Ferdinand de Portugal (1402-1443)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Ferdinand et Ferdinand de Portugal.
Les armes de l'infant Ferdinand, dont la devise était « Le bien me plaît » (en français dans le texte)

Dom Fernando, infant de Portugal, le Saint Infant (prononciation IPA /fɨɾ.'nɐ̃.ðu/; français: Ferdinand) - (29 septembre 1402 à Santarem - 5 juin 1443), infant de Portugal, fils de Jean Ier roi de Portugal et de Philippa de Lancastre.

C'est un bienheureux catholique fêté le 5 juin[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme ses frères, il occupera de grandes responsabilités: il est nommé gouverneur et administrateur de l'ordre d'Aviz par le pape Eugène IV en 1434. Mais contrairement à eux, il ne participe pas à la fameuse prise de Ceuta par les portugais en 1415. Il reste longtemps le seul de la famille à ne pas avoir bataillé en terre africaine. À la mort de son père, il défend auprès de son frère l'idée de nouvelle croisade en terre musulmane. Édouard Ier finit par céder. Le Portugal décide d'envahir Tanger.

Ferdinand embarque malgré la maladie. Les portugais subissent une lourde défaite. Contraints de négocier leur retraite avec les Maures, ils acceptent de leur abandonner Ferdinand comme garantie. Les Maures exigent entre autres la restitution de Ceuta.

Ferdinand reste donc prisonnier en compagnie de sept de ses serviteurs. Le pays se divise quant au respect du traité de paix : rendre Ceuta ou accepter de faire de Ferdinand un martyre. Malgré les négociations, Ferdinand meurt en captivité à Fez en juin 1443 après quinze mois de détention. Le gouverneur de Tanger le fait suspendre aux murailles de la ville. Ses serviteurs recueilleront son cœur et ses entrailles qui seront conservées à Batalha.

Sa mort en captivité suscite une grande émotion dans les cours européennes. Les malheurs de ce prince sont le sujet d'un grand nombre de légendes, parmi lesquelles nous citerons la Chronique du Père Jérôme Ramas, Lisbonne, 1577, in-8.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.