Félix Leprince-Ringuet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leprince-Ringuet.

Félix Leprince-Ringuet

alt=Description de l'image FelixLeprinceRinguet.jpg.
Naissance 14 juillet 1873
Paris (France)
Décès 2 janvier 1958
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France français
Institutions École des mines de Nancy
École des mines de Paris

Félix Leprince-Ringuet, né le 14 juillet 1873 à Paris 7e et mort le 2 janvier 1958 à Paris 6e, est un ingénieur français. Il est surtout connu pour avoir participé à la création de l'école des mines de Nancy et avoir dirigé l'école des mines de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un début de carrière comme ingénieur des mines successivement à Alès, Amiens, Arras et Nancy, arrive la guerre de 1914. Il y passe deux ans comme commandant d'artillerie, puis est chargé de diriger un centre d'approvisionnement automobile.

En 1919, il aide le doyen Paul Petit à fonder l'École des mines de Nancy dont il est le premier directeur technique[1]. Il participe ensuite à la Commission arbitrale du Maroc, revient en France et s'occupe de dommages de guerre miniers.

En 1934, il est président de la Commission de la statistique minière, ce qui l'amène à créer le Bureau de documentation minière. Il devient le directeur de l'École des mines de Paris de 1936 à 1940, après le départ à la retraite d'Alfred Liénard. Il préside enfin la Société de statistique de Paris de 1942 à 1945.

C'était un alpiniste distingué et un grand voyageur. Il a conduit des expéditions géologiques et minières en Russie, Chine, Sibérie, de 1897 à 1911, et en Afrique en 1929.

Il avait épousé Renée, fille de René Stourm, cofondateur de l'école libre des sciences politiques et secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques, et de Louise Lefébure de Fourcy. Ils eurent trois enfants, dont Louis Leprince-Ringuet, physicien nucléaire célèbre.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1894 : prix Rivot de l'Académie des sciences, conjointement avec Édouard Glasser, en tant que deux premiers au classement d'entrée à l'Ecole des mines[2]
  • 1906 : lettre de félicitations du ministre des Travaux publics pour son action dans les opérations de sauvetage consécutives à la Catastrophe de Courrières : « J'ai d'ailleurs pu constater sur place, par moi-même, le courage et même la témérité avec laquelle vous avez pris part aux plus dangereuses explorations bien que la mine sinistrée ne fût pas dans votre sous-arrondissement. Je vous remercie des efforts que vous avez ainsi tentés pour arracher des vies humaines à la mort et je vous adresse mes bien vives félicitations pour le bel exemple que vous avez ainsi donné à tous. »[3]
  • 1918 : Mention honorable associée au prix Montyon des arts insalubres de l'Académie des sciences [4], pour ses recherches sur l'inflammabilité du grisou
  • Lauréat et médaille d'or de la Société de l'industrie minérale

Liens entre les membres de la famille[modifier | modifier le code]

  • Paul François Martin Pierre Leprince (10 novembre 1761 à Laval - 10 juin 1820) x le 26 mai 1788 à Laval Jeanne Jarry (1771-1840)
    • Auguste Émile Leprince-Ringuet (25 mai 1801 à Laval - 4 mars 1886 à Paris 8e) x le 19 septembre 1835 à Valognes Marie Félicité Marcotte (1819-1892)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

On lui doit de nombreuses publications concernant :

  • des travaux scientifiques : expériences et études sur les dégagements instantanés, la géothermie, les gaz naturels dans les mines, la transmission de la chaleur par un fluide en mouvement ;
  • des voyages : Étude géologique sur le Nord de la Chine, Industrie minière en Afrique méridionale, L'avenir de l'Asie Russe, etc. ;
  • la vulgarisation scientifique : Les inventeurs célèbres, les physiciens (1950), en collaboration avec son fils Louis Leprince-Ringuet.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À l'École des mines de Nancy, le directeur était traditionnellement un professeur de l'université de Nancy et son adjoint, le directeur technique (en réalité directeur des études) était toujours un ingénieur du corps des mines. Cette tradition a duré de 1919 à 1984. Une liste complète des directeurs et directeurs techniques de l'École est donnée sur le site des Annales des mines
  2. « Prix fondé par M. Félix Rivot », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. 119,‎ 1894, p. 1128 (lire en ligne)
  3. a et b « Cote 19800035/177/22814 », sur Léonore (consulté le 24 mai 2014)
  4. « Prix Montyon des arts insalubres », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. 167,‎ 2 décembre 1918, p. 829-831 (lire en ligne)