Miction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un homme urinant dans un urinoir.

La miction (du latin mingere, « uriner »), l'action d'uriner, désigne l'élimination d'urine par la vidange de la vessie.

Description[modifier | modifier le code]

Loup gris urinant pour marquer son territoire.

Les observations des mictions de mammifères d'une équipe du Georgia Institute of Technology ont mis en évidence en 2013 une loi expérimentale : la majorité des mammifères, quelle que soit leur taille et leur masse[1], mettent approximativement 21 secondes pour vider leur vessie[2]. L'explication de ce paradoxe est que la miction chez ces animaux est essentiellement dominée par la gravité : l'augmentation du mammifère en taille et en masse se traduit par un volume de vessie plus importante et donc un volume d'urine qui devrait être plus long à évacuer, mais cela se traduit aussi par un urètre plus large et plus long qui permet d'augmenter proportionnellement le débit urinaire, d'où un temps de miction qui reste pratiquement identique. Cette loi ne s'applique pas à de petits mammifères (au poids inférieur au kg) qui urinent en moins d'une seconde, la gravité n'exerçant alors pas d'influence sur le débit qui est plus déterminé par la viscosité de l'urine et sa tension de surface, ce qui explique pourquoi leur urine est libérée sous forme d'un flux de petites gouttes d'urine individuelles plutôt que le jet continu des grands mammifères.

Fréquence[modifier | modifier le code]

En fonction de l'apport de liquides et des conditions d'hygrométrie et de température extérieures, une personne saine produit en 24 heures environ 1 à 1,5 litre d'urine (diurèse), éliminée de deux à trois fois par jour.

La production d'urine n'est pas constante au cours de la journée. L'homme produit le plus d'urine vers six heures du matin (voir Chronobiologie).

Anomalies[modifier | modifier le code]

Image par ultrasons de la miction d'un fœtus mâle à 19 semaines de grossesse. Pendant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse, le liquide amniotique est produit exclusivement par la miction, perpétuellement recyclée par le fœtus qui avale et remplit son estomac de liquide amniotique.
  • Si l'on n'élimine pas d'urine ou si l'on en élimine moins de 100 mL en 24 heures, on parle d'anurie.
  • En cas d'oligurie, on élimine moins de 500 mL par jour.
  • On appelle pollakiurie une fréquence excessive des mictions.
  • Si le volume quotidien dépasse les 2 ou 3 litres, on parle de polyurie.
  • On parle également d'urine « anormale » lorsque celle-ci est composée de sucre (comme le glucose), de protéines sanguines, de globules rouges, de globules blancs ou encore de bilirubine.

Représentations culturelles[modifier | modifier le code]

La représentation de l'acte d'uriner est relativement rare chez les artistes non consacrés à l'art érotique.

Chez l'homme, la représentation la plus connue est sans doute celle du Manneken-pis bruxellois.

Chez la femme, Rembrandt a gravé en 1631 La femme qui pisse. Ce thème a été repris par Pablo Picasso dans un grand tableau datant du 16 avril 1965, La Pisseuse[3]. Il existe à Bruxelles un pendant féminin du Manneken-pis, il s'agit de Jeanneke Pis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La loi précise que le temps de miction est proportionnel à la masse de l'animal puissance d'un sixième, ce qui signifie que lorsque la masse varie beaucoup, le temps de miction varie proportionnellement peu. Source : (en) Steve Nolan, « It takes 21 seconds to go : Scientists discover that all mammals urinate for roughly the same length of time », sur New Scientist,‎ 19 octobre 2013.
  2. (en) Patricia J. Yang, Jonathan C. Pham, Jerome Choo, David L. Hu, « Law of Urination : all mammals empty their bladders over the same duration », sur http://arxiv.org/abs/1310.3737,‎ 15 octobre 2013
  3. Musée national d'art moderne, Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :