor Alban Berg a réussi comme nul autre l'ascension de cet Himalaya de la production beethovénienne : clarté, intensité, expressivité, sens aigu de l'architecture caractérisent cette version ». La Discothèque idéale : sous la direction de Bertrand Dermoncourt, Actes Sud,‎ 2012 (ISBN 978-2-3300-0216-9), p. 37
  14. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de décembre 2012, p. 74
  15. « Un Beethoven sobre et allusif mais d'une frémissante sensibilité ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 69
  16. Enregistrement salué par un Gramophone Awards 2005 de la revue Gramophone
  17. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de novembre 2010, p. 90
  18. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de décembre 2011, p. 73

Liens externes[modifier | modifier le code]