Andrés Bonifacio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonifacio (homonymie).
Andrés Bonifacio

Andrés Bonifacio ou Andrés Bonifacio y Castro (30 novembre 1863 - 10 mai 1897) est l'un des chefs de la révolution philippine contre le gouvernement colonial espagnol, première de son genre en Asie contre un gouvernement colonial européen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andrés Bonifacio est né à Manille en 1863, il était le fils d'un petit fonctionnaire. Quand ses deux parents sont morts en 1870, il a quitté l'école pour s’occuper de ses cinq frères et sœurs. Au milieu des années 1880, il est devenu un nationaliste fervent. Quand José Rizal a créé la Liga Filipina en 1892, Bonifacio en a été un des premiers membres.

Après que les Espagnols eurent arrêté Rizal en juillet 1892, Bonifacio a décidé que les Philippines ne deviendraient indépendantes que par la révolution. Le 7 juillet, il fonde le « Kataastaasang Kagalanggalanggang Katipunero ng mga Anak ng Bayan », en abrégé Katipunan (La très honorable et très respectable société des fils de la Nation), une société secrète ouverte aux paysans et à la classe moyenne. Bonifacio, qui était Franc-Maçon, a utilisé des rituels maçonniques pour donner un air de mystère sacré. Le Katipunan s'est fondu dans la communauté en créant des sociétés d'aides mutuelles et d'enseignement pour les pauvres. En 1896, le Katipunan avait plus de 30 000 membres et il fonctionnait aussi bien au niveau national, provincial que municipal.

Après l'exécution de Rizal en 1896, Bonifacio proclame l'indépendance des Philippines le 23 août, 1896. Cette fois, les Espagnols lancent une opération militaire contre lui et le forcent à fuir vers les monts Marikina, tandis que les autres forces armées révolutionnaires menées par le général Emilio Aguinaldo, plus chanceuses, s'emparent de quelques villes. Quand Bonifacio a essayé de garder les rênes du Katipunan, Aguinaldo a ordonné de l’arrêter et il l’a fait accuser de trahison et de sédition. Il a été reconnu coupable par ses ennemis et a été exécuté le 10 mai 1897.

Pièce de 2 pesos philippins à l'effigie d'Andrès Bonifacio.

Après que les historiens eurent réussi à montrer son rôle fondamental pour l'indépendance des Philippines, Andrès Bonifacio est devenu un héros national. Il possède de nombreux monuments et figure sur des pièces de monnaie.

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Agoncillo Teodoro, 1956, The revolt of the masses, the story of Bonifacio and the Katipunan, University of the Philippines Press, Quezon City.
  • Aguinaldo Emilio, 1900, « La vérité sur la révolution des Philippines », in La Revue des revues du 15 mars 1900.
  • Gervesis-Malissol, 1896, « Un archipel en révoltes; les Philippines », in Journal des voyages, n°2 (deuxième série) du 13 décembre 1896, Paris.
  • Benoist Charles, 1897, « La révolte des Philippines et les mœurs politiques de l'Espagne », in Revue des deux mondes, 15 juillet, tome 4.
  • Plauchut Edmond, 1897, « L'insurrection des Philippines », in Cosmopolis, volume 6, pp.475-488, Paris.
  • Pot Bernard, 2003, Philippines. Bibliographie thématique en langue française, SevenOrients - Geuthner, Paris.
  • Pot Bernard, 1998, « La guerre philipino-américaine et ses atrocités, 1898-1913 », in Anthroepote, volume 3, n°2, p.22-36, Paris.
  • Turot Henri, 1900, Aguinaldo et les Philippins. Les hommes de la révolution, Léopold Cerf, Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :