Forseti (dieu)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forseti.
Forseti
Dieu de la mythologie nordique
Forseti donne son jugement (1881) de Carl Emil Doepler.
Forseti donne son jugement (1881) de Carl Emil Doepler.
Caractéristiques
Nom norrois Fosite
Fonction principale Dieu de la justice et de la réconciliation
Résidence Glitnir
Culte
Mentionné dans Edda poétique

Edda de Snorri

Famille
Père Baldr
Mère Nanna

Dans la mythologie nordique, Forseti est un dieu Ase, le fils de Baldr et de Nanna. Il joue un rôle peu important dans la mythologie telle que nous la connaissons. Il est le dieu de la justice et de la réconciliation. Forseti signifie « celui qui préside » en vieil islandais. Son équivalent frison est vraisemblablement le dieu Fosite.

Sa demeure, Glitnir (qui signifie « le brillant »[1] ou « Resplendissante »[2]), est dans les cieux. Elle a des piliers d'or rouge et un toit d'argent ; c'est là qu'il préside le tribunal et rend la justice sur tous les conflits en privilégiant la médiation.

Mentions dans les textes mythologiques[modifier | modifier le code]

Forseti n'est mentionné qu'une seule fois dans l'Edda Poétique, à la strophe 15 du poème Grímnismál. Dans le poème, Odin décrit les demeures célestes et explique que la halle d'or et d'argent Glitnir est la résidence de Forseti qui y « apaise tout procès »[2].

Dans la partie Gylfaginning de l'Edda en Prose, Forseti est décrit au chapitre 32 comme le fils de Baldr et Nanna, qui habite Glitnir. L'auteur Snorri Sturluson s'est vraisemblablement inspiré de la strophe 15 du Grímnismál qu'il cite en fin de chapitre. On lit de lui et de sa halle :

« Tous ceux qui viennent lui soumettre leurs litiges s'en retournent réconciliés. C'est le meilleur tribunal qui soit parmi les dieux et les hommes. »

— Gylfaginning, chapitre 32[3]

Dans la partie Skáldskaparmál de l'Edda en Prose, Forseti est mentionné comme l'un des douze dieux Ases présidant au banquet pour la visite d'Aegir, toutefois il n'intervient pas dans le récit. Au chapitre 5, on apprend qu'un kenning utilisé pour désigner Baldr est « Père de Forseti »[4].

Théories[modifier | modifier le code]

Dans la poésie nordique, Forseti est mentionné uniquement de le Grímnismál, qui a inspiré le chroniqueur chrétien Snorri Sturluson dans la rédaction de son Edda en Prose. Il est donc possible que les détails mentionnés par Snorri, comme sa parenté et son statut d'Ase, soient des inventions narratives de l'auteur[5].

Il a été suggéré que Forseti est une hypostase du dieu de la justice et du droit Týr[2].

Dans sa Vita Sancti Willebrordi (composée entre 785 et 797), Alcuin décrit qu'au début du VIIIe siècle, Saint Willibrord a visité une île entre la Frise et le Danemark, appelée Fositesland en l'honneur du dieu qui y était vénéré, Fosite. Dans sa Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum (IV, 3) (composée vers 1080), Adam de Brême identifie l'île à Heligoland, toutefois les spécialistes ne sont pas convaincus[5].

Compte tenu de leurs similarités lexicales, les dieux frison Fosite et nordique Forseti sont peut-être des équivalents, et des spécialistes ont suggéré le nom proto-germanique *Forsete ou *Forsite[5].

Un lieu-dit en Norvège situé dans le fjord d'Oslo, Forsetlund, tire peut-être son nom de celui de Forseti[5].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

On retrouve le dieu dans les jeux vidéo Age Of Mythology et Heroes of Might and Magic 3 et 4.

C'est également sous ce nom que l'on désigne le président en Islande.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sturluson 1991, p. 160.
  2. a, b et c Boyer 1992, p. 638.
  3. Sturluson 1991, p. 60.
  4. (en) « Skáldskaparmál », sur http://www.sacred-texts.com (consulté le 21 juin 2011)
  5. a, b, c et d Simek 2007, p. 89.

Bibliographie[modifier | modifier le code]