Georges Louis Humbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Louis Humbert
Le général Humbert, se tenant le menton avec à sa droite Auguste Dubail et de dos Heimann, en Argonne en 1915.
Le général Humbert, se tenant le menton avec à sa droite Auguste Dubail et de dos Heimann, en Argonne en 1915.

Naissance 8 avril 1862
Gazeran, France
Décès 1921
France
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Grade Général
Années de service 6 août 18751918
Conflits Tonkin
Madagascar
Tunisie
Première Guerre mondiale
Commandement 1907 : 96e régiment d'infanterie de ligne

1912 : 56e brigade d'infanterie
1914 : Division marocaine
1915 : 7e armée.
1915-1918 : commandant de 3e armée,
1918 : 7e armée

Distinctions

Georges-Louis Humbert (né le 8 avril 1862 dans les Gazeran, décédé en 1921) des suites d'une maladie, est un militaire français de la Première Guerre mondiale.

Il est le fils d'Émile Siméon Humbert, gendarme et de Nathalie Augustine Eulalie Breton.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le 23 juin 1907, il devint colonel du 96e régiment d'infanterie de ligne pour passer chef d'état-major du 3e Corps d'armée le 25 septembre 1909 puis devenir général commandant de la 56e brigade d'infanterie le 23 mars 1912[2].

Alors qu'il est il participe à l'expédition du Tonkin (1885-1887) sur la Gironde (1er régiment de tirailleurs tonkinois) puis sert sur l' Annamité (1887 au 4e régiment d'infanterie de marine) et à l'expédition de Madagascar (1895-1896, à l'état-major du corps expéditionaire) puis sur l’Adour (1901), le Formidable (1901) et sur le Loiret (1901) à l’Expédition de Tunisie en 1906.

En 1896 il devint l'officier d'ordonnance du président de la République; en 1906, il participa à la Conférence télégraphique de Berlin pour l'armée française.

En septembre 1914, il combat à la tête de la Division marocaine dans le marais de Saint-Gond

Du 21 septembre 1914 au 9 mars 1915, il commande le Groupement Humbert, puis le Corps combiné Humbert qui devient le 32e corps d'armée.

Du 9 mars 1915 au 24 juillet de la même année, il commande la 7e armée.

Entre-temps, il avait repris le commandement de la 3e Armée et le conservera jusqu'à l'Armistice.

Il fut également à la tête de la 7e armée, du 15 au 23 octobre 1918.

À sa mort, le général Humbert est inhumé aux Invalides où il réside encore aujourd'hui (tombeau des gouverneurs aux côtés des Maréchaux).

Le général fut un des grands hommes de la guerre 14-18, ses honneurs militaires, sa bravoure et ses distinctions attestent d'un parcours brillant qu'il sut transmettre à son fils, Jacques, qui fut également général durant la guerre 39-45.

Liens internet[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :