Eduardo López de Romaña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eduardo López de Romaña

Eduardo López de Romaña Alvizuri (Arequipa, 19 mars 1847 - Yura, 26 mai 1912), ingénieur et homme politique péruvien de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Il a été président du Pérou de 1899 à 1903.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Juan Manuel Lopez de Romaña y Fernandez Pascua et de Maria Josefa Alvizuri y Bustamante, membres de l'aristocratie d'Arequipa, il se maria à Maria Josefa Castresana Garcia de la Arena et eut trois enfants: Eduardo, Carlos et Hortencia Lopez de Romaña Castresana. Eduardo López de Romaña fit des études d'ingénierie et une spécialité sur les ponts de chemin de fer à Londres. Il voyagea au Brésil pour collaborer à des travaux ferroviaires. Il est retourné au Pérou en 1874. Pendant la guerre du Pacifique, il s'est joint à l'armée comme général de la division d'avant-garde (1879).

Après la guerre, il a été élu député de la province d'Arequipa (1895). En 1896, il a été désigné pour exercer la place de ministre dans le nouveau ministère de Promotion. En 1897 il a été élu maire d'Arequipa, et aussi sénateur pour la région du même nom.

Il a appartenu au Parti Civiliste. Néanmoins, il est devenu le président avec l'aide de la Coalition Nationale, laquelle était une alliance entre le parti Civiliste et le parti Démocrate.Carlos de Piérola, frère du leader démocrate, fut président de la chambre des députés tandis que Manuel Candamo, chef de file du Parti Civiliste, présidait le Sénat. Ce partage correspondait à une domination de chaque parti sur une assemblée. Malgré ces accords, les divergences réapparurent rapidement, traduit par le passage des démocrates dans l'opposition. Lopez de Romaña composa son cabinet presque exclusivement de membres de son parti, ce que la majorité démocrate de la chambre des députés contesta, dénonçant une censure. Pendant son gouvernement, il developpa l'agriculture, l'activité minière et l'industrie. Il encouragea la colonisation des vallées interandines (c'est-à-dire, les vallées que l'on trouve dans la cordillère des Andes), et promulgué le Code du commerce (1902). Il est à l'origine de la création de l'école nationale d'agriculture, ainsi que d'une nouvelle compagnie pour la collecte des recettes fiscales.

À la fin de son mandat, il s'est retiré de la politique, jusqu'à sa mort à Yura en 1912. Avec lui, commença la "République Aristocratique" qui dura jusqu'au second mandat de Leguia, époque où la Parti Civiliste composa l'essentiel des gouvernements du pays.