Emilio Aguinaldo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emilio Aguinaldo
Image illustrative de l'article Emilio Aguinaldo
Fonctions
1re président de la République des Philippines
22 mars 18971er avril 1901
Vice-président Mariano Trías
Premier ministre Apolinario Mabini
Pedro Paterno
Prédécesseur Andrés Bonifacio
(provisoire)
Successeur Miguel Malvar
(provisoire)
Manuel L. Quezon
Biographie
Nom de naissance Emilio Aguinaldo y Famy
Date de naissance 22 mars 1869
Lieu de naissance Cavite El Viejo, CALABARZON (Philippines)
Date de décès 6 février 1964 (à 94 ans)
Lieu de décès Quezon City (Philippines)
Nationalité Philippine
Parti politique Katipunan
Profession Soldat

Emilio Aguinaldo
Présidents de la République des Philippines

Emilio Aguinaldo (né à Imus, province de Cavite, le 22 mars 1869 – mort à Quezon City le 6 février 1964) est un homme politique philippin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du maire de sa ville de naissance, il étudie à Manille. Après son retour dans sa région d’origine, il prend la direction d'une rébellion contre la domination coloniale espagnole et doit s’exiler à Hong Kong en 1888. Là, il étudie la tactique militaire et réunit un arsenal en vue de son retour aux Philippines. En 1895, il rejoint le Katipunan, organisation secrète indépendantiste conduite par Andres Bonifacio, qui entame en 1896 la lutte armée contre l’Espagne.

Au commencement de la guerre hispano-américaine en 1898, Aguinaldo s’allie avec les militaires américains, et leur livre 15 000 prisonniers espagnols. Constatant que les États-Unis ont remplacé la domination espagnole par la leur, et considérant cela comme une nouvelle occupation du pays, Aguinaldo déclare l'indépendance le 12 juin 1898. Il est choisi comme président le 1er janvier 1899 et un mois plus tard, il déclare la guerre aux États-Unis. Le 28 mars 1901, il est capturé par les forces des États-Unis, par le général Arthur Mac Arthur et doit promettre loyauté aux États-Unis pour sauver sa vie.

Il se retire ensuite de la vie publique jusqu'en 1935, quand il tente de se faire élire à la présidence du Commonwealth des Philippines, élection finalement remportée par son ancien aide de camp Manuel Quezón. Il obtient alors 179 349 voix soit 17,54 % des votes.

Durant l'occupation japonaise du pays lors de la Seconde Guerre mondiale à la suite de l'invasion de 1942, il coopère avec les envahisseurs japonais contre le général Douglas Mac Arthur, commandant américain du Pacifique et fils du général Mac Arthur, son vainqueur en 1901. Il apporte son soutien aux Japonais lors d'émissions radiodiffusées ; ce qui lui vaut d’être arrêté à la libération par les autorités américaines. Il sera cependant libéré sans jugement. En 1950, avant sa retraite définitive de la vie politique, il est nommé membre du Conseil d’État.

Références[modifier | modifier le code]

Les États-Unis et le monde au XXe siècle d’Yves-Henri Nouailhat chez Armand Colin