Ghorides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ghorides
سلسله غوریان (fa)

XIIe siècle1215

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'Asie vers 1200. Le sultanat ghoride est situé entre l'empire khorezmien et les principauté tibétaines

Histoire et événements
1099 Les Ghorides deviennent les représentants des Ghaznévides
1151 Prise de Ghazni, capitale des Ghaznévides
1186 Conquête des derniers territoires ghaznévides
1202 Incursions dans le Pendjab et le Gujarat
1215 Morcellement de l'empire entre les Khwârezm-Shahs et le sultanat de Delhi
Sultans
(1er) XIe siècle Muhammad ben Sûrî
(Der) 1214-1215 `Alâ’ ad-Dîn

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La dynastie persane des Ghorides (Ghurides ou Ghourides) (غوریان) est issue du Khorassan oriental (aujourd’hui la province de Ghôr en Afghanistan). Ils établirent un empire éphémère entre la Perse et l'Inde aux XIIe et XIIIe siècles.

Situation de l'actuelle province de Ghôr en Afghanistan

Les Ghorides appartenaient à la famille des Shansabani (représentants des Samanides) dans la région de Ghôr de l’actuel Afghanistan et prétendaient se rattacher à la généalogie légendaire du roi Zohâk décrite dans l'Avesta, puis dans le célèbre Shâh Nâmeh de Ferdowsî.

Islamisée sans doute dans le courant du Xe siècle, cette région fut soumise à partir de 1010 aux Ghaznévides. En 1099, les Ghorides devinrent les représentants des Ghaznévides à Ghazni. Sous le règne d’Ala ad-Dîn Husayn (11501175), Ghazni fut conquise et détruite par les Ghorides chassés du Khorassan. À partir de 1178, les Ghorides entreprirent la conquête de la vallée de l’Indus et renversèrent en 1186 les derniers Ghaznévides du Pendjab.

Un empire éphémère[modifier | modifier le code]

Sous les Ghorides, un double pouvoir coexistait : Ghiyath ad-Dîn Muhammad (11631203) occupait l’est de la Perse depuis Fîrouz-Kôh jusqu'à la région de Hérat. L'une de ses capitales était située à proximité de Djâm (province de Ghôr, où le minaret, haut de 65 mètres, est un des rares vestiges artistiques de la période ghoride[1].

Le minaret de Djâm. Sur la crête montagneuse, dominant la vallée du Hari Rod, vestiges de la forteresse de Zarafshan.

Son frère Mu`izz ad-Dîn Muhammad (11731206) régnait sur l'actuel Afghanistan oriental jusqu'en Inde l’Inde, depuis Ghazni jusqu'à Lahore.

Pendant que Ghiyath ad-Dîn Muhammad conquérait le Khorassan et remportait des succès contre les Khwârezm-Shahs, Mu`izz ad-Dîn avait entrepris la conquête du nord de l’Inde après sa victoire à la bataille de Thaneswar sur les princes indiens dirigés par Prithivîrâja Châhumâna III (1192). À partir de 1202, les Ghorides poussèrent leur conquête jusqu’au Bengale et au Gujarat.

En 1203, Mu`izz ad-Dîn devint le seul souverain ghoride, mais l’empire se désagrégea vite après son assassinat survenu vers1206. Les régions d’Iran tombèrent alors 1215 sous le pouvoir des Khwârezm-Shahs et, en Inde, les généraux esclaves (« mamelouks ») dirigés par Qûtb ud-Dîn Aibak se rendirent indépendants et fondèrent le sultanat de Delhi.

Liste de souverains[modifier | modifier le code]

Selon Clifford Edmund Bosworth, la succession des souverains ghorides serait la suivante[2] :

Lignée principale de Ghôr puis de Ghazni

Conquête des Khwârazm-Shahs

Lignée de Bâmiyân et du Tokharestan

  • Fakhr ad-Dîn Mas`ûd (1145-1163)
  • Shams ad-Dîn Muhammad (1163-1192)
  • Bahâ’ ad-Dîn Sâm (1192-1206)
  • Jalâl ad-Dîn `Alî (1206-1215)

Conquête des Khwârezm-Shahs

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Wiet, André Maricq, Le minaret de Djam : la découverte de la capitale des sultans Ghorîdes : XIIe-XIIIe siècles(avant-propos de Daniel Schlumberger), Paris, Klincksieck, 1959, (Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan, XVI). Djâm et ses environs étaient peut-être le lieu d'origine des Ghorides, d'où l'édification du minaret.
  2. C. E. Bosworth, Les dynasties musulmanes, trad. de l'anglais par Y. Thoraval, Actes sud, coll. Sinbad, 1996, (ISBN 2-7427-0713-1). en:Clifford Edmund Bosworth